Rechercher

Ben Gvir publie un discours à la gloire de Kahane : « Il était amoureux d’Israël »

Dans ce discours initialement diffusé par erreur, le chef d'Otzma Yehudit qui veut le ministère de la Sécurité intérieure, déclare que Kahane reste une source d’inspiration

Itamar Ben Gvir du parti Otzma Yehudit prend la parole lors d'une cérémonie à Jérusalem marquant le 27e anniversaire de l'assassinat du rabbin extrémiste Meir Kahane, le 7 novembre 2017. La pancarte derrière lui indique : "Kahane avait raison !". (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Itamar Ben Gvir du parti Otzma Yehudit prend la parole lors d'une cérémonie à Jérusalem marquant le 27e anniversaire de l'assassinat du rabbin extrémiste Meir Kahane, le 7 novembre 2017. La pancarte derrière lui indique : "Kahane avait raison !". (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le leader d’extrême droite d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, a diffusé le discours qu’il devait prononcer à un événement dans la soirée de jeudi pour marquer le 32e anniversaire de l’assassinat de Meir Kahane.

Ben Gvir a communiqué le discours aux médias après l’avoir diffusé en ligne, par erreur.

Dans ce discours, Ben Gvir remercie Kahane, qui a été exclu de la Knesset pour racisme, d’avoir fondé une yeshiva qui lui a permis de retourner à la religion et où il a étudié les préceptes de ce dernier.

Ben Gvir, qui ambitionne le poste de ministre de la Sécurité intérieure, en charge de la police, dans le prochain gouvernement, s’est démarqué de certains des enseignements de Kahane, mais il a déclaré que celui-ci restait une source d’inspiration.

« Ce n’est un secret pour personne qu’aujourd’hui, je ne suis pas le rabbin Kahane et je ne soutiens pas l’expulsion de tous les Arabes, et je ne promulguerai pas de lois pour des plages séparées, même s’il ne fait aucun doute que nous prendrons des mesures et ferons tout pour expulser les terroristes du pays au nom du caractère juif d’Israël, pour les implantations et leur identité juive », a déclaré Ben Gvir.

« Mais pour moi, le point fort du rabbin Kahane était l’amour. L’amour d’Israël sans compromis, sans aucune autre considération », a-t-il ajouté.

Meir Kahane s’adresse à un rassemblement au centre juif de Silver Springs, dans le Maryland, le 27 octobre 1988 (Crédit : Doug Mills/AP)

Kahane était ouvertement contre la coexistence des Juifs avec les Arabes, qualifiant ces derniers de « cancer » qui, selon lui, devraient être expulsés de l’État d’Israël. Il a été élu à la Knesset en 1984, mais les membres de la Knesset, toutes tendances confondues, quittaient la salle à chaque fois que Kahane prenait la parole. Son parti, le Kach, a ensuite été banni par la Knesset pour cause de racisme, ce qui l’a empêché de se représenter aux élections de 1988. Il a été assassiné en 1990 à New York par un Américain d’origine égyptienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...