Bennett ne servira pas dans un gouvernement « de gauche » sous Lapid mais…
Rechercher

Bennett ne servira pas dans un gouvernement « de gauche » sous Lapid mais…

Yesh Atid peut encore rejoindre une potentielle coalition, note le chef de Yamina ; sa formation, selon les sondages, remporterait 11 sièges contre 18 pour Yair Lapid

Yair Lapid (à droite), président de Yesh Atid, et Naftali Bennett, chef de HaBayit HaYehudi, présentent un accord conclu entre les collèges technologiques israéliens et le ministère des Finances, à la Knesset, le 27 octobre 2013. (Flash 90)
Yair Lapid (à droite), président de Yesh Atid, et Naftali Bennett, chef de HaBayit HaYehudi, présentent un accord conclu entre les collèges technologiques israéliens et le ministère des Finances, à la Knesset, le 27 octobre 2013. (Flash 90)

Le dirigeant de Yamina, Naftali Bennett, a indiqué mercredi qu’il n’intégrerait pas un gouvernement qui serait placé sous l’autorité d’un parti de gauche – la formation centriste Yesh Atid incluse. Mais il a clairement établi que sa formation accepterait de côtoyer Yesh Atid dans le cadre d’une coalition en tant que partenaire.

« Le moment est venu de remplacer Netanyahu et seul le parti Yamina est capable de le faire », a dit Bennett à la chaîne Kan. « Yamina n’intégrera pas un gouvernement qui serait dirigé par un parti de gauche – et notamment une coalition dont Lapid serait le Premier ministre ».

« Mais nous ne voyons aucun problème à ce que Lapid rejoigne le gouvernement », a ajouté Bennett.

Interrogé sur l’étiquette « de gauche » qu’il applique à Lapid, qui a déclaré lui-même qu’il se trouvait à la droite du spectre politique, Bennett a expliqué que Lapid « peut aussi dire qu’il est kangourou s’il le souhaite ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (gauche) et le ministre de la Défense Naftali Bennett (centre) visitent une base aérienne sur le plateau du Golan surplombant le territoire syrien, le 24 novembre 2019. (Photo par ATEF SAFADI / POOL / AFP)

« Ces élections se jouent au sein du camp nationaliste et j’ai l’intention de remplacer Netanyahu », a continué Bennett. « La majeure partie de la population est de droite – il est inimaginable qu’une personnalité issue de la gauche s’installe au bureau du Premier ministre. »

Bennett mène une campagne agressive contre la gestion, par Netanyahu, de la pandémie et il s’est présenté comme « un candidat au poste de Premier ministre », même si de récents sondages lui accordent seulement la moitié du nombre de sièges que le Likud devrait remporter.

« C’est la veille de Pourim et Bennett et Gideon [Saar] continuent à porter leur déguisement. Ils répètent toute la journée : ‘Nous ne siégerons pas avec Lapid’. Vous leur demandez quel temps il fait dehors et il vous répondent : ‘Nous ne siégerons pas avec Lapid’. Ils peuvent bien continuer à le nier mais ils n’ont aucun moyen de former un gouvernement sans que ce dernier soit un gouvernement de gauche dirigé par Lapid », a déclaré Netanyahu.

Mardi, Netanyahu a partiellement réuni le bloc de droite et de partis religieux autour de lui – un bloc qui était parvenu à empêcher la formation de coalitions plus centristes et plus laïques au lendemain des dernières élections.

Cette initiative devrait encore davantage compliquer les efforts qui pourraient être livrés par Yair Lapid, président de Yesh Atid, et Gideon Saar, à la tête de Tikva Hadasha – les chefs des partis qui devraient arriver en 2e et 3e position à la Knesset – pour former un gouvernement.

« Le camp de la gauche demeure petit, que ce soit auprès du public ou de la Knesset. La plupart des gens sont de droite ou du centre. Aussi, il est impossible que Lapid devienne le chef du gouvernement. C’est inconcevable politiquement. Tous ceux qui comprennent le système politique le savent bien, » a déclaré de son côté Saar lors d’une visite dans le sud du pays.

« C’est Netanyahu qui crée artificiellement dans sa campagne vidéo une opposition entre lui et Lapid. Netanyahu sait ce qu’il en est, » a précisé Saar dont le parti de droite est en troisième position dans les récents sondages, après le Likud de Netanyahu et Yesh Atid de Lapid.

Tout comme Bennett, il n’a pas exclu sa participation à une coalition avec Lapid.

Selon Ynet, Saar a souligné : « Lapid peut être partenaire d’un gouvernement dirigé par moi. Lapid n’a aucune chance d’être Premier ministre. Je l’ai déjà dit. Il n’y a rien de neuf. Aujourd’hui, après la déclaration de Bennett, cela me semble impossible en pratique. Il ne reste que deux options : ou Netanyahu gagne encore, ou bien il y aura un changement et je dirigerai le gouvernement. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...