Rechercher

Ben Shapiro attire la foule à la conférence des partisans de Trump à Tel Aviv

La CPAC a tenu son premier rassemblement en Israël ; les orateurs se sont élevés contre les libéraux de CNN et d'Europe et ont vanté Israël pour son unité et son taux de natalité

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Ben Shapiro, personnalité médiatique et conservateur américain, prend la parole lors d'un événement à Tel Aviv, le 20 juillet 2022 (Crédit : Nadav Cohen Yonatan, GoLive)
Ben Shapiro, personnalité médiatique et conservateur américain, prend la parole lors d'un événement à Tel Aviv, le 20 juillet 2022 (Crédit : Nadav Cohen Yonatan, GoLive)

Des milliers d’Israéliens se sont réunis dans une salle de Tel Aviv mercredi soir pour la conférence inaugurale en Israël de la Conservative Political Action Conference (CPAC), l’une des organisations politiques les plus influentes des États-Unis.

Des activistes conservateurs et des hauts responsables de l’administration de Donald Trump ont évoqué tout ce que l’ancien président américain avait fait pour Israël, fait l’éloge du taux de natalité élevé d’Israël et appelé les Israéliens à défendre le camp conservateur dans les guerres culturelles américaines.

Mais l’attraction principale pour beaucoup était le célèbre commentateur Ben Shapiro, qui a prononcé le discours principal de la soirée. Plusieurs des 2 500 personnes qui se sont pressées dans le Hangar 11 de Tel Aviv pour l’événement ont déclaré au Times of Israel qu’elles ne savaient pas qu’il s’agissait d’une conférence de la CPAC, mais qu’elles étaient venues pour entendre Shapiro.

De nombreux participants étaient Américano-Israéliens, certains vêtus d’une manière qui les identifiait comme des Juifs pratiquants.

Matt Schlapp, président de la CPAC, a pris la parole en premier, s’en prenant à la chaîne d’information CNN, qu’il a vilipendée pour son caractère trop libéral.

« Est-ce que l’un d’entre vous regarde CNN International ? », a-t-il demandé.

Ce qui a provoqué les huées de plusieurs membres de l’auditoire.

« Je savais que je vous aimerais encore plus ! », s’est-il exclamé.

« L’Amérique est convaincue que nous n’avons pas de plus grand allié au Moyen-Orient et dans le monde que le peuple d’Israël », a-t-il poursuivi. « Mais si vous regardez CNN, vous pourriez penser autrement. »

Schlapp a déclaré que CNN faisait partie d’une constellation de forces internationales contre lesquelles il espérait que les conservateurs israéliens se joindraient à leurs homologues américains pour les combattre.

« Ces forces essaient de diviser l’Amérique. Elles essaient de nous détruire. Elles font cela pour nous diviser et nous affaiblir et pour transformer la cause américaine en une cause mondiale dirigée par l’ONU, dirigée par l’UE, par l’OMS, dirigée par les élites pour dire aux gens ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire. J’espère que le peuple d’Israël soutient ceux d’entre nous en Amérique qui veulent sauver notre pays de ces forces terribles. »

Matt Schlapp, président de la CPAC, et Mercedes Schlapp, membre senior de la CPAC, lors d’un événement de la CPAC en Israël, le 20 juillet 2022. (Crédit : Nadav Cohen Yonatan/GoLive)

La CPAC a commencé à organiser des conférences en dehors des États-Unis, dans des endroits comme la Hongrie et le Brésil, a déclaré M. Schlapp, dans le but d’unir les mouvements conservateurs du monde entier. Il a ajouté que les Américains avaient à apprendre des conservateurs israéliens.

« Pouvez-vous vous joindre aux amoureux de la liberté de la Corée et du Japon, à ces voix courageuses de Hong Kong, aux Australiens, aux Hongrois et aux Européens qui essaient de défendre leur cause contre toutes ces forces mondiales qui leur font obstacle ? Et pouvez-vous faire autre chose ? Pouvez-vous apprendre aux Américains à être fiers de la raison pour laquelle ils sont sur cette Terre ? »

L’événement de mercredi à Tel Aviv était organisé conjointement par la CPAC, les maisons d’édition Shibolet Press et Sella Meir, et le Tel Aviv International Salon.

