Conditions et surcharge de travail : Les infirmiers en grève
Rechercher

Conditions et surcharge de travail : Les infirmiers en grève

Ce mouvement social a impacté hôpitaux et cliniques de tout le pays. Les urgences et autres services essentiels sont néanmoins maintenus

Des infirmières protestent contre leurs conditions de travail aux abords du ministère de la Santé à Jérusalem, le 22 juillet 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des infirmières protestent contre leurs conditions de travail aux abords du ministère de la Santé à Jérusalem, le 22 juillet 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les infirmières et infirmiers se sont mis en grève dans tout Israël mardi, après la rupture des négociations entreprises entre leur syndicat et le ministère de la Santé, il y a vingt-quatre heures. Ils protestent contre de mauvaises conditions de travail, une surcharge d’activités et des normes de soin médiocres.

Le mouvement social a commencé à 7 heures et il touche les soins infirmiers dans les hôpitaux et les cliniques de tout le pays, où les soignants n’offriront que des services réduits.

Les urgences et notamment les chirurgies seront encore assurés.

D’autres services essentiels, comme les soins pour les malades hospitalisés, les soins intensifs, les soins néonataux, les traitements oncologiques et les dialyses seront fournis mais limités.

Dans les écoles d’infirmiers, les personnels se sont mis en grève.

Les structures gériatriques et psychiatriques continueront à fonctionner mais de façon réduite.

« Les ministères de la Santé et des Finances sont directement responsables de l’engorgement intolérable des soins de santé administrés au public et à la communauté. Ils créent un fardeau lourd à porter pour les infirmiers qui nuit à leur capacité à offrir des soins appropriés aux malades », ont fait savoir les infirmiers dans un communiqué.

Le ministère de la Santé a indiqué avoir tenté d’empêcher la grève lors des pourparlers avec le syndicat.

« Les représentants de l’Etat ont rencontré aujourd’hui le syndicat national des infirmiers afin de prévenir les préjudices attendus au détriment des malades qui résulteraient d’une grève demain », a fait savoir le ministère. « Il y a eu de nombreuses propositions constructives lors de la rencontre mais malheureusement, les négociations n’ont pas permis de trouver un accord et l’Etat fera appel, demain, au tribunal du travail ».

Crowded Sourasky Medical Center Ichilov, Tel Aviv. (photo credit: Gideon Markowicz/Flash90)
Le Centre Médical Sourasky Ichilov, surchargé, Tel Aviv. (Crédit photo : Gideon Markowicz/Flash90)

Un récent rapport établi par le centre Taub d’études politiques sociales au sein de l’Etat juif a établi que le système de santé israélien connaissait des échecs systémiques en termes de planification, de budget et de régulation gouvernementale, ce qui a entraîné un manque criant de lits ainsi qu’une accessibilité aux traitements inefficace et inégalitaire.

Le rapport a estimé que le pays était à la traîne derrière les 36 autres pays de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) en nombre de lits d’hôpital, que les séjours dans les hôpitaux y sont plus courts, avec un taux d’occupation des structures hospitalières particulièrement élevé.

En Israël, le nombre de lits d’hôpitaux, pour 1 000 personnes, s’élève à 2,2 contre 3,6 au sein de l’OCDE. Tandis que le nombre de lits est à la baisse dans les autres pays, le déclin est particulièrement marqué en Israël – 22 % contre une moyenne de 15 % dans les autres Etats de l’OCDE entre 2002 et 2017.

Le temps moyen d’hospitalisation au sein de l’Etat juif – il est de cinq jours par patient contre une moyenne de 6,7 jours dans tous les pays de l’OCDE – ainsi que le taux d’occupation élevé (94 % contre 75 % au sein de l’OCDE) diminue les capacités de l’hôpital à gérer les urgences et met en exergue un niveau potentiellement inférieur de qualité de traitement, selon le rapport.

Une décision de la Cour suprême est attendue pour la mi-août pour connaître le sort des nombreux infirmiers olim hadashim soumis à un examen et à un stage.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...