Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

D’anciens lycéens du Néguev occidental soutiennent les survivants du 7 octobre

Aujourd'hui éloignés les uns des autres, les diplômés de Maale HaBesor, proche de Gaza, se sont retrouvés pour défendre les otages, aider les évacués et créer une expo collective à Tel Aviv

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

"Pop Quiz", une exposition d'œuvres relatives au 7 octobre, créées par d'anciens élèves du lycée régional Maale HaBesor, accessible jusqu'au 30 avril 2024. (Crédit : Autorisation)
"Pop Quiz", une exposition d'œuvres relatives au 7 octobre, créées par d'anciens élèves du lycée régional Maale HaBesor, accessible jusqu'au 30 avril 2024. (Crédit : Autorisation)

Reut Nechushtan vit avec son époux et leurs enfants dans un minuscule appartement de deux chambres dans une tour de Tel Aviv, à 76 kilomètres de leur maison située dans le kibboutz Reïm.

Ce n’est qu’à deux heures de route, mais depuis le 7 octobre, date à laquelle ils sont partis à la suite de l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas, ils ont l’impression d’être à l’autre bout du monde.

Pourtant, cette artiste évacuée se sent bien en ce moment. Avec ses enfants de retour à l’école et au service national, elle s’est remise à l’art ; une œuvre qu’elle appelle « Seam Line » fait partie de « Pop Quiz », une petite exposition personnelle d’œuvres de diplômés du lycée régional de Maale HaBesor, qu’elle et ses enfants ont fréquenté dans le Néguev occidental.

« Cela fonctionne parce que c’est un autre endroit où il est bon pour moi d’être, où je n’ai pas à trop m’expliquer », a expliqué Nechushtan, diplômée en 1985.

L’exposition est petite, intime et située dans la galerie de la Maison de l’écrivain, à quelques pas de la Place des Otages à Tel Aviv. Elle présente quinze œuvres d’anciens élèves de Maale HaBesor, qu’il s’agisse d’artistes actifs ou d’autres qui ne sont revenus à l’art que pour les besoins de l’exposition. L’exposition est visible jusqu’au 30 avril.

Après l’attaque du Hamas du 7 octobre, qui a fait près de 1 200 morts et 253 otages, les anciens élèves de Maale HaBesor, des trentenaires, quadragénaires et quinquagénaires, dont beaucoup n’ont pas vécu dans la région depuis des dizaines d’années, se sont efforcés de trouver un moyen d’apporter leur aide.

Meirav Ganelevin et Mor Frank, commissaires de « Pop Quiz », une exposition d’œuvres relatives au 7 octobre, créées par d’anciens élèves du lycée régional Maale HaBesor, accessible jusqu’au 30 avril 2024. (Crédit : Autorisation)

« Nous avons réalisé que tous les otages étaient soit des amis, soit les enfants de nos amis, soit leurs parents, soit leurs professeurs », a déclaré Meirav Ganelevin, qui a organisé l’exposition « Pop Quiz » avec Mor Frank, un ancien élève de Maale HaBesor. « Nous avons des liens personnels avec beaucoup d’entre eux et nous devions faire quelque chose. »

En tant qu’anciens élèves ayant grandi dans le sud mais ne vivant plus dans la région, « nous avons l’espace mental nécessaire pour réfléchir à la situation dans son ensemble et faire quelque chose », a souligné Ganelevin. « Nous ne sommes pas des survivants. Nous ne sommes pas des évacués. »

Plus de 700 diplômés de Maalot HaBesor travaillent ensemble dans ce groupe, et leur première action a été d’ériger une tente rue Kaplan à Tel Aviv, en face du complexe du ministère de la Défense, où ils se relaient pendant la journée et offrent un espace pour écouter des témoignages, se reposer ou boire un verre.

Plusieurs semaines après le 7 octobre, Ganelevin et Frank ont demandé à leurs anciens camarades de créer des œuvres d’art en rapport avec le 7 octobre.

L’œuvre de Reut Nechushtan « Seam Lines », qui fait partie de « Pop Quiz », une exposition d’œuvres relatives au 7 octobre, créées par d’anciens élèves du lycée régional Maale HaBesor, accessible jusqu’au 30 avril 2024. (Crédit : Autorisation)

Ces œuvres sont exposées dans le cadre de l’exposition « Pop Quiz ».

L’art vidéo de Nechushtan montre l’artiste en train de percer des trous dans le ventre d’un collant, un regard sur le lien entre la douleur et la vie qu’elle a abordé dans ses œuvres précédentes et qui a été amplifié pendant les heures qu’elle a passées dans son mamad – abri anti-atomique – le 7 octobre, comme en témoignent les sons qu’elle a ajoutés et transformés dans la vidéo.

