Bennett rétropédale et annule la détention administrative d’un suspect juif
Rechercher

Bennett rétropédale et annule la détention administrative d’un suspect juif

Eliya Ben David avait été arrêté, car soupçonné d'avoir lancé une pierre sur un véhicule, laquelle a heurté un Palestinien à la tête, le blessant légèrement

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le ministre de la Défense Naftali Bennett fait une déclaration aux médias dans l'implantation d'Ariel en Cisjordanie, le 26 janvier 2020. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)
Le ministre de la Défense Naftali Bennett fait une déclaration aux médias dans l'implantation d'Ariel en Cisjordanie, le 26 janvier 2020. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

Suite aux protestations de parlementaires et militants d’extrême-droite, le ministre de la Défense Naftali Bennett a ordonné mardi la libération d’un Juif soupçonné de terrorisme, annulant ainsi la mesure extraordinaire qu’il avait signée moins de 24 heures auparavant.

Selon un communiqué de son bureau, Bennett a ordonné une révision de l’affaire après avoir pris connaissance de la décision initiale du tribunal de libérer Eliya Ben David, 19 ans, lundi.

« Après un examen approfondi, le ministre de la Défense Naftali Bennett réduira l’ordre de détention administrative contre Ben David à [une injonction] limitant l’entrée en Judée et en Samarie [Cisjordanie] uniquement, en attendant l’approbation du chef du commandement central de l’armée israélienne », explique la déclaration, laissant le soin au général de division Nadav Padan d’avoir le dernier mot sur la question.

Ben David a d’abord été arrêté il y a neuf jours, car il était soupçonné d’avoir lancé une pierre sur un véhicule, laquelle a heurté un Palestinien à la tête, le blessant légèrement.

Mais lundi, le tribunal de district de Lod a ordonné la libération de Ben David en raison du manque de preuves contre lui. Dans son jugement, le juge Ido Druyan-Gamliel a critiqué la manière dont les forces de l’ordre avaient traité l’affaire, écrivant que « nous ne pouvons pas continuer comme si rien ne s’était passé ici » et a ordonné que le procès-verbal de l’audience soit transféré au bureau du procureur du district de Jérusalem, ainsi qu’au Shin Bet et à l’unité des crimes majeurs du district de Judée et Samarie (Cisjordanie) de la police pour une enquête interne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...