Netanyahu : La gauche utilise les médias contre le gouvernement
Rechercher

Netanyahu : La gauche utilise les médias contre le gouvernement

Netanyahu aux dirigeants de Judée-Samarie : si la gauche remporte la victoire, tout le travail pour que Washington accepte l'expansion des implantations sera "immédiatement annulé"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adresse à la presse étrangère le 19 décembre 2018 (Capture d'écran : YouTube)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adresse à la presse étrangère le 19 décembre 2018 (Capture d'écran : YouTube)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé mercredi la gauche de rallier les médias à sa cause lors des prochaines élections, avertissant que la présence israélienne en Cisjordanie serait « immédiatement contrecarrée » si cette tentative était couronnée de succès.

« Lors de la prochaine campagne électorale, la gauche tentera de nous évincer du pouvoir en mobilisant les médias et d’autres institutions », a déclaré le Premier ministre lors d’une réunion avec les présidents des conseils de Cisjordanie israéliens dans son bureau à Jérusalem.

« Ils ne doivent pas réussir. Si, à Dieu ne plaise, ils le font, il y aura un danger évident pour le développement des implantations », a affirmé le Premier ministre.

« C’est une bataille pour notre patrie », a-t-il poursuivi. « Pour eux, le destin de l’État et des implantations ne vont pas de soi. Nous avons dû travailler d’arrache-pied dans nos rapports avec l’administration américaine actuelle pour obtenir les grandes réalisations que nous avons accomplies en faveur des implantations. »

« Tout cela n’est pas acquis. Parce que par la suite, sous un gouvernement de gauche, tout va s’inverser immédiatement », a-t-il conclu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les dirigeants des implantations à Jérusalem, 26 décembre 2018 (Haim Zach/GPO)

Tandis que Netanyahu déclarait aux dirigeants des implantations qu’un gouvernement de gauche démantèlerait les implantations, les ordres pour évacuer les localités israéliennes au-delà de la Ligne verte depuis un demi-siècle ont été donnés par des gouvernements dirigés par le Likud.

Avant la réunion de mercredi, un groupe de trois présidents de conseils de Judée-Samarie ont annoncé qu’ils boycotteraient la session en raison du refus de Netanyahu de prendre au sérieux leurs demandes d’augmentation de la construction d’implantations et de rétablissement des barrages routiers en Cisjordanie suite aux récentes vagues de violence palestinienne.

Dans une lettre adressée aux 20 autres présidents de conseils israéliens en Cisjordanie, Yossi Dagan, président du conseil régional de Samarie, Yisrael Gantz, président du conseil régional de Binyamin et Eliyahu Libman, président du conseil régional de Kiryat Arba ont annoncé qu’ils ne participeraient pas à la réunion de mercredi matin au cabinet du Premier ministre, affirmant que Netanyahu « leur faisait la cour » avec de « fausses promesses concernant la sécurité et qu’il ne faisait pas assez pour développer les implantations ».

Pour sa part, le Cabinet du Premier ministre a publié un communiqué dans lequel il déclarait que la réunion « se tiendrait comme prévu avec les responsables des autorités locales souhaitant dialoguer sur les moyens de renforcer leurs localités ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) rencontre les dirigeants des implantations dans son bureau le 25 février 2018. (Amos Ben Gershom/GPO)

Alors que la réunion se poursuivait, un porte-parole du Likud a publié un communiqué citant une remarque de David Elhayani dans laquelle le président du Conseil régional de la vallée du Jourdain prenait la défense du Premier ministre et dénonçait le boycott des présidents des conseils.

« Lors des élections, nous devons dire la vérité à nos résidents : les projets d’implantation sont florissants, et c’est uniquement grâce à vous. En tant que chefs de localités, nous dénonçons ceux qui ont choisi de ne pas venir ici aujourd’hui. Lorsque nous avons besoin de quelque chose, vous êtes joignables directement au téléphone, vous et tous les membres de votre entourage. Il n’y a donc aucune raison de vous menacer – ni avec le sang des victimes du terrorisme, ni avec du chantage », a déclaré Elhayani.

La semaine dernière, le président du Conseil régional de la vallée du Jourdain, David Elhayahi, a accusé les autres dirigeants des implantations de « danser sur le sang » des victimes du terrorisme afin de promouvoir un programme en faveur des implantations.

« Nous avons toutes les raisons de protester pendant le reste de l’année contre la négligence du gouvernement à l’égard des résidents de Judée et de Samarie [Cisjordanie], mais il est immoral de le faire pendant que les gens sont encore en train d’enterrer leurs proches », a-t-il déclaré au Times of Israël.

A la fin de la réunion de dimanche, le conseil de tutelle des implantations de Yesha a publié un communiqué dans lequel il a remercié Netanyahu « pour ses efforts en faveur de leur mouvement ces dernières années », a déclaré le chef du conseil.

L’organisme de coordination a déclaré qu’il avait fait part de ses besoins urgents au Premier ministre, à savoir la légalisation des avant-postes et la « restauration de la sécurité » pour les résidents des implantations.

Le Premier ministre a chargé son cabinet de faire avancer les questions soulevées… et de tenir une réunion de travail supplémentaire (avec les dirigeants des implantations) pour suivre et mettre en œuvre (leurs demandes) dans un avenir proche », a conclu le Conseil de Yesha dans son communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...