Des couvre-feux nocturnes à partir de mardi soir; Beitar Illit pourrait résister
Rechercher

Des couvre-feux nocturnes à partir de mardi soir; Beitar Illit pourrait résister

Après des retards, de nouvelles règles concernant 40 points chauds de virus entreront en vigueur à 19 heures

Des juifs ultra-orthodoxes sont photographiés en train de prier devant une synagogue dans la ville israélienne de Bnei Brak, près de Tel-Aviv, au milieu des mesures mises en place par les autorités pour tenter d'arrêter la propagation de la COVID-19 le 7 septembre 2020. (MENAHEM KAHANA / AFP)
Des juifs ultra-orthodoxes sont photographiés en train de prier devant une synagogue dans la ville israélienne de Bnei Brak, près de Tel-Aviv, au milieu des mesures mises en place par les autorités pour tenter d'arrêter la propagation de la COVID-19 le 7 septembre 2020. (MENAHEM KAHANA / AFP)

Mardi, la police israélienne a déclaré qu’elle se préparait à imposer un couvre-feu nocturne dans 40 points chauds de coronavirus dans le pays, une ville ultra-orthodoxe ayant averti qu’elle ne se conformerait à l’ordonnance que si le gouvernement fournissait des explications convaincantes sur sa nécessité.

Mardi, les ministres ont approuvé des couvre-feux nocturnes dans des dizaines de villes et villages présentant des taux élevés de coronavirus. Ces couvre-feux ont pris effet dès mardi soir pour une semaine, alors qu’Israël a connu son plus grand nombre de cas quotidiens de COVID-19.

Les couvre-feux seront en vigueur tous les jours entre 19 heures et 5 heures du matin jusqu’au 15 septembre. Pendant le couvre-feu, les résidents doivent rester à moins de 500 mètres de leur domicile et les commerces non essentiels seront fermés. Les écoles resteront fermées, sauf pour les programmes destinés aux personnes ayant des besoins particuliers.

Le 8 septembre 2020, les travailleurs médicaux de Magen David Adom testent les Israéliens sur un site de drive-in afin de collecter des échantillons pour le dépistage de coronavirus à Jérusalem. (Yonatan Sindel/Flash90)

Quelques heures avant le premier couvre-feu, le chef de police par intérim Motti Cohen a conclu un briefing et a déclaré qu’il s’attendait à ce que les agents fassent preuve de bon sens dans leur imposition de la fermeture.

« Notre politique d’exécution continuera à être fondée avant tout sur le dialogue, l’éducation, le bon jugement et la coopération du public », a-t-il déclaré. « C’est ce que j’attends de chaque commandant et officier chargé de cette mission. »

« Nous attendons de la population qu’elle respecte la loi et les instructions de la police, car nous ne pouvons protéger notre santé publique qu’ensemble et endiguer la propagation du virus », a-t-il ajouté.

La décision du gouvernement a été accueillie avec colère par certaines localités, Beitar Illit – une implantation ultra-orthodoxe de Cisjordanie comptant quelque 60 000 habitants – exigeant davantage d’informations.

« Nous exigeons une transparence totale sur les taux d’infection et des explications détaillées sur les raisons pour lesquelles un couvre-feu est imposé à toute une ville ultra-orthodoxe », a déclaré la municipalité de Beitar Illit dans un communiqué. « Nous ne pouvons pas donner notre aval à des mesures prises sans transparence. Nous ne pourrons coopérer à la réduction des taux de morbidité que lorsque ces explications seront fournies aux habitants ».

Un policier et un soldat de l’armée israélienne gardent l’extérieur de l’implantation ultra-orthodoxe de Beitar Illit, en Cisjordanie, fermée pendant une semaine en raison d’un taux élevé de coronavirus, le 8 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a déclaré qu’il se conformerait à l’ordonnance gouvernementale sur les couvre-feux nocturnes dans certaines parties de la capitale, tout en fustigeant cette politique.

« Je ne sais pas ce qu’est un couvre-feu nocturne », a déclaré Lion au radiodiffuseur public Kan. « Depuis deux mois, nous mettons en garde contre les mariages de masse dans la partie est de la ville. Lorsque nous parlons d’un couvre-feu nocturne à Ramot, un quartier de 55 000 habitants, cela signifie qu’ils vont être enfermés à cause d’environ 300 patients. Je ne peux pas expliquer cela aux habitants ».

La liste des villes et des quartiers touchés a été publiée par le ministère de la Santé et le bureau du Premier ministre en fin de matinée mardi.

La liste comprend toutes les villes de Bnei Brak, Beitar Ilit, Umm al-Fahm et Nazareth, ainsi que certaines parties de Jérusalem, Ashdod et Eilat.

