Ces descendants de nazis qui partent faire du bénévolat en Israël
Rechercher

Ces descendants de nazis qui partent faire du bénévolat en Israël

Des adolescents allemands voient leur action en Israël comme une façon d’expier le passé nazi de leurs ancêtres et de réparer la Shoah par le volontariat auprès des plus fragiles

Une enfant de l’ADI Negev-Nahalat Eran, en Israël. (Crédit : ADI Negev-Nahalat Eran)
Une enfant de l’ADI Negev-Nahalat Eran, en Israël. (Crédit : ADI Negev-Nahalat Eran)

Le site Chretiens.info a consacré un reportage aux descendants de nazis qui décident de partir faire du bénévolat en Israël.

Ces adolescents allemands voient leur action en Israël comme une façon d’expier le passé nazi de leurs ancêtres et de réparer la Shoah par le volontariat auprès des plus fragiles.

Le média a notamment rencontré Leo Ebe, 18 ans, originaire de Tübingen, dans le sud de l’Allemagne, qui a découvert que son arrière-grand-père avait servi dans les rangs de la SS.

« Mon arrière-grand-père a aidé à brûler des villages juifs et a pris aux Juifs des objets précieux, comme des objets d’art et des bijoux », rapporte-t-il. « Il a organisé des émeutes. Il faisait partie des troupes qui se rendaient dans les villages mis à sac pour s’assurer qu’il ne restaient personne en vie. J’ai été choqué et extrêmement déçu, mais j’ai aussi réalisé des choses sur moi-même. En tant que chrétien, il est de ma responsabilité de me positionner clairement aux côtés des Juifs et pour Israël. »

En octobre dernier, avec le mouvement allemand « Marche pour la Vie », qui lutte contre l’antisémitisme et propose dans ce but des missions en Israël, il a pu malgré la pandémie rejoindre l’ADI Negev-Nahalat Eran, un village de rééducation pour enfants et adultes gravement handicapés dans le sud d’Israël.

L’association a décidé de proposer en priorité des missions de bénévolat auprès de personnes handicapées car ils ont été les premiers que les nazis ont voulu éliminer.

« Leurs grands-parents ont été endoctrinés par l’idéologie raciste. Ils pensaient qu’ils étaient la race supérieure », explique Doron Almog, président de l’ADI Negev-Nahalat Eran, au sujet de ces volontaires allemands. « En 1939, Hitler a rassemblé des handicapés et les a assassinés. Ici, leurs petits-enfants apprennent que nous sommes tous égaux. Que chaque vie est précieuse. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...