Ben Gurion après avoir vu son premier match de foot : « C’est la dernière fois »
Rechercher
"L'esprit contrôle les muscles"

Ben Gurion après avoir vu son premier match de foot : « C’est la dernière fois »

En 1957, le père fondateur d'Israël a assisté à un match entre l'équipe de Tsahal et celle de l'armée française. "Notre gardien de but était merveilleux", avait-il déclaré

Compétition de football de Tsahal non datée (Avec l'aimable autorisation des archives de Tsahal et du ministère de la Défense).
Compétition de football de Tsahal non datée (Avec l'aimable autorisation des archives de Tsahal et du ministère de la Défense).

Pour marquer l’ouverture de la Coupe du Monde 2018 jeudi, Tsahal a publié les archives concernant le déplacement du père fondateur israélien David Ben-Gurion pour assister à son tout premier match de football.

Constitué d’un compte-rendu des conversations que le leader israélien, qui était également ministre de la Défense, avait eues sur le sujet avec Shimon Peres et les généraux Moshe Dayan et Meir Amit, les archives montrent que bien que Ben Gurion eût semblé apprécier certains aspects de ce jeu, ce n’était pas une expérience qu’il était pressé de réitérer.

« Pour la première fois de ma vie, j’ai assisté à un match de football », dit-il après avoir vu les militaires israéliens et français jouer l’un contre l’autre pour marquer le neuvième anniversaire de l’indépendance d’Israël, le 11 mai 1957.

« Le jeu des Français était plus beau, mais notre gardien de but était merveilleux. Ils étaient très doués pour passer le ballon d’un côté et de l’autre, mais ils n’ont pas réussi à le faire entrer dans le but. »

Il a ajouté : « Notre gardien de but était exceptionnel, il a plongé deux fois pour attraper le ballon ».

Journées sportives avec l’état-major général (Avec l’aimable autorisation des archives de Tsahal et du ministère de la Défense/Avi Simchoni)

Le chef d’état-major de l’époque, Moshe Dayan, avait répondu en plaisantant : « Il aurait pu le faire une seule fois, mais pour le plaisir du public, il l’a fait deux fois. »

Le Cdt Meir Amit, du Commandement central, a déclaré à Ben-Gurion que l’une des raisons du succès de l’équipe – Tsahal a battu les Français 3:1 – était sa présence au match.

La réponse du Premier ministre ? « C’est la dernière fois que je fais ça. »

Ben Gurion aurait également émis l’idée de mettre sur pied une équipe permanente de football dans l’armée.

David Ben Gourion, accompagné des membres de son gouvernement provisoire, lit la Déclaration d’Indépendance à la Salle des Musées de Tel-Aviv le 14 mai 1948 (Crédit photo: Service de presse du gouvernement israélien)

« Il devrait y avoir une équipe dans l’armée qui pourrait s’entraîner. Cette année, nous ne pouvons pas le faire à cause des coupes budgétaires, mais nous aurons une équipe de trente personnes qui s’entraîneront et battront les Russes ».

Apparemment, Amit a essayé de calmer les ambitions de Ben Gurion.

« Les Russes sélectionnent leur équipe parmi 170 millions de personnes. »

La réponse de Ben Gourion ?

« Nous avons 11 millions de Juifs et nous avons pu sortir un Einstein, et ils ne sauraient produire un Einstein à partir de 170 millions de personnes … tout dépend de la tête … l’esprit contrôle les muscles. »

Match de football des Golani, 18 juillet 1955 (Avec l’aimable autorisation de Tsahal/Bmachane)

La conversation s’est terminée lorsque Dayan a demandé à Ben Gurion ce qu’il avait ressenti à propos du jeu : « Vous n’avez pas aimé le match ? »

« C’était exceptionnel. Je suis allé le voir parce que c’était Tsahal et l’armée française, sinon je n’aurais pas perdu deux heures de ma journée pour cela », a affirmé Ben Gurion.

« Quelle est la différence entre ça et aller voir un film ? » demanda Shimon Peres.

« Je ne fais pas ça non plus », répondit Ben Gurion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...