Boris Epshteyn, conseiller du bureau de presse de la Maison Blanche, quitterait son poste
Rechercher

Boris Epshteyn, conseiller du bureau de presse de la Maison Blanche, quitterait son poste

Le conseiller juif né en Russie, qui aurait écrit la déclaration de la Journée de l’Holocauste, démissionne ; la Maison Blanche ne donne pas d’explication

Boris Epshteyn dans le hall de la Trump Tower, à New York, le 11 novembre 2016. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images via JTA)
Boris Epshteyn dans le hall de la Trump Tower, à New York, le 11 novembre 2016. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images via JTA)

Boris Epshteyn, conseiller spécial auprès du bureau de presse du président américain Donald Trump, aurait démissionné.

Epshteyn pourrait rester dans l’administration à un poste moins important, ont annoncé plusieurs médias, dont le New York Times et Politico, en s’appuyant sur de nombreuses sources anonymes.

Epshteyn, ancien stratège politique républicain, est un vieil ami d’Eric Trump, le fils du président, qu’il avait rencontré à l’université Georgetown.

L’attaché de presse de la Maison Blanche, Sean Spicer, n’a pas répondu au New York Times qui lui demandait la raison du départ de Epshteyn.

Epshteyn supervisait les passages télévisés des responsables de la Maison Blanche s’exprimant au nom de l’administration.

Cette année, Epshteyn avait menacé d’empêcher les responsables de l’administration de passer sur Fox News après un passage houleux dans l’émission « America’s Newsroom », malgré le soutien constant de la chaîne à Trump.

Epshteyn, qui affirme avoir de la famille qui a péri pendant l’Holocauste, aurait écrit la déclaration de Trump pour la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste. Cette déclaration a été largement critiquée car elle ne citait pas les mots « Juif » ou « antisémitisme ».

Epshteyn a immigré aux Etats-Unis depuis Moscou, où il est né, en 1993 à l’âge de 11 ans. Banquier d’investissement et avocat fiscal new-yorkais, Epshteyn était le conseiller en communication du sénateur John McCain pendant sa campagne présidentielle de 2008, et avait concentré ses efforts sur la colistière du sénateur de l’Arizona, Sarah Palin, qui était alors la gouverneure de l’Alaska.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...