Des chercheurs israéliens songent à utiliser des mouches en alimentation animale
Rechercher

Des chercheurs israéliens songent à utiliser des mouches en alimentation animale

Les larves de la mouche soldat noire sont une excellente source de protéines et de graisses, selon BioBee Biological System

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Une mouche soldat noire (Crédit : BioBee Biological System)
Une mouche soldat noire (Crédit : BioBee Biological System)

Un kibboutz du nord d’Israël veut faire des mouches nuisibles propageant des maladies un aliment nourrissant – pour les animaux et les fermes piscicoles.

BioBee Biological System, une société du kibboutz Sde Eliyahu, a annoncé lundi dans une déclaration que les larves de la mouche dite « soldat noir » est une source riche en protéines et en graisses, faisant d’elles un repas idéal pour les animaux et les poissons.

« La mouche soldat noire a une valeur nutritionnelle exceptionnelle, avec un taux élevé de protéines et de graisses, » déclare la société. « Par conséquent, c’est un substitut efficace et écologique aux aliments piscicoles et à la nourriture donnée aux animaux. Les sous-produits générés par l’élevage des mouches noires sont utilisés dans les fertilisants agricoles ».

Chaque femelle peut pondre entre 600 et 800 œufs pouvant donner des centaines de larves qui deviennent rapidement une source alimentaire facile.

Larves des mouches soldat noir (Crédit : BioBee Biological System)

De récents essais consistant à nourrir des truites avec des protéines issues des mouches se sont avérés fructueux, et le test va maintenant être réalisé sur des poissons – ornementaux ou de consommation-de fermes piscicoles.

Selon la déclaration de la société, un tiers des aliments transformés pour animaux vient des poissons de l’océan à cause de leur grande qualité protéique. Mais la baisse de la population de poissons des océans va bientôt créer une pénurie de protéine marine.

L’alternative, ce sont les insectes, qui sont des « remplaçants de meilleure qualité ».

« Elever des insectes est écologique puisqu’ils se nourrissent de déchets organiques et ont un impact environnemental très minime, » selon BioBee.

De plus, ils sont bons pour la santé et conviennent à la consommation humaine.

En 2013, le magazine de design en ligne De Zeen a publié un article sur la designer autrichienne Katharina Unger, qui a consruit un système d’élevage fait-maison pour les mouches noires. Unger raconte comment elle collecte et cuisine les larves, qui ont, selon elle, une odeur de patates cuites et ont un goût de « noisette et un peu de viande ». Sa recette préférée est faite de larves et de risotto à la tomate.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...