Rechercher

Chaos total à Ben Gurion, où les valises perdues s’entassent, sont pillées ou jetées

La ministre des Transports a demandé aux responsables d'enquêter sur les allégations de pillage après les reportages sur des valises jetées dans un compacteur d’ordure

Valises abandonnées à l'aéroport Ben Gurion, juillet 2022 (Crédit : Autorisation)
Valises abandonnées à l'aéroport Ben Gurion, juillet 2022 (Crédit : Autorisation)

Alors que des centaines de valises perdues s’accumulent suite aux dysfonctionnements récents de l’aéroport Ben Gurion, certains bagages perdus auraient été jetés à la poubelle, selon les informations de la Douzième chaîne samedi.

Avant de les jeter, certains membres du personnel de l’aéroport auraient été vus fouillant dans les bagages à la recherche d’objets de valeur.

La chaîne a publié une vidéo et des images fournies par un témoin oculaire anonyme qui a déclaré avoir été témoin de l’activité et l’avoir enregistrée. La vidéo montre des valises en train d’être chargées dans un compacteur d’ordures, et des effets personnels éparpillés sur le sol à proximité.

Parmi eux, on y voit des vêtements, des clés de voiture, des livres et même des livres de prière qui ont été sortis des valises.

La ministre des Transports, Merav Michaeli, a déclaré en réponse au reportage que la destruction manifeste de valises perdues est « un incident très grave qui ne peut être toléré ».

Mme Michaeli a indiqué sur Twitter samedi qu’elle avait demandé aux responsables de l’aéroport d’enquêter sur cet incident.

La pénurie de personnel de manutention, due aux licenciements résultant des restrictions de voyages causées par la pandémie de coronavirus, a semé la pagaille dans les aéroports du monde entier, y compris à l’aéroport Ben Gurion, principal terminal international d’Israël.

Des voyageurs ont ainsi été séparés de leurs valises au départ, ou contraints d’attendre des heures pour récupérer leurs bagages une fois rentrés dans le pays. Certains ont abandonné et sont rentrés chez eux les mains vides, pour revenir un autre jour chercher leurs affaires ou intenter une action en justice.

Les personnes ayant décidé de tenter de retrouver leurs bagages se voient contraintes de passer au crible les centaines de valises qui se sont accumulées dans les salles de stockage et les halls d’aéroport.

Des messages publiés sur les réseaux sociaux par des personnes qui ont été autorisées à venir chercher leurs valises révèlent que dans bien des cas, l’identification et les coordonnées des propriétaires sont clairement indiquées sur de nombreux bagages, mais qu’aucun effort n’est fait pour les joindre les propriétaires.

Un témoin qui a parlé à la Douzième chaîne a déclaré que les valises qu’il avait photographiées appartenaient à des passagers qui avaient quitté le pays quelques jours auparavant et qui attendaient toujours de retrouver leurs bagages perdus.

Le témoin a affirmé que les employés de l’aéroport jetaient les valises mais gardaient pour eux les objets de valeur qu’ils trouvaient.

« Je les ai vus détruire les valises dans un compacteur et voler des vêtements, des parfums et toutes sortes d’autres objets de valeur », a déclaré le témoin. « Ils les ont placés sur le côté ».

Selon le témoin, « personne à Ben Gurion n’a pris la peine de photographier les valises pour essayer de retrouver leurs propriétaires et dans certaines d’entre elles, il y avait des objets personnels. Les employés ont fouillé les valises en plein jour et en ont volé des effets personnels. »

Une source de l’aéroport a déclaré à la chaîne que « si ces informations sont exactes, c’est très grave. Ces agissements sont contraires aux procédures et ne peuvent être ignorés ».

La source a ajouté que tout vol entraînerait une enquête de police.

Les bagages perdus sont censés être mis dans une réserve et des efforts doivent être mis en œuvre pour retrouver le propriétaire, a expliqué la source.

Elad Hallel, un voyageur, a déclaré au site d’information Ynet avoir pris un vol pour Rhodes la semaine dernière, mais sa valise n’est pas arrivée. Lorsqu’il s’est renseigné, la compagnie aérienne lui a dit que son sac était toujours en Israël et qu’il pourrait le récupérer à son retour.

Lorsqu’il est arrivé à Ben Gurion, il a trouvé une file d’attente « de malade » au comptoir des bagages perdus.

« On nous a escortés jusqu’à un hall avec des centaines de valises « , a-t-il dit. « Nous avons cherché mais n’avons rien trouvé. »

Hallel est revenu le lendemain et, avec l’aide du personnel qui a également cherché dans d’autres zones, il a finalement trouvé sa valise.

« Je sautais de joie », a-t-il dit.

Certains ont essayé de prendre les choses en main.

Leon Morris a raconté, sur Facebook, avoir essayé de retrouver pour un ami la semaine dernière une valise perdue qu’il avait dû chercher parmi des centaines d’articles. Il a posté des photos d’étiquettes de bagages avec le nom de leurs propriétaires clairement visibles sur les étiquettes, dans l’espoir que cela puisse aider à réunir les bagages avec leurs propriétaires légitimes.

Il existe désormais un groupe Facebook, “Lost Luggage of Ben Gurion Airport (Israel)” [Bagages perdus de l’aéroport Ben Gurion (Israël)], qui compte déjà plus de 1 800 membres.

Le mois dernier, le directeur de l’aéroport Ben Gurion, Shmuel Zakai, a présenté ses excuses pour les longs délais de traitement des passagers qui quittaient le pays. Les voyageurs sont invités à arriver quatre heures avant leur vol au lieu des trois heures habituellement recommandées.

Cette situation inhabituelle est le résultat de l’augmentation du nombre de vols internationaux combinée à une pénurie de travailleurs, car de nombreux employés de l’aéroport n’ont pas repris le travail après la pandémie.

M. Zakai avait expliqué à la Douzième chaîne qu’il autorisait les retards car il ne voulait pas annuler les vols, pour éviter que cela n’entraîne une hausse des prix. Il avait ajouté que des efforts étaient déployés pour recruter de nouveaux employés et recycler les travailleurs existants afin qu’ils puissent participer aux contrôles de sécurité.

Au début du mois, M. Zakai a annoncé sa démission.

Les scènes de chaos et les longues files d’attente à l’aéroport sont devenues plus fréquentes depuis mars, date à laquelle Israël a assoupli la plupart des restrictions de voyage liées au COVID. La situation s’est aggravée pendant la fête de Pessah, au cours de laquelle environ l’aéroport a vu passé quelques 75 000 passagers en une seule journée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...