Avec l’orage à l’horizon, Israël inaugure son dernier système de défense anti-missile
Rechercher

Avec l’orage à l’horizon, Israël inaugure son dernier système de défense anti-missile

2 batteries de la Fronde de David sont opérationnelles à la base aérienne Hatzor et complètent ainsi le système de défense anti-missile d’Israël

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le chef de l'armée de l'air, le général de division Amir Eshel, pendant l'inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le chef de l'armée de l'air, le général de division Amir Eshel, pendant l'inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Des nuages orageux, au propre comme au figuré, planaient au-dessus des deux premières batteries du dernier système de missile anti-défense d’Israël, la Fronde de David, qui ont été mises en service dimanche.

Pendant une cérémonie organisée sur la base aérienne Hatzor, non loin de la bande de Gaza, le gratin militaire du pays a vanté les capacités permises par les batteries, à la pointe du progrès, alors que les tensions avec le Hamas menace de les mettre très bientôt à l’épreuve de la réalité.

Le groupe terroriste du Hamas aurait acquis des roquettes portant de larges ogives, et les tensions se sont récemment intensifiées après l’assassinat d’un commandant du Hamas.

Le Hamas a accusé Israël de la mort de son chef terroriste Mazen Foqaha le 25 mars dernier, et jure de se venger.

Juste avant la cérémonie sur la base Hatzor, le directeur du commandement de la défense aérienne de l’armée de l’Air d’Israël, le général de brigade Tzvika Haimovitch, a prévenu qu’un conflit avec le Hamas serait « plus difficile » que les précédents, à cause des roquettes de courte portée très explosives que le groupe terroriste aurait en sa possession.

Le général de brigade Tzvika Haimovit devant une batterie du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israël)
Le général de brigade Tzvika Haimovit devant une batterie du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israël)

La Fronde de David, conçue pour intercepter les missiles et les roquettes à moyenne portée, ne protégerait pas Israël de cette nouvelle variété de projectiles, et même le Dôme de Fer, spécialisé dans les interceptions de courte portée, aurait du mal à détruire ces roquettes.

Cependant, devant l’une des batteries de la Fronde de David, Haimovitch a déclaré que son unité était mieux préparée que jamais à affronter la menace des roquettes.

« La Fronde de David, ainsi que les autres systèmes, nous donne une autre couche, une autre capacité, a-t-il déclaré. Je pense que même si la prochaine campagne sera plus difficile, nous verrons un réseau de défense aérienne bien mieux entraîné et bien mieux adapté. »

Menaces, blagues, coupures électriques

Au début de la cérémonie, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le général de division de l’armée de l’air Amir Eshel ont dévoilé les symboles de l’armée de l’air et du Commandement de la défense aérienne sur l’une des batteries de la Fronde de David, pendant que le ministre de la Défense Avigdor Liberman et Haimovitch en faisaient de même sur la seconde.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le chef de l'armée de l'air, le général de division Amir Eshel, pendant l'inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le chef de l’armée de l’air, le général de division Amir Eshel, pendant l’inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

La Fronde de David, également appelée Baguette magique, est conçue pour intercepter des missiles et des roquettes ayant une portée de 40 à 300 kilomètres, ce qui signifie qu’elle peut être utilisée contre les roquettes à longue portée du Hamas, mais sera probablement plutôt déployée contre les missiles tirés par le Hezbollah ou la Syrie, comme le Fateh 110 iranien ou son équivalent syrien, le M 600. Elle est le tiers intermédiaire du système de défense anti-missile d’Israël.

La première partie de ce système est le déjà mentionné Dôme de Fer, qui peut intercepter des roquettes de courte portée, de petits drones et certains obus de mortier comme ceux qui ont été tirés contre Israël depuis la bande de Gaza ou le sud du Liban. La troisième partie est le système Arrow, qui permet de détruire des missiles balistiques à longue portée. Arrow a été utilisé pour la première fois le 17 mars, quand il a abattu un missile syrien.

Mais même avec cet ajout au système de défense anti-missile, les responsables militaires ont prévenu qu’il ne s’agissait pas d’un bouclier hermétique, et que certaines roquettes passeraient inévitablement entre les mailles du filet.

« Je vais répéter, quiconque veut nous frapper sera battu, et ceux qui menacent notre existence mettent en jeu leurs propres vies »
Benjamin Netanyahu

Sur scène, Netanyahu a parlé avec vigueur de l’importance du nouveau système, et de son utilisation non seulement pour « défendre le front intérieur, mais pour nous permettre de gagner la bataille. »

En s’adressant directement aux caméras, Netanyahu a mis en garde les ennemis d’Israël : « Je vais répéter, quiconque veut nous frapper sera battu, et ceux qui menacent notre existence mettent en jeu leurs propres vies. »

Liberman, tentant apparemment d’alléger l’ambiance, a consacré une grande partie de son discours à une anecdote personnelle.

Quand il était encore un nouvel immigrant venu de Moldavie, le ministre de la Défense habitait au kibboutz voisin Hatzor Ashdod à son arrivée en Israël en 1978, et c’est là qu’il a appris l’hébreu.

Liberman avait dit à l’un des conseillers de son cours de langue qu’il voulait visiter la base aérienne, pour voir d’où partait et où arrivait les avions qu’il entendait et voyait tous les jours.

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant l'inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant l’inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : capture d’écran Dixième chaîne)

Le conseiller s’était moqué du futur ministre de la Défense. « Mais tu es fou ? C’est interdit ! Je ne pense pas que tu puisses un jour y mettre les pieds », lui avait-il répondu, a raconté Liberman, déclenchant les rires de la foule.

Devenant sérieux, le ministre de la Défense a souligné le besoin de ce système, en raison de ce qu’il a décrit comme une course aux armements dans la région.

« En 2016, les pays du Moyen Orient uniquement ont investi quelque 220 milliards de dollars en achats militaires, sans compter l’Iran », a déclaré Liberman.

La Fronde de David a été développée par l’Organisation de défense anti-missile d’Israël et l’Agence de défense anti-missile du département américain de la Défense, qui était représentée à la cérémonie par son directeur, le vice-amiral James Syring.

Le vice-amiral américain James Syring, directeur de l'Agence de défense anti-missile du département de la Défense, pendant l'inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Le vice-amiral américain James Syring, directeur de l’Agence de défense anti-missile du département de la Défense, pendant l’inauguration du système Fronde de David, à la base aérienne Hatzor, le 2 avril 2017. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le chef de l’armée de l’air israélienne, le général de division Amir Eshel, a commencé son discours en rendant hommage aux soldats du Commandement de la défense aérienne, qui sont le « vrai secret » de la sécurité israélienne, plus que la technologie. Ils « agissent professionnellement et avec un dévouement et une persévérance infinis », a déclaré Eshel.

Eshel a pris la direction de l’armée de l’air en 2012, et a supervisé une grande partie de l’intégration du système du Dôme de Fer, opérationnel depuis 2011. Il quittera son poste dans les prochains mois.

Les nuages menaçant n’ont pas lâché plus de quelques gouttes pendant la cérémonie, mais au milieu du discours d’Eshel, son micro s’est éteint et le courant a été coupé sur la scène.

Le reste de son discours, principalement des remerciements, s’est fait sans amplification sonore, et la foule a chanté sa propre version, légèrement fausse, de l’hymne national Hatikva pour mettre fin à la cérémonie.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...