Bureau économique à Jérusalem : La Ligue arabe condamne Brasilia
Rechercher

Bureau économique à Jérusalem : La Ligue arabe condamne Brasilia

Les dirigeants palestiniens, à l'initiative de la réunion des diplomates arabes, ont déjà appelé les pays arabes à boycotter le Brésil

Les ministres arabes des Affaires étrangères se réunissent au siège de la Ligue arabe au Caire, en Égypte, le 19 novembre 2017. (Crédit : AP/Nariman El-Mofty)
Les ministres arabes des Affaires étrangères se réunissent au siège de la Ligue arabe au Caire, en Égypte, le 19 novembre 2017. (Crédit : AP/Nariman El-Mofty)

La Ligue arabe a condamné jeudi l’ouverture par le Brésil d’un bureau économique à Jérusalem et a mis en garde ce pays contre le déplacement de son ambassade dans la Ville sainte.

Le Brésil a ouvert dimanche un bureau économique à Jérusalem, et le fils du président brésilien Jair Bolsonaro a confirmé à l’occasion l’intention de son père de déplacer l’ambassade du Brésil en Israël dans la Ville sainte.

« La Ligue arabe considère la décision du Brésil comme unilatérale et illégitime et considère qu’elle appuie les politiques illégales d’occupation israélienne », est-il indiqué dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion au niveau des délégués permanents de l’organisation panarabe convoquée d’urgence à la demande des Palestiniens.

La Ligue arabe a également mis en garde contre le déplacement à Jérusalem de l’ambassade du Brésil, indiquant que le changement de la politique brésilienne envers les Palestiniens « portera gravement atteinte aux relations et aux intérêts arabo-brésiliens ».

En réponse, le ministère brésilien des Affaires étrangères a précisé dans un communiqué que ce bureau économique allait « donner la priorité aux dossiers liés à l’innovation, à la technologie, aux partenariats stratégiques et aux investissements ».

« Le Brésil continue d’entretenir d’excellentes relations avec les pays arabes, comme en témoignent les résultats concrets de la récente visite du président dans la région », est-il ajouté dans le texte, en référence à la récente tournée qui a conduit Jair Bolsonaro aux Emirats arabes unis, au Qatar et en Arabie Saoudite en octobre.

Eduardo Bolsonaro, député fédéral brésilien et fils du président du Brésil Jair Bolsonaro, s’exprime lors de l’un événement pour l’ouverture de l’Agence brésilienne de promotion du commerce et de l’investissement à Jérusalem, le 15 décembre 2019. (Photo par Hadas Parush/Flash90)

Dans une interview accordée au Times of Israel, le député et fils du président brésilien, Eduardo Bolsonaro, qui dirige la commission des Affaires étrangères et de la Défense nationale de la chambre basse du Congrès, a souligné que son père avait travaillé dur pour renforcer les liens commerciaux avec les États du golfe Persique, laissant entendre que le déménagement pourrait survivre à un retour de bâton.

Quelques minutes avant qu’il n’inaugure, avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le bureau commercial de Jérusalem, Eduardo Bolsonaro s’est engagé à déclarer le Hezbollah libanais organisation terroriste, a indiqué qu’il était possible que son gouvernement reconnaisse la légalité des implantations israéliennes et envisagé la fermeture de l’ambassade palestinienne au Brésil.

Les dirigeants palestiniens ont déjà décrié l’ouverture de l’agence commerciale brésilienne à Jérusalem, la qualifiant d’illégale et appelant les pays arabes à boycotter le Brésil.

A LIRE/INTERVIEW : Pour Eduardo Bolsonaro, le futur transfert de l’ambassade n’est qu’un début

Lors de sa visite en Israël en mars, le président brésilien avait présenté l’ouverture d’un bureau de l’Apex (l’agence brésilienne de promotion de commerce et de l’investissement) à Jérusalem comme un premier pas vers le déplacement de l’ambassade.

Avec un tel transfert, M. Bolsonaro imiterait le président américain Donald Trump qui a déplacé l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem en mai 2018.

Le statut de Jérusalem est l’une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien. Israël considère toute la ville comme sa capitale, alors que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. La plupart des ambassades étrangères sont situées à Tel-Aviv pour ne pas préempter le résultat de négociations entre Israéliens et Palestiniens.

Donald Trump a rompu en décembre 2017 avec des décennies de consensus international en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël et en annonçant le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem.

Le gouvernement israélien avait assuré que d’autres pays suivraient l’exemple. A ce jour, seul le Guatemala a transféré et maintenu son ambassade à Jérusalem.

Le Paraguay, qui avait ouvert en mai 2018 une ambassade à Jérusalem, a rapatrié sa représentation diplomatique à Tel-Aviv, déclenchant l’ire d’Israël qui a fermé son ambassade à Asuncion.

La Hongrie a ouvert une représentation commerciale à Jérusalem en mars dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...