Cisjordanie : un détenu battu à mort par la sécurité palestinienne
Rechercher

Cisjordanie : un détenu battu à mort par la sécurité palestinienne

L'homme arrêté en lien avec la morts de deux policiers palestiniens aurait insulté les policiers

Un membre des forces de l'ordre palestinienne présente des armes que la police a trouvé pendant la recherche de deux hommes armés, toujours en fuite, au poste de police de Naplouse en Cisjordanie, le 21 août 2016. (Crédit : AFP/Jaafar Ashtiyeh)
Un membre des forces de l'ordre palestinienne présente des armes que la police a trouvé pendant la recherche de deux hommes armés, toujours en fuite, au poste de police de Naplouse en Cisjordanie, le 21 août 2016. (Crédit : AFP/Jaafar Ashtiyeh)

Un Palestinien soupçonné d’être le principal responsable de la mort de deux policiers a été battu à mort par les forces de sécurité palestiniennes au cours de sa détention à Naplouse, en Cisjordanie, a indiqué un haut responsable mardi.

Ahmed Halawa a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi, emmené à la prison de Naplouse et sévèrement battu par les forces de sécurité, a rapporté le gouverneur de Naplouse, Akram Rajoub, auprès de l’agence officielle palestinienne Wafa. Il a perdu conscience puis a succombé à ses blessures, a-t-il dit.

Ahmed Halawa était soupçonné d’être à la tête d’une bande que les policiers avaient affrontée la semaine passée. Deux policiers avaient été tués lors d’une opération de saisie d’armes. Deux des membres de la bande avaient été abattus.

La police palestinienne a mené ces derniers mois de nombreux raids, notamment dans le nord de la Cisjordanie. Elle veut reprendre les armes circulant de façon illégale, un stock imposant hérité notamment de la deuxième Intifada, le soulèvement palestinien de 2000-2005 contre Israël.

« Nous allons examiner cet incident et en tirer les leçons », a dit le gouverneur de Naplouse au sujet de la mort du détenu.

Selon Adnan Dmeiri, porte-parole des services de sécurité palestiniens, « il a commencé à crier et à insulter les officiers, qui ont commencé à l’attaquer », a annoncé l’agence de presse Maan.

Même si les commandants ont tenté de le protéger, il est décédé, a déclaré Dmeiri.

Le Hamas, groupe terroriste islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, à couteaux tirés avec l’Autorité palestinienne, a dénoncé une « exécution » qui « montre la nature sanguinaire des services de sécurité de l’Autorité palestinienne ».

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Rami Hamdallah, a annoncé qu’une commission spéciale examinerait ce décès.

La famille d’Halawa a condamné le meurtre, le décrivant comme « un noble dirigeant national qui a été tué de sang froid sans aucune application des droits de l’Homme », a annoncé Maan en citant le site al-Quds.

Il est le troisième suspect à mourir pendant la recherche de membres d’un gang, dont trois ont été arrêtés et six sont toujours en fuite.

« Les forces de sécurité ne se retireront pas de la Vieille Ville de Naplouse avant que les six [hommes] aient été arrêtés et trainés en justice », a déclaré Dmeiri.

Le Hamas et le Fatah doivent participer à des élections municipales qui auront lieu dans les territoires palestiniens en octobre.

La mort d’Ahmed Halawa jette une nouvelle ombre sur la réputation des forces de sécurité palestiniennes. Amnesty International les a accusées de régulièrement maltraiter les prisonniers et de se livrer en toute impunité à des actes de torture.

Dans le cadre des accords d’Oslo, la police palestinienne ne gère que 18 % du territoire de la Cisjordanie, ce qui inclut la plupart des grandes villes comme Naplouse.

Le nord de la Cisjordanie a connu plusieurs raids de la police palestinienne ces derniers mois. Plusieurs combats de factions internes se déroulent dans la région au sein du Fatah, le parti au pouvoir du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...