Rechercher

Biden et le roi Abdallah II de Jordanie appellent au calme à Jérusalem

Le président a salué "les récentes initiatives" pour apaiser les tensions à la mosquée al-Aqsa ; le souverain jordanien demande des efforts en vue d'une solution à 2 États

Le président Joe Biden, à gauche, s'exprime à Washington, le 8 juillet 2021.  (Crédit : AP Photo/Evan Vucci) Le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, le 26 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon, Pool)
Le président Joe Biden, à gauche, s'exprime à Washington, le 8 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci) Le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, le 26 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon, Pool)

Le président américain Joe Biden a eu une discussion téléphonique avec le roi de Jordanie, Abdallah II, lundi, dans un contexte de tensions continues sur le mont du Temple de Jérusalem. L’occupant de la Maison Blanche a déclaré apprécier les initiatives entreprises par le royaume en faveur d’une désescalade de la situation.

« Le président a salué les efforts qui ont été récemment livrés pour apaiser les tensions et a exprimé son espoir que la dernière semaine du ramadan se passera pacifiquement », a noté la Maison Blanche dans un communiqué.

Abdallah a souligné l’importance de respecter la mosquée al-Aqsa, faisant remarquer que son pays continuera à prendre les mesures nécessaires pour protéger les lieux saints de Jérusalem.

Les deux leaders ont convenu de l’importance de préserver le statu quo à Al-Aqsa.

La discussion a aussi porté sur les récentes violences survenues en Israël et en Cisjordanie, Biden soulignant l’importance d’une coordination continue afin de prévenir d’autres attaques terroristes sur le sol israélien.

Le souverain jordanien a répété la nécessité « de renforcer les efforts en vue d’une paix équitable, basée sur les droits légitimes des Palestiniens et sur la solution à deux États ».

Des Palestiniens se trouvent à la mosquée Al-Aqsa, au sommet du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 avril 2022, pendant le Ramadan . (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Au cours de leur rencontre, au mois de juillet dernier – c’était le premier entretien officiel du président américain avec un allié du Moyen-Orient – Biden avait déclaré qu’il soutenait la tutelle exercée par la Jordanie sur les lieux saints de Jérusalem. Il avait ajouté : « Vous avez toujours été là pour nous et nous serons toujours là pour la Jordanie », notant que le Moyen-Orient était une « région difficile ».

L’entretien téléphonique de lundi a eu lieu suite à des affrontements répétés entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens sur le mont du Temple, à une période où les fêtes du ramadan et de Pessah attirent des milliers de fidèles dans les lieux saints de Jérusalem.

Ces heurts ont entraîné des tensions diplomatiques croissantes entre l’État juif et la Jordanie.

Abdallah a attribué la responsabilité de ces échauffourées à Israël, critiquant l’État pour avoir autorisé des pèlerins juifs à entrer sur le site et appelant le gouvernement israélien à respecter « le statu quo juridique et historique » mis en place sur le mont du Temple, selon un communiqué de la cour royale hachémite.

De son côté, le ministre jordanien des Affaires étrangères a accusé Israël de tenter « de changer le statu quo » sur le site et le Premier ministre jordanien Bisher al-Khasawneh a rendu hommage aux émeutiers palestiniens en utilisant un langage hostile condamnant les « sympathisants des sionistes » et qualifiant l’État juif « de gouvernement de l’occupation ».

Des Palestiniens enveloppés de drapeaux du Hamas prennent position dans la cour de l’enceinte du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, lors d’affrontements avec la police israélienne, le 22 avril 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

De son côté, le Premier ministre Naftali Bennett a dénoncé ceux qui, selon lui, « encouragent ceux qui jettent des pierres et l’utilisation de la violence contre les citoyens d’Israël ». Il a condamné les propos « graves » qui ont attribué à l’État juif la responsabilité des émeutes.

« L’État d’Israël continuera à assurer et à sauvegarder la dignité de tous de manière à ce que tout un chacun puisse célébrer les fêtes à Jérusalem », a-t-il indiqué, la semaine dernière.

Lors d’un entretien téléphonique avec Biden, dimanche, Bennett a informé le président sur les initiatives prises par Israël « pour mettre un terme aux violences et aux incitations à Jérusalem », a fait savoir le bureau du Premier ministre.

« Le président a noté les efforts livrés de manière continue par les officiels israéliens et palestiniens dans le but d’apaiser les tensions et de s’assurer que la fête du ramadan s’achèvera de manière pacifique », a expliqué la Maison Blanche.

Biden a aussi accepté une invitation à venir au sein de l’État juif au cours des prochains mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...