Bulgarie : l’affaire des “saluts nazis” continue d’embarrasser le pouvoir
Rechercher

Bulgarie : l’affaire des “saluts nazis” continue d’embarrasser le pouvoir

Un 3e membre du gouvernement est mis en cause pour une photo de lui, bras tendu et moustache à la Hitler. Il tempère, malgré les appels à la démission

Pavel Tenev, vice-ministre bulgare de la Coopération régionale, qui a démissionné pour un salut nazi, le 17 mai 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube/Vestnik Stroitel)
Pavel Tenev, vice-ministre bulgare de la Coopération régionale, qui a démissionné pour un salut nazi, le 17 mai 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube/Vestnik Stroitel)

Après Pavel Tenev, vice-ministre nationaliste du nouveau gouvernement bulgare contraint à la démission, l’opinion publique bulgare continue de découvrir avec étonnement cette drôle d’habitude partagée par beaucoup de ses dirigeants.

Tenev a démissionné courant mai, deux semaines après sa nomination, après le scandale provoqué par une photo prise en 2008 sur laquelle il adresse un salut nazi à un officier en cire lors d’une visite au musée Grevin à Paris.

Les médias ont découvert cette photo compromettante sur le profil Facebook de l’intéressé nommé par le gouvernement qui a pris ses fonctions le 4 mai dernier.

Mais Pavel Tenev n’est que le premier d’une série. Une nouvelle fois, sur internet, rien n’est oublié.

Quelques jours plus tard, une photo bras tendue d’Ivo Antonov, haut-responsable du ministère de la Défense refait surface. Il pose ainsi devant un tank allemand datant de la Seconde Guerre mondiale.

« Poussé lui aussi à la démission par le Premier ministre, il s’est fait hospitaliser. […] Il s’est fendu d’une lettre ouverte présentant des ‘excuses et des profonds regrets’ pour son geste tout en protestant contre le ‘harcèlement’ dont lui et sa famille seraient victimes. À ce jour, il est toujours fonctionnaire de la Défense, son ministre de tutelle ayant salué en lui un excellent professionnel », rapporte Courrier international.

C’est dans un contexte tendu, du fait de l’entrée au gouvernement de deux ministres issus de l’extrême-droite bulgare, que ces scandales ont éclaté. L’un deux, Valeri Simonov a laissé entendre qu’étudiant il avait visité le camp de Buchenwald, et qu’ils y avaient « peut-être aussi pris pas mal de photos rigolotes ».

Et pour finir, c’est une photo du conseiller du président sur les questions de sécurité qui a fait parler d’elle. On le voit arborant une petite moustache à la Hitler, et le bras tendu.

Une véritable épidémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...