Rechercher

« C’est un miracle », déclare l’Israélien légèrement blessé dans sa soucca à Beit El

Yonatan Nizri était dans sa soucca avec sa femme et son fils en bas âge lorsque les balles des terroristes palestiniens ont transpercé la chaise sur laquelle il était assis

Yonatan Nizri se tenant dans sa soucca, un jour après avoir été blessé dans une attaque terroriste à Beit El, le 15 octobre 2022. (Crédit : La chaîne publique Kan)
Yonatan Nizri se tenant dans sa soucca, un jour après avoir été blessé dans une attaque terroriste à Beit El, le 15 octobre 2022. (Crédit : La chaîne publique Kan)

Un Israélien qui a été légèrement blessé lors d’une fusillade en Cisjordanie ce week-end a déclaré que c’était un miracle qu’il n’ait pas été plus gravement blessé.

Dans une interview avec Ynet diffusée samedi dernier, Yonatan Nizri, âgé de 25 ans, a décrit comment les tirs des deux terroristes palestiniens ont manqué de peu de les toucher, lui, sa femme et son fils en bas âge.

Nizri a déclaré qu’il était assis dans sa soucca à son domicile, dans l’implantation de Beit El, en Cisjordanie, vendredi soir, lorsque lui et sa famille ont entendu des coups de feu.

Il y avait plus d’une douzaine d’autres personnes assises dans la soucca au moment où plusieurs balles ont traversé les murs fragiles de la cabane dans l’arrière-cour où ils se trouvaient.

« J’ai senti comme un coup à la mâchoire ; j’ai immédiatement attrapé ma femme et mon enfant et nous nous sommes précipités à l’intérieur », a déclaré Nizri. « C’est une terrible sensation. Passer, en l’espace d’une seconde, d’une atmosphère de fête à celle d’une attaque a été difficile à intégrer », a-t-il ajouté.

« Cela aurait pu se terminer complètement différemment, c’est clairement un miracle », a ajouté Nizri, montrant l’impact de balle sur la chaise en plastique sur laquelle il était assis au moment de la fusillade. « Si la trajectoire de la balle avait été un peu décalée, cela aurait pu se terminer complètement différemment. »

Des impacts de balles dans la façade d’une soucca, après une fusillade qui a légèrement blessé un Israélien, dans l’implantation de Beit El, en Cisjordanie, le 15 octobre 2022. (Autorisation)

Nizri, qui a été légèrement blessé par les éclats de l’une des douilles, a été transporté à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem pour y être soigné.

Il a déclaré que la fusillade avait porté atteinte à son sentiment de sécurité.

« Après un incident comme celui-ci… quand vous avez eu le sentiment que votre enfant et votre femme étaient en danger de mort, vous vous posez des questions », a-t-il déclaré.

Faisant référence aux informations, relayées par les médias, selon lesquelles les forces de sécurité israéliennes disposaient d’informations sur une attaque imminente et avaient même tendu une embuscade aux tireurs – ce qui a permis de rapidement mettre fin à la fusillade – Nizri a demandé si davantage aurait pu être fait pour empêcher les terroristes d’ouvrir le feu.

Une chaise touchée lors de la fusillade dans l’implantation de Beit El, le 15 octobre 2022. (Crédit : Ynet)

Tsahal a déclaré qu’un tireur palestinien avait été abattu par les troupes israéliennes qui opéraient dans la zone alors qu’il tentait de fuir la scène.

L’armée et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont déclaré samedi avoir arrêté le second suspect après une chasse à l’homme de plusieurs heures, et récupéré l’arme utilisée lors de l’attaque.

Les deux hommes armés avaient vraisemblablement ouvert le feu sur l’implantation depuis une colline voisine, près du camp de réfugiés de Jalazone, au nord de Ramallah.

Le fusil d’assaut qui aurait été utilisé lors de l’attaque contre l’implantation de Beit El en Cisjordanie retrouvé par les troupes, le 15 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’attaque est survenue à un moment où les tensions ont fortement augmenté en Cisjordanie, alors que deux soldats ont été tués dans des attentats distinctes samedi et mardi derniers, l’un près de Jérusalem et le second près de Naplouse.

Vendredi matin, deux tireurs palestiniens ont été abattus dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, alors que les troupes israéliennes arrêtaient un membre du groupe terroriste du Hamas, qui serait responsable d’une série d’attentats.

Les forces de l’ordre israéliennes ont multiplié les opérations antiterroristes en Cisjordanie depuis une série d’attentats qui ont fait 19 morts du côté israélien, au printemps dernier.

Plus de 100 Palestiniens ont été tués lors de ces opérations israéliennes, la plupart lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont attaqué à plusieurs reprises des postes militaires, des soldats déployés le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes ou encore des civils sur les routes.

La montée de la violence en Cisjordanie s’est également étendue à Jérusalem, où des Palestiniens se sont heurtés à la police et à des civils israéliens au cours d’affrontements nocturnes qui ont eu lieu ces dernières 48 heures.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...