Ayelet Shaked : Yamina va soutenir la tentative de dissolution de la Knesset
Rechercher

Ayelet Shaked : Yamina va soutenir la tentative de dissolution de la Knesset

Selon l'ex-ministre de la Justice, les partis de coalition sont "défaillants"; le projet de loi nécessite l'aide de Kakhol lavan; Yamina négocie avec le Likud en vue des élections

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), avec sa ministre de la Justice, Ayelet Shaked, à la Knesset, le 21 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), avec sa ministre de la Justice, Ayelet Shaked, à la Knesset, le 21 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La députée Ayelet Shaked (Yamina) a déclaré mercredi que son parti religieux de droite soutiendrait la proposition de loi du chef de l’opposition Yair Lapid visant à dissoudre la Knesset.

Dans une démarche visant à faire pression sur le parti centriste Kakhol lavan pour qu’il rompe les rangs de la coalition dans un contexte de détérioration continue des relations au sein du gouvernement, M. Lapid a déclaré lundi qu’il mènerait à nouveau une proposition la semaine prochaine pour dissoudre la Knesset et convoquer de nouvelles élections.

Le chef de Kakhol lavan, le ministre de la Défense Benny Gantz, a refusé de dire si son parti soutiendra le projet de loi. Le parti aurait envisagé de présenter son propre projet de loi pour dissoudre la Knesset afin d’éviter de donner à Yesh Atid le mérite de cette initiative. Le projet de loi de Lapid échouerait probablement sans le soutien de Kakhol lavan.

« Nous allons soutenir et déposer notre propre projet de loi », a déclaré Mme Shaked, ancienne ministre de la Justice, au site Internet Ynet news. « Ce gouvernement est un gouvernement malade. Aucun médicament ne pourra l’aider, et il est légitime d’aller aux élections ».

« C’est un gouvernement de gauche », a-t-elle déclaré à propos du gouvernement de partage du pouvoir signé au début de l’année par le Likud de Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz. « Netanyahu a cédé tout ce qui est important pour la droite au ministre de la Justice de Kakhol lavan, Avi Nissenkorn, et à ses partenaires ».

Shaked a affirmé que son parti était désormais « une alternative de leadership » au Likud, et a déclaré que les gens étaient fatigués des « partis défaillants qui dirigent actuellement le pays ».

Le dirigeant du parti Yamina, Naftali Bennett, « est capable, digne et doit être le prochain Premier ministre », a-t-elle déclaré.

Le ministre de la Défense de l’époque, Naftali Bennett, fait une déclaration aux médias à Ariel, ville israélienne en Samarie, (au nord de la Cisjordanie), le 26 janvier 2020. (Sraya Diamant/Flash90)

Parallèlement, Yamina et le Likud poursuivent leurs attaques mutuelles.

Bennett a récemment déclaré au site d’information ultra-orthodoxe Kikar Hashabbat qu’en le laissant hors du gouvernement actuel, Netanyahu et les partis Haredi avaient fait disparaître un bloc de partis religieux de droite qui s’étaient ralliés derrière Netanyahu lors de trois élections.

« Les ultra-orthodoxes ont fait leurs choix, et maintenant la situation est qu’il n’y a plus de bloc de droite à cause d’eux », a-t-il dit.

Le Likud a fait des commentaires en sortant les mots de Bennett de leur contexte, en publiant une vidéo de quatre secondes de Bennett disant qu’il n’y avait « plus de bloc de droite » et en suggérant qu’il allait s’associer à Yesh Atid, dans le cadre d’une stratégie de campagne du Likud visant à saper les références de droite de Bennett, qui sur de nombreux points est à la droite de Netanyahu.

Yamina a commenté en accusant Netanyahu et Lapid de « ne s’occuper que de politique » au lieu de s’occuper de la pandémie et de ses retombées économiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...