Deri annonce la création d’une yeshiva pour les étudiants infectés au COVID-19
Rechercher

Deri annonce la création d’une yeshiva pour les étudiants infectés au COVID-19

Le séminaire religieux sera en mesure d'accueillir 800 étudiants de tous les courants ultra-orthodoxes

Le chef du parti Shas Aryeh Deri arrive à la Knesset pour une rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 3 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Shas Aryeh Deri arrive à la Knesset pour une rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 3 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Dimanche, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a annoncé la création d’un séminaire religieux pour les étudiants qui ont été infectés par le coronavirus.

« Nous avons décidé de mettre en place une nouvelle yeshiva appelée Keter Torah, qui sera située à Sde Hemed », a-t-il déclaré à un groupe de journalistes religieux. « Cela permettra de rassembler tous les étudiants de yeshiva malades du coronavirus ».

Keter signifie « couronne » en hébreu; tout comme corona, en latin.

Deri semblait faire référence au moshav Sde Hemed dans le centre d’Israël. Il n’a pas précisé si les responsables locaux et les résidents avaient été consultés.

En outre, Deri n’a pas indiqué s’il y aurait du personnel médical dans la yeshiva, ou comment elle fonctionnerait.

Des officiers de police évacuent des hommes ultra-orthodoxe de la
Yeshiva Ponevezh à Bnei Brak, dans le cadre d’un effort pour faire appliquer le confinement afin de limiter la propagation du virus, le 2 avril 2020. (Flash90)

« La voix de la Torah ne s’arrêtera à aucun moment, même pendant [la période du] coronavirus », a déclaré Deri, selon le site internet Behadrei Haredim.

Selon le site internet, Tsahal et le ministère de la Défense ont déjà commencé les préparatifs pour l’établissement.

Un journaliste de Kikar Shabbat a tweeté que le séminaire religieux pourra accueillir 800 étudiants des différents courants du judaïsme ultra-orthodoxe. Les étudiants ont actuellement tendance à étudier avec leurs propres groupes.

Les cours seront donnés par des enseignants qui ont aussi été infectés par le coronavirus, même si la yeshiva n’ouvrira pas ses portes jusqu’à un assouplissement des restrictions imposées sur les rassemblements et les établissements éducatifs.

Le mois dernier, le gouvernement a fermé toutes les institutions éducatives, quel que soit le nombre d’élèves par classe, et aussi les crèches – les services de garde d’enfants à domicile – les programmes d’éducation spécialisée, les programmes pour jeunes et le soutien scolaire.

Une leçon à la yeshiva Ateret Yisrael Yeshiva à Jerusalem, le 19 novembre 2019. (Aharon Krohn/Flash90)

Au départ, certains responsables ultra-orthodoxes ont défié les directives du ministères de la Santé visant à contenir le coronavirus. Ils ont déclaré que les écoles ultra-orthodoxes resteraient ouvertes, en insistant que l’étude de la Torah devrait continuer.

Le mois dernier, Deri, qui dirige le parti ultra-orthodoxe Shas, aurait été nommé par le cabinet comme la personne en charge pour encourager la communauté ultra-orthodoxes à appliquer encore plus strictement les règles.

Selon les données du ministère de la Santé, environ 75 % des infections du virus à Jérusalem ont eu lieu dans des quartiers ultra-orthodoxes.

Dimanche, plusieurs quartiers ultra-orthodoxe de Jérusalem avec de forts taux d’infection au COVID-19 ont été confinés.

Des hommes juifs ultra-orthodoxes prient devant une yeshiva fermée dans la ville de Bnei Brak, le 26 mars 2020.
(Tomer Neuberg/Flash90)

Bnei Brak, la ville a majorité ultra-orthodoxe, qui a le taux d’infection le plus important par habitant en Israël, a également été coupée du reste du pays. Vendredi, les restrictions ont été assouplies. Les résidents peuvent se déplacer en dehors de la ville pour le travail et certaines autres activités essentielles.

Jeudi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Deri auraient eu une discussion houleuse à ce sujet. Deri aurait dit avoir le sentiment que le ministère de la Santé était « prompt à réagir » quand il s’agissait d’imposer des restrictions sur les communautés ultra-orthodoxes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...