Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Confirmant l’entrée dans le sud de Gaza, Halevi promet « une campagne puissante »

Daniel Hagari a indiqué que l'offensive s'était élargie à "tous les secteurs de la bande", où l'armée de l'air a procédé à plus de 10 000 frappes depuis le début de l'incursion terrestre

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des véhicules militaires israéliens près de la frontière avec la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
Des véhicules militaires israéliens près de la frontière avec la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

L’armée israélienne a confirmé qu’elle avait élargi son offensive terrestre au sud de Gaza, dimanche, promettant de mener sa campagne avec la même intensité que celle dont elle a fait preuve dans le nord du territoire, où les combats continuent.

S’exprimant devant les soldats de la Division de Gaza, dans le sud d’Israël, le chef d’état-major, le général Herzi Halevi, a indiqué que « hier et aujourd’hui, nous avons tué des commandants de bataillon [du Hamas], des commandants de compagnie et de nombreux membres des groupes terroristes. Et hier matin, nous avons entamé la même démarche dans le sud de la bande de Gaza ».

« La campagne ne sera pas moins puissante que [les opérations dans le nord de Gaza], elle n’aura pas moins de résultats », a affirmé Halevi. « Les commandants du Hamas verront Tsahal partout sur leur chemin. »

« Nous avons les capacités pour le faire de la manière la plus complète possible, et tout comme nous avons mené notre campagne avec force et minutie dans le nord de la bande de Gaza, nous le faisons également maintenant dans le sud tout en continuant également à renforcer nos acquis dans le nord de Gaza », a-t-il ajouté.

Dans une conférence de presse qui a eu lieu ultérieurement, dans la soirée de dimanche, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée étendait son offensive terrestre à « toutes les zones du territoire de la bande de Gaza ».

La promesse faite par Halevi que Tsahal ne retiendra pas ses coups en avançant vers le sud est susceptible d’entraîner la colère de Washington qui a demandé de manière répétée à Israël de faire davantage pour protéger les civils à Gaza.

Jeudi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken avait déclaré que pendant des discussions avec les leaders israéliens, il avait « souligné l’impératif – aux yeux des États-Unis – de ne pas voir se répéter dans le sud les pertes massives de vies humaines et l’ampleur du déplacement de population auxquels nous avons assisté dans la bande de Gaza ».

Les troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

La confirmation, par l’armée, de ce déplacement vers le sud est survenue après des informations, dimanche, qui affirmaient que des opérations militaires avaient lieu dans ce secteur de l’enclave palestinienne pour la toute première fois depuis le lancement de l’offensive terrestre, à la fin du mois d’octobre.

Des images publiées sur les réseaux sociaux montreraient des chars israéliens sur la route de Salah ad-Din, la principale autoroute qui relie le nord et le sud de l’enclave côtière, entre Deir al Balah et Khan Younès.

Ces séquences ont fait leur apparition alors que le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont affirmé avoir affronté des soldats israéliens au Nord-Est de Khan Younès, dimanche.

Israël a juré de renverser le régime du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza après le massacre commis par le groupe terroriste sur le sol israélien – des hommes armés s’étaient infiltrés sur le territoire et il avait massacré environ 1200 personnes, des civils en majorité, enlevant 240 personnes, prises en otage dans la bande.

Après une pause dans les combats qui a duré sept jours – jusqu’à vendredi dernier – la trêve s’est effondrée, jeudi dans la soirée, quand le Hamas n’a pas fourni de liste de captifs qui devaient être remis en liberté, le jour suivant, comme le prévoyaient les termes de l’accord. Le groupe terroriste a libéré 105 otages civils pendant cette pause dans les combats : 81 otages israéliens, 23 ressortissants thaïlandais et un citoyen philippin. Il resterait 137 captifs à Gaza.