L’une des pièces maîtresses de l’exposition est le luminaire en verre acrylique sculpté du designer industriel Yotam Shifroni, qui représente une scène de sa ville natale, le kibboutz Nirim. Il s’agit d’une pièce sur laquelle il avait travaillé il y a plusieurs années et qui montre des points de repère familiers, tels que l’étable, les maisons et la ligne d’horizon des minarets de Gaza.

Shifroni a quitté le kibboutz, que ses grands-parents paternels avaient contribué à fonder. Son grand-père a été tué en défendant l’étable au cours des premières années de vie de la communauté. Bien des années plus tard, ses parents étaient chez eux à Nirim le 7 octobre.

« Ils ont survécu physiquement, mais pour ce qui est du cœur et de l’esprit, c’est une autre question », a déclaré Shifroni à propos de ses parents. Son épouse et partenaire de travail, Adi Azar, ainsi que leur petite fille, Nili, et lui-même étaient censés être au kibboutz pour ce week-end de vacances, mais ils n’y étaient pas.

L’œuvre créée par Yotam Shifroni pour « Pop Quiz », une exposition d’œuvres relatives au 7 octobre, créées par d’anciens élèves du lycée régional Maale HaBesor, accessible jusqu’au 30 avril 2024. (Crédit : Autorisation)

L’un des amis de Shifroni, un réserviste qui a servi à Nirim, leur a décrit comment ZAKA, l’organisation de sauvetage et de récupération des restes humains, a mis au point des symboles à pulvériser sur les bâtiments des kibboutzim pour indiquer ceux qui ont été vérifiés et ce qui a été trouvé à l’intérieur.

Shifroni a ajouté certains de ces symboles à son œuvre originale de Nirim, pour l’exposition.

« Nous étions bouleversés à l’idée de participer à cette exposition, mais nous avons tout de suite su ce que nous voulions faire », a déclaré Shifroni. « C’était très intuitif », a ajouté Azar.

Une autre œuvre vidéo est un souvenir numérique d’une œuvre brûlée lors de la destruction du kibboutz Reïm, racontant l’histoire des bottes de l’armée du frère de l’artiste.

Aquarelles d’Adi Tzahor pour « Pop Quiz », une exposition d’œuvres relatives au 7 octobre, créées par d’anciens élèves du lycée régional Maale HaBesor, accessible jusqu’au 30 avril 2024. (Crédit : Autorisation)

Les petites aquarelles d’Adi Tzahor, promo 83, artiste et animateur qui a grandi au kibboutz Gvulot, montrent des scènes de Tel Aviv avant et après le 7 octobre – la place devant le Musée d’art de Tel Aviv avant le 7 octobre et après, lorsqu’elle est devenue la Place des Otages ; les gens qui traînent à Habima et sur le boulevard Rothschild voisin, avant le 7 octobre, lorsqu’il était un lieu de promenade et de détente et depuis, en tant que lieu de protestations et de rassemblements.

Il y a également un mur de poèmes et, au fond, des écheveaux de fil jaune déroulés se dirigent vers le mur opposé, une installation collective qui contemple les otages et l’espoir omniprésent qu’ils reviendront bientôt à la maison.

« Nous n’avons pas été en contact depuis des années, mais il nous semble naturel d’être ici ensemble », a déclaré Ganelevin.

L’exposition fait écho aux actuels élèves de Terminale du lycée, qui ont été évacués de leurs maisons après le 7 octobre et ont ensuite créé leur propre internat à l’auberge de jeunesse d’Ein Gedi, où leurs professeurs sont venus leur faire cours.

Reut Nechushtan, une évacuée du kibboutz Nirim, l’une des artistes de « Pop Quiz », une exposition d’œuvres relatives au 7 octobre, créées par d’anciens élèves du lycée régional Maale HaBesor, accessible jusqu’au 30 avril 2024. (Crédit : Autorisation)

« Ils voulaient être ensemble », a déclaré Ganelevin.

Pour Nechushtan, c’est un peu comme les kibboutznikim de Nirim, qui vivent actuellement dans deux tours de Tel Aviv, « où nous nous regardons à travers les fenêtres », dit-elle. « Cette communauté qui nous rend parfois fou nous permet aussi de sentir que nous pouvons continuer. Le fait de voir des visages familiers donne le sentiment que tout va bien. »

Certains membres du kibboutz s’y rendent tous les jours en voiture pour travailler, ou passent quelques nuits par semaine dans leur maison du kibboutz et les week-ends à Tel Aviv, a expliqué Nechushtan.

« Nous ne savons pas quand nous rentrerons chez nous. Nous parlons de juillet, mais il y a un manque total d’information et de planification », a déploré Nechushtan.

Mais Tel Aviv lui semble un peu comme « à la maison » pour l’instant, avec son logement temporaire dans une tour d’habitation et la tente HaBesor au coin de la rue, près de la galerie.

« J’ai ma place », a déclaré Nechushtan. « Je me suis arrêtée à la tente dire bonjour en venant ici ; nous avons notre propre coin, et cela nous correspond bien, ainsi qu’à ce que nous sommes. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.