Rechercher

Corona/trafic aérien : Des salariés du tourisme réclament des compensations

Le ministre des Finances regrette d'avoir dit qu'ils devaient se trouver un autre emploi, mais réaffirme que c'est la seule solution dans le contexte de la pandémie

Des travailleurs du secteur du tourisme, réclamant un soutien financier du gouvernement israélien, manifestent devant l'aéroport international Ben Gurion, le 13 décembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des travailleurs du secteur du tourisme, réclamant un soutien financier du gouvernement israélien, manifestent devant l'aéroport international Ben Gurion, le 13 décembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Quelque 300 personnes de l’industrie du tourisme ont manifesté lundi à l’aéroport Ben Gurion contre les restrictions sanitaires dues à la COVID-19 qui, selon eux, étouffent leur secteur alors qu’aucune compensation de l’État n’a été proposée pour couvrir leurs pertes.

Le mois dernier, Israël a interdit l’entrée aux ressortissants étrangers, afin de ralentir la propagation de la variante Omicron du coronavirus, hautement infectieuse. La règle est restée en vigueur alors que la liste des pays dits « rouges », dans lesquels les Israéliens sont interdits de séjour, s’est allongée, ce qui a également eu un impact sur l’industrie des voyages.

Des organisateurs de voyages et des guides, des opérateurs de bus, des employés d’hôtels et des employés d’attractions locales ont participé à la manifestation à l’entrée de l’aéroport international du pays.

Ils ont exigé une compensation du gouvernement pour leur perte d’activité.

Des affrontements ont eu lieu avec la police lorsque certains manifestants se sont assis sur la route d’accès à l’aéroport, bloquant les voitures des voyageurs qui arrivaient pour partir à l’étranger.

Le président du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman pendant une réunion de faction à la Knesset, le 4 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Certains manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Changez d’emploi », un message adressé au ministre des Finances Avigdor Liberman, qui a déclaré lors d’une réunion du cabinet dimanche, que les travailleurs du tourisme devraient trouver de nouveaux emplois car les règles introduites par le gouvernement seraient très préjudiciables à leur secteur.

D’autres manifestants tenaient des pancartes indiquant que l’épouse du Premier ministre Naftali Bennett, Gilat, est en vacances aux Maldives, un voyage qui a suscité des critiques compte tenu de la répression des voyages internationaux et du fait que le Premier ministre exhorte les Israéliens à ne pas se rendre à l’étranger.

L’un des organisateurs de la manifestation, un guide touristique identifié seulement comme Yoav, a déclaré au site d’information Walla que « Liberman ne comprend pas le tourisme. »

Il a fait remarquer que de nombreuses personnes ne peuvent pas survivre grâce au tourisme interne car il n’est actif que le week-end.

Yoav a déclaré qu’il a rencontré des difficultés financières à cause de la situation et a exigé qu’une compensation soit offerte à l’industrie.

« J’ai une profession, je veux y travailler et je peux y travailler mais le gouvernement a décidé de la fermer », a-t-il déclaré. « Naftali Bennett, vous avez décidé de la fermer, alors payez pour cela ».

Le Premier ministre Naftali Bennett (à gauche) avec sa femme Gilat à la Knesset à Jérusalem, le 13 juin 2021. (Ariel Zandberg/Yamina)

Lors de la réunion hebdomadaire des factions de son parti Yisrael Beytenu à la Knesset lundi, Liberman a reconnu que sa remarque était déplacée.

« Il se peut que mes mots n’aient pas été si appropriés, mais les données sont correctes », a-t-il déclaré, soulignant que l’année précédant la pandémie de coronavirus, 4,5 millions de touristes avaient visité le pays, contre seulement 376 000 cette année.

« Même si vous n’êtes pas le ministre des Finances, vous pouvez comprendre qu’il n’y aura pas quatre millions et demi de touristes l’année prochaine », a déclaré M. Liberman.

Il a dit qu’il espérait que le gouvernement mettrait en place un programme d’aide pour l’industrie du tourisme cette semaine, qui comprendra des dizaines de millions de shekels destinés à des programmes de formation professionnelle pour se recycler.

« La reconversion est la bonne voie à suivre », a conclu M. Liberman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...