Rechercher

Des centaines d’habitants du sud manifestent contre Netanyahu à Tel Aviv

Devant le ministère de la Défense, les manifestants venus du sud ont bloqué les rues et affronté la police, demandant la démission de Netanyahu pour la trêve conclue avec le Hamas

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Les résidents du sud d'Israël aux prises avec la police lors d'une manifestation à Tel Aviv à cause du manque de sécurité créé par la menace des tirs de roquettes du Hamas (Crédit : Luke Tress/The Times of Israel)
Les résidents du sud d'Israël aux prises avec la police lors d'une manifestation à Tel Aviv à cause du manque de sécurité créé par la menace des tirs de roquettes du Hamas (Crédit : Luke Tress/The Times of Israel)

Des centaines de résidents des communautés du sud du pays, qui ont été frappées par les tirs récents de roquettes lancées depuis la bande de Gaza, ont manifesté jeudi à Tel Aviv contre un cessez-le-feu conclu avec le groupe terroriste du Hamas, réclamant la démission du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les manifestants ont affronté la police alors qu’ils bloquaient les routes au carrefour Azrieli, proche de la base militaire de la Kirya qui héberge également le siège du ministère de la Défense.

Ce rassemblement a suivi deux jours d’un mouvement de protestation des habitants du sud du pays qui ont brûlé des pneus et bloqué l’entrée des villes frappées par les tirs de roquette pour manifester leur désapprobation face au cessez-le-feu qui, selon eux, donne au Hamas l’opportunité de reprendre ses attaques à son gré.

Le rassemblement de jeudi qui s’intitulait « Le sud ne se taira pas » est survenu alors que Netanyahu devait rencontrer les chefs des conseils communautaires de cette région à son bureau de Jérusalem. La colère face à la trêve s’est amplifiée après qu’un ministre du cabinet a qualifié les tirs massifs de roquettes lancées vers le sud d’Israël comme « mineurs« , les groupes terroristes n’ayant pas pris pour cible Tel Aviv.

Les manifestants ont scandé « Bibi démission, Liberman cherche un compagnon », et « Bibi démission, le sud est en combustion » en utilisant le surnom de Netanyahu.

Ils ont déclaré que le gouvernement était « impuissant » face au terrorisme et ils ont scandé : « Laissez-nous vivre en paix ».

Le député Haim Jelin, du parti d’opposition Yesh Atid, qui vit dans une communauté située à la frontière avec Gaza, était présent lors de ce rassemblement, a fait savoir la Dixième chaîne israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...