Alors que The Daily Wire, un site d’information fondé par Ben Shapiro, avait annoncé en juin que l’événement serait une conférence de la CPAC, le Tel Aviv International Salon a envoyé un courriel plusieurs heures avant l’événement encourageant les détenteurs de billets à se présenter à 20h30, soit après la fin des discours de la CPAC.

Le courriel soulignait que le Tel Aviv International Salon n’avait pas d’opinions politiques spécifiques, écrivant que l’organisation était « non partisane et à but non lucratif » et qu’elle présentait des orateurs « de gauche, de droite et du centre ».

Make Israel great again ?

Ces dernières années, la CPAC en est venue à être associée à l’aile MAGA pro-Trump du Parti républicain, et plusieurs orateurs mercredi soir ont loué avec enthousiasme Trump – qui pourrait bientôt annoncer sa candidature à la prochaine présidentielle – pour ce qu’ils ont décrit comme ses contributions à la position d’Israël dans la région. Aucun des intervenants n’a mentionné le rival potentiel de Trump pour la nomination républicaine, Ron DeSantis.

En présentant un panel d’anciens ambassadeurs et fonctionnaires américains impliqués dans la normalisation d’Israël avec les pays arabes, Mercedes Schlapp, Senior Fellow de la CPAC, les a décrits comme des « superstars de Trump » qui ont « cassé le moule de la façon dont les gens pratiquent la diplomatie à travers le monde ».

Elle a crédité Trump pour avoir « fait avancer les choses » au Moyen-Orient.

« Je vais vous dire une chose à propos du président Trump. Quand il veut faire quelque chose, il le fait. Et nous avons besoin de plus de leaders comme lui pour se battre dans ce monde dans lequel nous vivons. »

L’ancien ambassadeur américain aux Émirats arabes unis, John Rakolta, a déclaré, en évoquant la structure des Accords d’Abraham pour la paix : « Je pense qu’il faut applaudir [le gendre et conseiller principal de Trump, Jared Kushner] à tout rompre. Il avait une vision complètement nouvelle sur la façon de parvenir à la paix en contournant les Palestiniens et en s’adressant directement à un pays comme les Émirats, qui ont été les premiers. »

L’ancien envoyé au Moyen-Orient Jason Greenblatt a salué la décision de Trump de réduire l’aide aux Palestiniens.

« Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, le président Trump a fait quelque chose de très intelligent. Il a coupé l’argent à l’UNWRA », a-t-il dit en faisant référence à l’agence de l’ONU responsable des réfugiés palestiniens.

Un événement sponsorisé par CPAC à Tel Aviv, le 20 juillet 2022. (Crédit : Nadav Cohen Yonatan/GoLive)

Le public a éclaté en applaudissements et en acclamations.

« Pourquoi ? Parce que cela n’avait absolument aucun sens. N’est-ce pas ? », a déclaré Greenblatt. « Les soi-disant réfugiés palestiniens sont les seules personnes classées comme telles, génération par génération, et ils vivent dans ces camps de réfugiés. Ils n’ont pas d’avenir. Ils sont utilisés comme des pions politiques. Et le président Trump en a eu assez. Il a dit : le système est cassé, c’est un gaspillage de notre argent. »

L’ancien ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell, signalé comme un possible secrétaire d’État dans une future administration Trump, a suggéré que l’avenir d’Israël serait davantage assuré par une Amérique de droite que par une Europe de gauche. Il a également lancé un avertissement inquiétant : l’Amérique risque de perdre son statut de leader du monde libre.

« Je suis en règle générale une personne positive, mais malheureusement j’ai de mauvaises nouvelles. Vous savez, toutes les grandes civilisations ont tenu à peu près 250 ans. L’Amérique est en train de regarder ce qui lui arrive et de se demander si elle en est là. Et pensez-y. La fin du leadership américain, la fin du capitalisme, des droits de l’homme, de l’État de droit est une chose terrible pour le monde entier. »

Grenell a déclaré que cette situation était due au fait que les Européens « se sont éloignés de l’Occident. Ils envisagent clairement une relation transatlantique qui n’est plus tournée vers l’Occident. Et c’est terrible non seulement pour l’Amérique, mais aussi pour Israël ».

« De là où je vis »

Lorsque l’orateur principal de la soirée, le poids lourd des médias conservateurs Ben Shapiro, est monté sur scène, de nombreuses personnes dans le public se sont levées, applaudissant bruyamment et essayant de capturer son image sur leurs téléphones. Les sièges libres étaient rares, et de nombreuses personnes sont restées debout tout au long de son discours qui a duré une heure.

