Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Ben Gvir, « un démagogue méprisable et dangereux », dit un Démocrate pro-Israël

Il s'agit d'une rare critique ouverte d'un ministre du gouvernement de Jérusalem de la part de l'un des plus gros alliés d'Israël au Congrès américain

A gauche : Le représentant Ritchie Torres, démocrate de New York, lors d'une audience spéciale de la chambre consacrée à la Chine au Capitole américain à Washington, le 28 février 2023. A droite : le ministre de la Sécurité nationale israélien Itamar Ben Gvir arrive à la réunion hebdomadaire de cabinet au Bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 27 août 2023. (Crédit : Alex Brandon, Menahem Kahana/AP)
A gauche : Le représentant Ritchie Torres, démocrate de New York, lors d'une audience spéciale de la chambre consacrée à la Chine au Capitole américain à Washington, le 28 février 2023. A droite : le ministre de la Sécurité nationale israélien Itamar Ben Gvir arrive à la réunion hebdomadaire de cabinet au Bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 27 août 2023. (Crédit : Alex Brandon, Menahem Kahana/AP)

Le représentant démocrate Ritchie Torres a déclaré vendredi que le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, était « un démagogue méprisable, dégoûtant et dangereux » – une rare critique d’un personnage de premier plan au sein du gouvernement israélien de la part de l’un des partisans les plus fervents de l’État juif au Congrès américain.

Torres a fait cette déclaration pendant une confrontation sur X – anciennement Twitter – avec le commentateur politique de gauche Peter Beinart.

Le député représentant le sud du Bronx, à New York City – dont c’est le premier mandat, avait posté sur Twitter une condamnation du président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas qui avait affirmé, au début de la semaine, qu’Hitler avait massacré les Juifs en raison de leur « rôle social » d’usuriers et non en raison de sa haine à l’égard du Judaïsme.

Beinart avait répondu à la publication en demandant à Torres s’il soutenait l’organisation d’élections palestiniennes, prédisant de manière ostensible que le député démocrate y serait défavorable, un tel scrutin étant susceptible d’entraîner la victoire du groupe terroriste palestinien du Hamas, rival de l’AP.

« Pensez-vous que les Israéliens ont le droit de choisir leurs leaders (notamment des dirigeants condamnables) mais que ce n’est pas le cas pour les Palestiniens ? », a interrogé Beinart.

Torres a rétorqué que le Hamas n’avait pas de légitimité démocratique dans la mesure où il était une organisation terroriste, critiquant Beinart pour sa suggestion.

Beinart a alors affirmé que Torres s’efforçait de ne pas répondre à la question posée et il a insisté : « Si les Palestiniens n’ont pas le droit de voter pour le Hamas, pourquoi les Israéliens ont-ils le droit de voter pour Ben Gvir ? »

Torres a répondu que Ben Gvir n’était pas l’équivalent moral du Hamas, le groupe terroriste procédant à des tirs de roquette indiscriminés en direction d’Israël.

« Est-ce que je pense que Ben Gvir est un démagogue méprisable, dégoûtant et dangereux, qui n’a rien à faire à une fonction officielle ? Oui », a établi clairement Torres. « Ben Gvir est un raciste qui méprise les gens qui me ressemblent (pas comme vous) et je n’ai donc pas besoin d’un sermon condescendant sur le racisme de la part de saint Peter Beinart. »

« Ainsi, les Israéliens doivent avoir l’autorisation de voter pour Ben Gvir parce qu’il n’est pas aussi mauvais que ça. Mais pourquoi met-il en œuvre l’apartheid (comme en témoignent BTselem, Yesh Din, l’ancien chef du Mossad Tamir Pardo, l’ancien chef du Shin Bet Ami Ayalon, etc), mieux que la cruauté du Hamas à l’encontre de son propre peuple et de ses attaques contre les civils ? », a riposté Beinart.

Torres n’a pas répondu.

Le mois dernier, Ben Gvir avait affirmé que le droit de sa famille à se déplacer en Cisjordanie était « plus important » que la liberté de circulation des Arabes. Il avait ensuite expliqué qu’il avait voulu dire que « le droit à la vie des Israéliens est plus important que la liberté de mouvement des Palestiniens ».

Avant d’entrer en politique, un portrait de Baruch Goldstein, un terroriste juif qui avait abattu 29 Palestiniens en prière au Tombeau des patriarches de Hébron, en 1984, trônait fièrement dans le salon de Ben Gvir. Le ministre d’extrême-droite a affirmé avoir modéré ses positionnements, ces dernières années.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.