Crise du mur Occidental : l’ambassadeur américain appelle à l’unité juive
Rechercher

Crise du mur Occidental : l’ambassadeur américain appelle à l’unité juive

Dans son premier discours public depuis sa nomination, David Friedman fustige une organisation juive, sans la citer, qui remet en cause le soutien à Israël

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

David Friedman, ambassadeur des Etats-Unis à Tel Aviv, à Jérusalem, le 27 juin 2017. (Crédit : Matty Stern/ambassade américaine à Tel Aviv)
David Friedman, ambassadeur des Etats-Unis à Tel Aviv, à Jérusalem, le 27 juin 2017. (Crédit : Matty Stern/ambassade américaine à Tel Aviv)

S’exprimant au sujet de la crise entre le gouvernement israélien et la communauté juive américaine, l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman, a appelé mardi à l’unité du peuple juif.

« Hier, j’ai entendu quelque chose que je pensais ne jamais entendre. J’ai entendu une grande organisation juive dire qu’ils [les Juifs de Diaspora] devaient repenser leurs relations avec Israël. Nous devons faire mieux », a déclaré Friedman pendant une cérémonie de remise de récompense du Meilleur reportage en Diaspora des B’nai B’rith World Center Award 2017.

L’Agence juive, l’Union pour le judaïsme réformé, les Fédérations juives d’Amérique du Nord et d’autres associations qui travaillent sur les relations entre Israël et la Diaspora ont vivement critiqué la décision prise dimanche par le gouvernement pour suspendre la mise en place d’un espace de prière égalitaire au mur Occidental.

« Il y a suffisamment de personnes à accuser, que ce soit sur le sujet du mur Occidental ou de la conversion », a-t-il dit, ajoutant qu’il ne voulait pas prendre partie dans ces conflits. « Mais nous ne pouvons résoudre ces conflits que par le respect mutuel et la compréhension. »

David Friedman, nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, embrasse le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
David Friedman, nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, embrasse le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Friedman a déclaré qu’il venait de revenir à Jérusalem après une visite du plateau du Golan, où il a été informé sur les développements de différents groupes terroristes syriens. Beaucoup de groupes islamistes combattent les uns contre les autres, et n’ont qu’une seule chose en commun, a-t-il expliqué : leur haine d’Israël et des Juifs.

« Les ennemis communs ne suffisent pas à nous unir, a-t-il dit. Nous devons nous unir derrière le miracle qu’est Israël. »

Friedman a reconnu avoir été « aussi coupable que d’autres » à ce sujet, faisant probablement référence à ses propos insultants contre les Juifs américains de gauche. « Cela doit cesser », a-t-il dit, promettant de traiter chaque Juif avec le respect qu’il mérite. « Nous devons tourner la page. »

Même si les organisateurs avaient indiqué que ce discours serait le « premier discours politique [de Friedman] depuis son arrivée en Israël », l’ambassadeur n’a pas parlé du processus de paix israélo-palestinien que l’administration américaine tente de relancer.

Il s’est contenté de dire que le président américain Donald Trump était « très pro-Israël », soulignant qu’il avait été le premier président américain en exercice à se rendre au mur Occidental.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...