Une liste complète est disponible ci-dessous.

Des juifs ultra-orthodoxes sont représentés en train de prier dans une synagogue divisée par des feuilles de plastique dans la ville israélienne religieuse de Bnei Brak, près de Tel Aviv, au milieu des mesures mises en place par les autorités israéliennes pour tenter d’arrêter la propagation de la Covid-19 le 7 septembre 2020. (MENAHEM KAHANA / AFP)

La publication de la liste est intervenue quelques heures seulement avant l’entrée en vigueur des règles, après des retards répétés de la part du gouvernement.

Dimanche soir, le gouvernement s’est retiré d’un plan visant à imposer des fermetures d’écoles dans certaines villes où le taux d’infection est particulièrement élevé, annonçant plutôt des couvre-feux nocturnes et la fermeture d’écoles.

Policiers dans la rue Jaffa à Jérusalem le 10 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Les couvre-feux devaient entrer en vigueur lundi soir, mais ont été retardés d’une journée, les politiciens et les responsables de la santé débattant sur les villes concernées.

Les plans antérieurs d’un confinement 24 heures sur 24 ont été abandonnés, après une forte pression de la communauté ultra-orthodoxe sur le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Quatre maires ultra-orthodoxes ont publié dimanche une lettre ouverte sans précédent accusant le Premier ministre de « piétiner » leurs communautés et de « nous transformer en vecteurs de maladies et en ennemis du peuple ».

La plupart des municipalités figurant sur la liste « rouge » sont arabes et, à quelques exceptions près, de nombreux maires arabes israéliens ont accueilli favorablement les nouvelles restrictions visant à lutter contre la propagation du coronavirus dans leurs villes et communes.

Les responsables insistent sur le fait qu’un confinement national est toujours possible, en particulier pendant les prochaines grandes fêtes.

Une discussion en cabinet sur la question est prévue jeudi.

Selon le site d’information Ynet, les ministres du « cabinet du coronavirus » discuteront d’une proposition de Ronni Gamzu, responsable de la gestion du virus, visant à fermer toutes les écoles du pays pendant la période des fêtes, du 18 septembre au 10 octobre.

Personnel portant des vêtements de protection lors de leur travail dans le service des coronavirus du centre médical Shamir (Assaf Harofeh), près de Tel-Aviv, le 20 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a déclaré mardi que 3 425 nouveaux cas de coronavirus ont été confirmés par rapport à la veille – le chiffre quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie, pulvérisant un précédent record établi la semaine dernière. Selon les données du ministère de la Santé, le nombre total de cas a atteint 135 288 mardi matin, dont 106 297 sont guéris.

Sur les 27 962 cas actifs, 467 sont dans un état grave, dont 134 sous respirateur. 154 autres sont dans un état modéré, les autres ne présentant que des symptômes légers ou nuls. Au total, 467 personnes sont hospitalisées en raison de la maladie.

Le nombre de décès s’élève à 1 031, soit neuf décès au cours des 24 heures précédentes.

Liste complète des villes et des quartiers soumis à un couvre-feu nocturne:

Bnei Brak
Elad
Umm al-Fahm
Taibe
Tira
Nazareth
Netivot
Abu Snan
Le quartier Shahmon d’Eilat
Les quartiers Gimmel, Zayin, Het d’Ashdod
Les quartiers de Mitzpe Barnea, Ganei Barnea, Naot Barnea, Givat Zion et Carmei Zion d’Ashkelon
Buqata
Beitar Illit
Ramat Beit Shemesh Alef, Ramat Bet Shemesh Gimmel et les quartiers de Menuha et Nahala de Beit Shemesh
Najidat
Baqa al-Gharbiyye
Julis
Jaljulya
Jatt
Daliyat al-Karmel
Avatan, dans la région de Zemer
Yafa an-Naseriyye
Kasra-Samia
Kafr Bara
Kafr Manda
La zone municipale de Kafr Qassem, à l’exception des zones industrielles Lev Haaretz et Nof Haaretz
Kafr Qara
Lakiya
Musheirifa et Salem dans la région de Maale Iron
Ein Mahil
Emmanuel
Assafiya
Fureidis
Arara
Qalansawe
Reineh
Rechasim
Les quartiers de Naot Yitzhak Rabin et Naot HaNeviim de Sderot
Shfaram

Neuf quartiers de Jérusalem seront également touchés : Kafr Aqab, Beit Hanina, Ramat Shlomo, Ramot, A-Tur, Issawiya, Anata, le camp de réfugiés de Shuafat et Sanhedria.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...