Rechercher

Cérémonie de Yom HaZikaron à Abou Dhabi, une première en pays arabes

L'événement était présidé par Amir Hayek, ambassadeur d’Israël aux Émirats arabes unis, qui s'est dit ému aux larmes de « tristesse, espoir et émotion » mêlés

Amir Hayek, ambassadeur d’Israël aux Émirats arabes unis, prend la parole lors d’une cérémonie commémorative à Abou Dhabi, le 3 mai 2022. (Crédit : Autorisation du porte-parole du ministère des Affaires étrangères d’Israël)
Amir Hayek, ambassadeur d’Israël aux Émirats arabes unis, prend la parole lors d’une cérémonie commémorative à Abou Dhabi, le 3 mai 2022. (Crédit : Autorisation du porte-parole du ministère des Affaires étrangères d’Israël)

Amir Hayek, ambassadeur d’Israël aux Émirats arabes unis, a présidé mardi soir à Abou Dhabi, une cérémonie pour commémorer Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tombés au combat et aux victimes du terrorisme.

Il s’agit de la toute première cérémonie officielle de Yom HaZikaron à se tenir dans un État arabe. La cérémonie a consisté en la récitation de prières commémoratives juives traditionnelles, dont le Yizkor et le kaddish.

Á l’occasion de cet événement, Hayek a rappelé la volonté d’Israël de travailler avec les Émirats arabes unis et tous ceux qui « luttent pour la paix et un monde meilleur ».

« Ici, à Abou Dhabi, nous nous inclinons et rendons hommage à ceux qui ont donné leur vie pour nous permettre de vivre. Ici, nous jurons de prendre soin des générations à venir pour faire advenir un avenir meilleur. Nous continuerons à honorer la mémoire de nos morts et prendre soin des blessés et de leurs familles », a-t-il déclaré.

S’adressant à la radio 103FM mercredi matin, Hayek a confié avoir été submergé par l’émotion pendant la cérémonie. « Je ne me souviens pas d’un discours dans lequel je me suis arrêté autant de fois pour reprendre ma respiration et essuyer mes larmes de tristesse, d’espoir et d’émotion », a-t-il précisé.

Hayek a indiqué que la cérémonie était un événement interne israélien tenu en hébreu, afin de « se souvenir et comprendre où nous sommes, et comment continuer à lutter pour la paix afin d’en finir avec les massacres ».

« Je pense que nous devons travailler progressivement. Une mère dont le fils a été tué, qu’elle soit juive, chrétienne ou musulmane, fait de la peine à tout le monde », a-t-il expliqué.

La cérémonie s’est tenue dans le contexte de bonnes relations – certaines florissantes – entre Israël et certains pays arabes.

Les Accords d’Abraham, déclaration de paix conjointe signée le 15 septembre 2020, ont officiellement normalisé les relations diplomatiques entre Bahreïn, les Émirats arabes unis et Israël. En décembre 2020, le Maroc et Israël ont signé un accord de normalisation, établissant des relations diplomatiques complètes. Puis, en janvier 2021, le Soudan a signé les accords, déclarant symboliquement son intention de faire progresser la normalisation avec Israël.

L’année dernière, s’était tenue pour la première fois en pays arabe, à Dubaï, une cérémonie pour Yom HaShoah, journée officielle de commémoration de la Shoah en Israël. C’était le résultat d’une initiative conjointe d’ISRAEL-is, organisation qui a vocation à améliorer l’image d’Israël de par le monde, et Together – Se porter garant les uns des autres, organisation qui vise à intégrer les Arabes israéliens dans la société israélienne. L’événement, auquel avait pris part Louis Ali, un chanteur druze israélien, avait été suivi par des influenceurs pro-israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...