S’exprimant à un rythme rapide, sans notes et apparemment de mémoire, Shapiro a énuméré une liste de statistiques attestant, selon lui, de la santé et de la solidité de la société israélienne.

« Malgré une absence totale de ressources naturelles, un territoire minuscule situé dans l’une des régions les plus dangereuses de la planète et une population totale de 9,2 millions d’habitants, Israël a le 20e PIB par habitant le plus élevé de la planète Terre », a-t-il déclaré.

Le journaliste israélien Amit Segal s’entretient avec Ben Shapiro, personnalité médiatique conservatrice américaine, au Hangar 11 à Tel Aviv, le 20 juillet 2022. (Crédit : Nadav Cohen Yonatan/GoLive)

Shapiro a également loué Israël pour son taux de fécondité élevé, le décrivant comme « le seul pays en Occident où le taux de fécondité est supérieur au taux de remplacement. Le seul ».

« En fait, c’est vraiment une statistique étonnante quand on y pense. Même les zones les plus politiquement à gauche d’Israël se reproduisent à des taux plus élevés que les autres pays. À Tel Aviv, le taux de fécondité est de 2,49. À Haïfa, le taux de fécondité est de 2,35. »

Shapiro attribue ce phénomène au sentiment d’unité des Israéliens.

« De l’intérieur, Israël doit ressembler à un pays bouillonnant de désaccords et de conflits, d’aversion et d’antipathie, de fossés infranchissables, où personne ne s’entend. De l’extérieur, c’est-à-dire, là où je vis, voici ce à quoi Israël ressemble réellement : un pays plus solide dans son identité que presque n’importe quel autre pays sur la planète Terre. »

Shapiro a critiqué Israël pour sa bureaucratie et ses obstacles à l’économie de marché, suscitant des applaudissements discrets.

Il a suscité des rires lorsqu’il s’est moqué d’éléments de la gauche américaine, qui, selon lui, croient que « les hommes peuvent être des femmes, les femmes peuvent être des hommes, les deux peuvent être des poules, et le summum de l’existence humaine réside dans l’auto-définition sexuelle subjective de chaque individu ».

Avertissant les Israéliens de ne pas se laisser influencer par les attitudes gauchistes, Shapiro a déclaré : « Ne laissez pas ces foutaises se produire ici, pour l’amour de Dieu. Ne laissez pas la gauche détruire les clauses du sort et du destin. Accrochez-vous à vos principes. Accrochez-vous à votre histoire. »

Le public, visible sur des écrans géants dans la salle, écoutait religieusement le discours de Shapiro, qui a habilement tissé des fils entre la théologie, la théorie politique et les coups de gueule contre ses adversaires politiques.

Des publications conservatrices sont exposés à l’extérieur d’un événement sponsorisé par la CPAC avec Ben Shapiro, le 20 juillet 2022 à Tel Aviv. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

Un seul moment de discorde a eu lieu pendant le discours de Shapiro. Lors de la séance de questions-réponses, le journaliste israélien Amit Segal, lui a demandé s’il était toujours favorable à Trump malgré « ces images horribles de gens prenant d’assaut le Capitole ».

Le public a éructé en huées bruyantes.

« Désolé », a dit Segal, penaud.

« Ce n’était pas le mieux, les gars », a concédé Shapiro.

Après l’événement, la plupart des spectateurs auxquels ce journaliste a parlé ont déclaré qu’ils étaient déjà des fans des podcasts et des chroniques de Shapiro avant la conférence et que l’événement les avait enthousiasmés et dynamisés.

Une femme d’une vingtaine d’années, qui regardait une table chargée de traductions en hébreu de Jordan Peterson, Boris Johnson et Charles Murray, a déclaré avoir eu « les larmes aux yeux » pendant l’événement.

Cette femme, qui a immigré en Israël depuis un petit village de Russie, a déclaré qu’elle avait été troublée par l’anomie et l’absence de frontières qu’elle percevait dans l’Occident libéral. Elle s’était tournée vers les publications conservatrices américaines en ligne, notamment le Daily Wire de Ben Shapiro. Elle a déclaré qu’elle était heureuse de se trouver dans une salle avec autant de personnes partageant les mêmes idées.

« C’est une question de communauté. Je suis tellement reconnaissante d’être ici. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...