Rechercher

Décollage : la « voiture volante » d’une startup israélienne passe son premier test

Selon AIR, son appareil AIR ONE, un engin biplace eVTOL (décollage et atterrissage vertical électrique), a fonctionné "sans faille" lors d'un test de vol stationnaire en Israël

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Une startup israélienne qui développe un véhicule « volant », un avion électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL) destiné aux particuliers, a déclaré que son prototype d’avion avait passé un premier test de vol stationnaire avec les régulateurs récemment, mettant la société sur la voie d’une prochaine certification de vol.

La startup AIR, basée à Pardes Hanna, accepte depuis octobre dernier les précommandes pour son AIR ONE, un eVTOL biplace entièrement électrique, après avoir dévoilé les premiers modèles destinés au marché grand public.

Selon la société, l’avion a une autonomie de 177 km sur une seule charge a des vitesses allant jusqu’à 250 km à l’heure, pour une durée de vol d’une heure. Il a des ailes repliables pour un stationnement facile et la possibilité de décoller ou d’atterrir sur n’importe quelle surface plane, explique la société.

AIR ONE possède déjà un certificat de navigabilité, une licence autorisant un avion à voler, et s’est lancé en juin dans un test de vol stationnaire qui a vu le prototype grandeur nature s’envoler au-dessus des champs verdoyants du kibboutz Megiddo, dans le nord d’Israël, sous la supervision de l’Autorité de l’aviation civile.

Rani Plaut, cofondateur et PDG d’AIR, a déclaré au Times of Israel qu’il s’agissait du premier vol réel de l’appareil depuis l’obtention du certificat de navigabilité.

« Ce test est la première fois que l’appareil grandeur nature et de poids total [d’AIR] a été testé en vol », marquant « le début d’un long chemin qui se poursuivra par un [test] de vol habité et qui évoluera plus tard vers des tests d’unités de production de masse », a-t-il déclaré.

Le prototype d’avion AIR ONE de la startup israélienne AIR destiné au marché grand public. (Crédit : Autorisation AIR)

L’avion a effectué de nombreux vols stationnaires pendant plus de deux semaines, décollant, restant en suspension sur place et revenant au sol, « avec des performances optimales dans une enveloppe de vol stable », a déclaré la société. (Une enveloppe de vol correspond aux paramètres de fonctionnement et aux capacités d’un avion en fonction de sa conception. Elle fait référence à des facteurs tels que la vitesse, l’altitude et le facteur de charge).

M. Plaut a précisé que ce premier vol avait pour but « d’effectuer un vol stationnaire pendant quelques minutes durant lesquelles de nombreux paramètres ont été mesurés, tels que la consommation d’énergie, le comportement des commandes de vol et la réactivité au vent ».

Il a déclaré que l’avion a réalisé une performance « sans faille » lors de son premier essai de vol stationnaire et que la société se préparait maintenant à la prochaine étape importante : un essai de vol complet prévu pour le mois d’octobre.

« C’était vraiment impressionnant de voir AIR ONE décoller du sol pour la première fois. Nous travaillons à ce projet depuis près de cinq ans et nous sommes impatients que le public nous rejoigne à bord », a déclaré M. Plaut dans le communiqué officiel de la société la semaine dernière. « Cette étape importante confirme la position d’AIR en tant que leader du marché de la mobilité aérienne des particuliers, permettant de ressentir l’émotion du vol au quotidien. »

En plus des régulateurs israéliens, AIR a également travaillé avec la Federal Aviation Authority (FAA) américaine pour obtenir la certification G1, qui définit les normes initiales de sécurité et d’environnement pour les opérations commerciales civiles.

Plaut a précisé qu’AIR était « sur la bonne voie en ce qui concerne le processus de certification aux États-Unis », un processus qui prend en général quatre à cinq ans.

