Dans les unités COVID des hôpitaux israéliens, les patients votent en pyjama
Rechercher

Dans les unités COVID des hôpitaux israéliens, les patients votent en pyjama

Le vote à l'hôpital commence avec des combinaisons de protection, des tubes à oxygène et des bulletins de vote via des sas, dans une collision brutale entre pandémie et politique

Un patient dépose un bulletin de vote depuis son lit au centre médical Sourasky de Tel Aviv, le 23 mars 2021. (Autorisation du centre médical Sourasky de Tel Aviv)
Un patient dépose un bulletin de vote depuis son lit au centre médical Sourasky de Tel Aviv, le 23 mars 2021. (Autorisation du centre médical Sourasky de Tel Aviv)

HADERA – En pyjama d’hôpital et avec des tubes à oxygène dans le nez, David Nidan, 80 ans, s’est traîné jusqu’aux urnes mardi matin.

Eytan, le responsable du bureau de vote, a gentiment aidé le patient à garder son équilibre. Il portait une combinaison de protection contre le virus SRAS-CoV-2 qui a cloué Nidan à l’hôpital au cours des deux dernières semaines.

Dans une élection façonnée par la crise du COVID-19, des points de discussion de la campagne aux règles de distanciation sociale dans chaque bureau de vote, il s’agissait de la manifestation la plus littérale de la politique en temps de pandémie : un bureau de vote dans une zone infectée par le virus.

Un bureau de vote israélien ordinaire peut accueillir 650 personnes. Celui où Nidan a voté, à l’hôpital Hillel Yaffe à Hadera, est ouvert depuis des heures pour accueillir seulement 11 électeurs potentiels.

David Nidan, 80 ans, vote dans le service COVID-19 du centre médical Hillel Yaffe à Hadera, le 23 mars 2021. (Nathan Jeffay/Times of Israel)

Pour la plupart des patients qui votent dans ces bureaux – environ 700 au total – le chemin à parcourir dans le couloir est le plus éloigné de leur lit depuis leur hospitalisation.

Certains agents électoraux se sont même déplacés pour le bien de ceux qui ne peuvent pas se déplacer, et ont apporté les urnes au chevet des malades.

Alors que les patients votaient dans les bureaux de vote COVID des hôpitaux, les patients atteints du virus à domicile se sont rendus dans 409 bureaux de vote spéciaux, tandis que les personnes en quarantaine ont profité des 342 bureaux qui leur étaient spécialement consacrés.

Des employés préparent un bureau de vote pour les patients du COVID-19 au centre médical Rambam de Haïfa. (Autorisation du centre médical Rambam)

Depuis le service spécialisé dans le virus à l’hôpital Hillel Yaffe, Nidan a parlé au Times of Israel par l’intermédiaire d’un interphone qui relie son unité à la salle de contrôle.

Il a dit : « Ça fait du bien de voter », et a révélé qu’il soutenait le Likud.

Peu après que Nidan, portant la kippa, s’est éloigné de l’urne, une femme arabe portant un hijab est arrivée pour voter.

Une femme vote dans le département COVID-19 du centre médical Hillel Yaffe à Hadera, le 23 mars 2021. (Nathan Jeffay/Times of Israel)

Dans la salle de contrôle du service, les infirmières qui surveillent les patients sont assises aux côtés des agents électoraux : un employé de la commission centrale électorale et deux militants du parti qui supervisent les procédures, conformément au protocole électoral israélien.

Le bulletin de vote de David Nidan est remis au fonctionnaire électoral via un sas au centre médical Hillel Yaffe de Hadera, le 23 mars 2021. (Nathan Jeffay/Times of Israel)

Le processus de vérification est plus complexe que dans les bureaux de vote ordinaires. Chaque électeur reçoit deux enveloppes. Dans l’une, qui ne contient aucune information permettant de l’identifier, il place un morceau de papier indiquant son choix de parti.

Celui-ci est placé dans une enveloppe avec son numéro de carte d’identité, qui sera jeté avant que les votes ne soient comptés, mais qui est nécessaire pour vérifier qu’un bulletin n’a pas également été déposé en son nom dans son bureau de vote habituel.

Quand les électeurs arrivent, les enveloppes passent par un sas dans le service réservé aux malades.

Les inspecteurs, Ofra Mines et Rahamim Michael, étaient assis à une table entourée de biscuits et d’en-cas qui sont traditionnellement fournis aux personnes chargées de vérifier les procédures de vote, ainsi que de grandes bouteilles de désinfectant pour les mains. Lorsqu’ils se sont réveillés quelques heures plus tôt et se sont présentés au travail, aucun des deux ne savait qu’ils avaient été affectés à une station COVID-19.

Les inspecteurs électoraux Ofra Mines (à gauche) et Rahamim Michael au centre médical Hillel Yaffe à Hadera, le 23 mars 2021. (Nathan Jeffay/Times of Israel)

« J’étais inquiète », a déclaré Mines, une partisane du Likud âgée de 62 ans. « Au début, j’ai pensé que j’allais devoir entrer dans la salle du coronavirus, et cela m’a inquiétée, mais cela fait toujours bizarre d’être assise ici, derrière la vitre. »

Elle a fait part d’un mélange d’émotions : la joie de voir les gens voter et la tristesse de voir la dure réalité d’un service coronavirus. « Je suis heureuse de voir que tout le monde, y compris les malades, a la possibilité de voter, mais il est difficile de voir la réalité de la vie dans le service », a-t-elle déclaré.

L’un des infirmiers, Ahmed Abuhaja, a également déclaré qu’il était heureux de voir les patients voter, mais a rapporté qu’il n’y avait pas de buzz électoral ou de discussion dans le service. Lorsqu’on lui a demandé si les patients avaient parlé de politique, il a répondu : « Pas du tout ; les gens ici veulent juste aller mieux et rentrer chez eux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...