Rechercher

Cisjordanie : Des milliers de nationalistes organisent une marche vers Homesh

Des centaines de personnes ont marché vers Homesh ; évacué en 2005, les résidents d'implantation reviennent régulièrement dans l'avant-poste illégal

Le chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, au centre, dirige une marche vers Homesh aux côtés des députés Itamar Ben Gvir, à droite, et Bezlel Smotrich, à gauche, le 19 avril 2022. (Crédit: Conseil régional de Samarie)
Le chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, au centre, dirige une marche vers Homesh aux côtés des députés Itamar Ben Gvir, à droite, et Bezlel Smotrich, à gauche, le 19 avril 2022. (Crédit: Conseil régional de Samarie)

Des Israéliens de droite ont organisé une marche vers l’avant-poste illégal de Homesh en Cisjordanie, une marche qui a été hautement sécurisée par l’armée israélienne.

Parmi les participants figuraient des politiciens nationalistes de haut rang, dont le chef du parti Sionisme religieux Bezalel Smotrich et la députée Yamina Idit Silman, qui était la cheffe de la coalition jusqu’à ce qu’elle rejoigne l’opposition au début du mois.

La marche a eu lieu même si l’armée avait, dans un premier temps, averti les organisateurs qu’elle ne serait pas en mesure de sécuriser l’événement, qui a commencé dans l’implantation de Shavei Shomron à 11 heures et qui a suivi un parcours de 14 kilomètres à travers notamment plusieurs villages palestiniens.

L’organisateur Bareleh Kromby avait finalement fait savoir au micro de la radio Radio 103 FM, avant la marche, qu’un accord avait été conclu avec l’armée pour raccourcir l’itinéraire de 3 kilomètres.

Les organisateurs avaient prévu que des milliers de personnes prendraient part à l’événement. Ils ont affirmé que 20 000 personnes étaient présentes.

Des vidéos de la marche ont montré des centaines de personnes se déplaçant le long de la route vers Homesh, avant-poste qui avait été évacué en 2005, mais que les partisans du mouvement pro-implantations réinvestissent régulièrement.

L’année dernière, une fusillade terroriste meurtrière aurait amené le gouvernement à s’engager à délivrer des permis pour une yeshiva de fortune installée dans l’avant-poste. Cependant, les résidents d’implantation ne sont pas en mesure de confirmer l’information.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...