Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Blinken en Arabie saoudite sur fond d’un hypothétique rapprochement avec Israël

La venue du secrétaire d'État à Ryad survient près de sept mois après le début de la guerre contre le Hamas, qui a freiné ce qui aurait pu être un succès majeur pour Joe Biden

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken avec le ministre de la Sécurité saoudien Musaed al-Aiban, à sa droite, après une rencontre avec le prince héritier Mohammed ben Salman, à Ryad, le 5 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken avec le ministre de la Sécurité saoudien Musaed al-Aiban, à sa droite, après une rencontre avec le prince héritier Mohammed ben Salman, à Ryad, le 5 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP)

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, est attendu lundi en Arabie saoudite alors que la fenêtre d’opportunité pour un accord historique qui verrait la monarchie du Golfe reconnaître Israël est de plus en plus étroite, estiment des analystes.

La venue du secrétaire d’État dans la capitale saoudienne Ryad intervient près de sept mois après le début de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza le 7 octobre, qui a mis un coup de frein à ce qui aurait pu être un succès majeur pour le président Joe Biden en matière de politique étrangère.

Elle intervient aussi avant la présidentielle américaine de novembre à laquelle se représente Biden, un calendrier électoral qui pourrait torpiller les progrès réalisés jusque-là dans le processus de normalisation israélo-saoudien.

En septembre, avant l’assaut barbare du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre à Gaza, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, avait dit se « rapprocher tous les jours » d’un accord censé renforcer aussi le partenariat de sécurité entre Washington et Ryad.

Mais le prince de 38 ans, dirigeant de facto du royaume, avait également souligné l’importance de la question palestinienne. « Nous devons faciliter la vie des Palestiniens », avait-il déclaré.

Depuis le début de la guerre contre les terroristes palestiniens du Hamas, des responsables saoudiens insistent plus que jamais sur la nécessité de créer un État palestinien.

L’ambassadrice saoudienne aux États-Unis, Reema Bandar al-Saud, s’adressant à un groupe de discussion sur l’antisémitisme lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le 18 janvier 2024. (Crédit : Capture d’écran WEF)

En janvier, l’ambassadrice du royaume à Washington, la princesse Reema bint Bandar al-Saud, a déclaré lors du Forum économique mondial (WEF) que la normalisation serait impossible sans une voie « irrévocable » vers la création de cet État.

« Prix de la normalisation »

S’il n’est pas surprenant que l’Arabie saoudite lie ses relations avec Israël à une résolution du conflit israélo-palestinien, « le prix de la normalisation, en particulier sur le front palestinien, a certainement augmenté », estime l’analyste saoudien Aziz Alghashian.

« Ce que l’on peut dire, c’est qu’il faut quelque chose de plus tangible que théorique. Plus que de simples promesses », ajoute-t-il.

L’Arabie saoudite, qui abrite deux des sites les plus saints de l’islam, n’a jamais reconnu Israël et ne s’est pas jointe aux Accords d’Abraham négociés par les États-Unis en 2020, qui ont vu ses voisins du Golfe (Bahreïn et les Émirats arabes unis) ainsi que le Maroc, établir des liens formels avec Israël.

Durant sa première campagne, le président Biden avait promis de traiter l’Arabie saoudite en « paria » en raison de son bilan en matière des droits de l’homme. Mais depuis sa visite à Jeddah en 2022 et sa rencontre avec le prince héritier, l’administration américaine s’emploie à trouver un compromis qui s’appuierait sur les Accords d’Abraham, succès diplomatique de son prédécesseur, Donald Trump.

Les Saoudiens leur ont toutefois fait savoir qu’ils seraient plus exigeants que leurs voisins, réclamant notamment des garanties de sécurité de Washington et son aide sur un programme nucléaire civil doté d’une capacité d’enrichissement d’uranium.

Dans les mois suivant cette visite, responsables israéliens et américains ont multiplié les déclarations optimistes, tandis que les Saoudiens se sont fait plus discrets.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken à son arrivée, à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/AP)

Pour Elham Fakhro, du groupe de réflexion Chatham House, « l’Arabie saoudite est consciente de la volonté de l’administration Biden de parvenir à un accord ». Et Ryad « est conscient aussi qu’aucun autre pays arabe n’a autant de poids que lui pour faire du lobbying en faveur des Palestiniens », souligne-t-elle.

Mais l’assaut du Hamas le 7 octobre en Israël, qui a entraîné la mort de près de 1 200 personnes et la prise d’otage de 253 autres, a fait dérailler le processus.

Israël a répondu à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire menée contre des Juifs depuis la Shoah par une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza visant à anéantir le Hamas, à mettre fin à son règne de seize ans à Gaza et à libérer tous les otages.

La riposte israélienne, qui auraient fait plus de 34 300 morts à Gaza – selon les chiffres publiés par le ministère de la Santé du groupe terroriste palestinien du Hamas et donc invérifiables – , sont régulièrement dénoncées par Ryad, qui a encore accusé cette semaine l’armée israélienne de commettre des « crimes de guerre odieux et incontrôlés ».

Conditions difficiles

Même avant la guerre à Gaza, un accord saoudo-israélo-américain n’avait rien d’évident.

« Les États-Unis devront concéder quelque chose et aucune des conditions [ou demandes] de l’Arabie saoudite n’est facile », affirme Fakhro, en soulignant notamment « qu’un pacte de défense devra passer par le Congrès » américain.

« Son approbation est loin d’être acquise », ajoute la chercheuse, surtout dans un contexte électoral aux États-Unis rendant les accords bipartites encore plus difficiles.

Sur le volet palestinien, une percée imminente paraît également peu probable, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, affichant clairement son opposition à la création d’un État palestinien.

Or, rappelle l’analyste saoudien Hesham Alghannam, « dès le début l’Arabie saoudite a été claire : aborder le conflit israélo-palestinien d’une manière qui satisfasse les Palestiniens est une condition préalable à une normalisation avec Israël ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.