En échange, 210 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité nationale, des femmes et des mineurs, ont pu recouvrer la liberté – soit trois contre contre chaque otage civil israélien rapatrié au sein de l’État juif. Il y a également eu une augmentation des aides humanitaires autorisées à pénétrer au sein de l’enclave côtière, notamment quatre camion-citerne de fioul et quatre camion-citerne de gaz domestique qui ont pu entrer à Gaza chaque jour.

Au moins 72 soldats de Tsahal sont morts depuis le début de l’incursion terrestre.

De son côté, le ministère de la Santé dirigé par le Hamas a fait savoir que plus de 15 500 personnes avaient perdu la vie à Gaza depuis le début de la guerre, dont au moins 3500 femmes et 5500 enfants – des chiffres qui ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante et qui ne font pas la différence entre les civils et les membres du groupe terroriste, et qui comptent aussi les victimes des roquettes défaillantes qui, lancées vers le territoire israélien, sont retombées dans la bande.

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s’adresse aux troupes de la division de Gaza, dans le sud d’Israël, le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée a appelé les civils qui vivent dans le nord de l’enclave côtière à évacuer vers le sud de manière répétée pour des raisons de sécurité – mais l’expansion de l’offensive au sol pourrait les remettre en danger.

Pour les aider à se mettre en sécurité, les militaires ont commencé à publier une carte détaillée des endroits que les Gazaouis doivent éviter parce qu’elles sont des zones actives de combat, préférant cette solution aux appels massifs à l’évacuation qui avaient eu lieu dans le nord.

L’armée israélienne a fait savoir dimanche qu’elle avait procédé à 10 000 frappes aériennes dans la bande de Gaza qui ont été orientées par les troupes au sol.

Ces bombardements ont été effectués par l’unité de coopération – connue également sous le nom d’unité de coopération 5620 – de l’armée de l’air. Elle coordonne les opérations entre l’armée de l’air et les forces terrestres pendant les manœuvres.

S’exprimant pendant une réunion d’évaluation organisée dimanche au siège de l’armée israélienne, le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, a indiqué qu’une « grande partie de notre sécurité dans les manœuvres est assurée grâce à la coopération très, très étroite et de grande qualité avec l’armée de l’air ».

 » Ce qui rend les manœuvres plus efficaces », a-t-il ajouté.

Des troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 3 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Hagari a révélé également que le commandant du bataillon Shati du Hamas avait été tué lors d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza, dimanche. Il a affirmé que le commandant du Hamas « avait dirigé les combats dans la région de Shati et que les plans visant à attaquer Israël lors du massacre du 7 octobre avaient été mis à exécution sous son commandement ».

« Nous traquons 24 heures sur 24 les hauts dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza. Le but est d’éliminer chacun d’entre eux », a dit Hagari en réponse à à une question.

De la fumée s’élève suite à une frappe israélienne, une photo prise depuis Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Dans la matinée de dimanche, le porte-parole arabophone de l’armée, le colonel Avichay Adraee, a menacé le bataillon Shejaiya du Hamas dans un post écrit sur X.

« C’est le dernier avertissement. Vous êtes tous des cibles », a dit Adraee, la publication étant accompagnée d’une photo des commandants du bataillon Shejaiya qui mène ses opérations dans le quartier du même nom, à Gaza City.

« Vous avez deux options : vous rendre et déposer les armes ou devoir affronter un sort similaire à celui de Wissam Farhat, » a ajouté Adraee, se référant au commandant du bataillon Shejaiya qui a été tué dans une frappe israélienne, samedi.

Il a expliqué que l’armée détruira les infrastructures du Hamas dans le quartier.

Les bombardements aériens ont continué dans la bande de Gaza pendant toute la journée de dimanche. Les terroristes, pour leur part, ont procédé à des tirs de roquettes en direction des communautés israéliennes frontalières, causant des dégâts dans le cadre de certaines de ces attaques.

Les communautés proches de la frontière avec l’enclave côtière ont été largement évacuées par les civils depuis le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.