Des centaines de Palestiniens entrent en Israël par des brèches dans la clôture
Rechercher

Des centaines de Palestiniens entrent en Israël par des brèches dans la clôture

Des images montrent des résidents de Cisjordanie, voulant travailler, pénétrer au sein de l'État juif en passant par des brèches de la barrière de sécurité, près de Hébron

Des travailleurs palestiniens de Hébron, en Cisjordanie, avec leurs effets personnels, entrent sur le territoire israélien à travers un trou creusé dans la clôture de sécurité, aux abords de Hébron, le 31 janvier 2021. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Des travailleurs palestiniens de Hébron, en Cisjordanie, avec leurs effets personnels, entrent sur le territoire israélien à travers un trou creusé dans la clôture de sécurité, aux abords de Hébron, le 31 janvier 2021. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Des centaines de Palestiniens sont entrés en Israël malgré la fermeture des frontières de Cisjordanie – une mesure adoptée pour entraver la hausse du nombre d’infections au coronavirus en Israël.

Des images et des photos publiées dimanche montrent des Palestiniens passant dans des brèches de la clôture frontalière dans le sud de la Cisjordanie, aux abords de Hébron.

Ces images auraient été prises dans le secteur du carrefour Tarkumiya, où la police et les autorités militaires n’ont rien fait pour venir à bout de cette violation des règles à grande échelle.

Des images filmées par un drone et qui ont été reprises par un média israélien montrent des Palestiniens, les uns derrière les autres, franchir précipitamment la clôture et emprunter une route poussiéreuse avant de traverser un champ pour rejoindre des bus et des camionnettes.

Des photographies immortalisées dans le même secteur – mais à un carrefour différent – montrent des hommes portant des sacs et franchissant un trou étroit dans la clôture.

Des travailleurs palestiniens de Hébron, en Cisjordanie, avec leurs effets personnels, entrent sur le territoire israélien à travers une brèche creusée dans la clôture de sécurité, aux abords de Hébron, le 31 janvier 2021. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

La fermeture des frontières a pour objectif d’empêcher la circulation du virus de la Cisjordanie à Israël.

En plus du péril sanitaire, les dirigeants d’implantations soulignent également le risque sécuritaire, en particulier après une tentative d’attaque au couteau ratée tôt dimanche.

Kan a posté une vidéo qui présente des films publiés sur TikTok de Palestiniens en train d’eux-mêmes franchir la clôture.

Le confinement au sein de l’État juif, qui entre dans sa quatrième semaine, a entraîné la fermeture de la plus grande partie des entreprises et des écoles et a limité les rassemblements et les déplacements.

La semaine dernière, Israël a fermé son principal aéroport ainsi que ses postes-frontières avec l’Egypte et la Jordanie, mettant un terme à tous les voyages internationaux.

Le confinement n’a pas réussi à diminuer la vigueur de la troisième vague et les responsables, notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont attribué la responsabilité de cet échec aux variants du virus plus contagieux qui sont entrés en Israël depuis l’étranger, ces derniers mois.

Environ 122 000 Palestiniens de Cisjordanie travaillent en Israël ou dans les implantations, selon les chiffres officiels du gouvernement. La grande majorité est employée dans les secteurs de la construction et de l’agriculture. Ces revenus constituent environ un quart de l’économie de l’Autorité palestinienne.

Comme cela avait été aussi le cas lors des deux premiers confinements, les ouvriers palestiniens ont reçu pour instruction de rester sur le territoire israélien jusqu’à la fin du confinement et leurs employeurs ont l’obligation de les loger et d’organiser leur séjour.

Mais les Palestiniens ont fait savoir que certains patrons ne proposaient pas de chambres à coucher, ce qui amène un grand nombre à préférer franchir quotidiennement la frontière par les brèches dans la clôture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...