L’avion AIR ONE eVTOL de la start-up israélienne AIR. (Crédit : Autorisation/AIR)

Lors d’une interview avec le Times of Israel en 2021, Plaut avait expliqué qu’en attendant toutes les autorisations légales, le plan était de compléter le processus de certification d’ici la fin de 2023 et de commencer les livraisons des appareils en 2024.

Entre-temps, la société « continuera à signer des contrats avec des fournisseurs de la chaîne logistique en vue de la production en série de l’AIR ONE aux États-Unis en 2024, juste à temps pour les livraisons », a-t-il déclaré.

En mars, AIR a signé un accord avec la société australienne FlyOnE, un distributeur d’avions électriques, pour livrer 25 des premiers appareils AIR ONE à des clients locaux en 2025. FlyOnE sera également le partenaire local d’AIR pour le service et la maintenance.

Les précommandes pour l’AIR ONE étaient à trois chiffres et ce nombre est susceptible d’augmenter à mesure que le processus de certification avance, a déclaré M. Plaut.

Des vols accessibles

AIR a été conçue en 2017 par Chen Rosen, un expert en aviation, qui a ensuite été rejoint par Plaut et Netanel Goldberg, tous deux des entrepreneurs en série. Plaut est également directeur exécutif de la startup automobile israélienne Moodify, et membre du conseil d’administration de Tactile Mobility, une startup basée à Haïfa qui offre aux voitures intelligentes la possibilité de « sentir la route. »

Avec AIR, les fondateurs ont voulu « faire une vraie différence en rendant la liberté de voler vraiment accessible aux gens », a déclaré M. Plaut.

L’avion AIR ONE de la startup israélienne AIR est présenté au Kentucky Derby, en mai 2022. (Crédit : AIR)

La société « combine l’innovation aérospatiale durable avec le savoir-faire automobile » et exploite le marché naissant de l’eVTOL qui devrait atteindre 12 milliards de dollars d’ici 2030.

Les fondateurs d’AIR estiment que si le secteur global se concentre sur « les taxis aériens pilotés commercialement ou autonomes pour les villes », l’AIR ONE offre « une alternative à ceux qui veulent profiter de la liberté ultime de voler à leur gré. »

« À l’heure actuelle, voler pour la plupart d’entre nous consiste à entrer dans un énorme tube métallique et à être transporté de cette manière. Vous n’avez pas vraiment l’impression de voler. Nous voulons mettre l’aviation à la portée du plus grand nombre et allier autonomie, simplicité et facilité d’utilisation des systèmes de vol électriques [systèmes de vol informatisés] avec l’ADN des voitures : facilité d’utilisation, faible coût d’entretien, etc. Et comme il s’agit d’un appareil électrique, il y a un élément écologique », expliquait M. Plaut au cours de notre précédent entretien.

La startup israélienne AIR a mis au point un avion eVTOL appelé AIR ONE destiné au grand public. (Crédit : AIR)

« Les avions sont faciles à manipuler si vous avez une bonne technologie », a-t-il déclaré. À cette fin, AIR a développé ce qu’elle a appelé le logiciel « fly by intent« , qui permettra aux personnes ordinaires de faire fonctionner et de naviguer le véhicule, et non plus seulement aux pilotes formés. L’appareil est également équipé d’un système de surveillance activé par l’IA pour des inspections fréquentes afin de « garantir une sécurité primordiale, même pour les pilotes ayant une formation minimale », indique la société.

« Nous voulons vendre aux consommateurs en direct. La plupart de nos concurrents proposent des services tels que les taxis aériens et les navettes », a déclaré M. Plaut.

« En ce moment, il y a environ 1,5 milliard de voitures dans le monde, avec environ 80 millions de voitures produites chaque année. Si nous parvenons à faire voler 10 000 voitures, nous pourrons commencer à faire une différence. Personne ne le fait », a-t-il déclaré.

S’il ne prévoit pas qu’AIR devienne un grand fabricant d’automobiles et d’avions, M. Plaut a déclaré que l’objectif initial était de vendre environ
10 000 AIR ONE par an.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...