Virus: Devant la hausse des cas, les maires arabes saluent les nouvelles mesures
Rechercher

Virus: Devant la hausse des cas, les maires arabes saluent les nouvelles mesures

Les dirigeants municipaux approuvent les couvre-feux nocturnes mais s'inquiètent d'un éventuel retour au confinement total ; ils reconnaissent les risques des grands mariages

Ronni Gamzu (devant à gauche) parle lors d'une réunion avec les dirigeants arabes locaux à Daliat el-Carmel, le 5 septembre 2020. (Capture d'écran/Kan)
Ronni Gamzu (devant à gauche) parle lors d'une réunion avec les dirigeants arabes locaux à Daliat el-Carmel, le 5 septembre 2020. (Capture d'écran/Kan)

Avec l’augmentation des cas de coronavirus dans les communautés arabes israéliennes, de nombreux responsables et experts de la santé arabes ont déclaré qu’ils se réjouissaient des nouvelles restrictions sanitaires dans les villes et villages arabes.

Suite à la pression politique exercée par les maires ultra-orthodoxes dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé d’imposer des couvre-feux nocturnes dans une quarantaine de villes où le nombre d’infections est élevé, au lieu de fermer complètement un petit nombre de villes comme cela avait été prévu auparavant. Les écoles resteraient entièrement fermées pendant la durée des mesures.

La majorité des villes soumises aux nouvelles restrictions sont soit arabes, soit ultra-orthodoxes. Les responsables arabes israéliens ont largement soutenu le verrouillage partiel de leurs villes et villages. De Tira à Umm al-Fahm, de nombreux maires arabes israéliens ont déclaré qu’ils accueilleraient favorablement de nouvelles restrictions pour empêcher la propagation du virus.

Umm al-Fahm compte 410 cas actifs, dont 268 ont été détectés la semaine dernière. La municipalité a ouvert une station de dépistage de coronavirus et préparé une « salle de guerre » pour lutter contre la spirale des infections, a déclaré un responsable de la ville au Times of Israel.

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il est impossible d’échapper à un confinement. Cela me coûte de le dire, mais c’est la vérité », a déclaré le maire d’Umm al-Fahm, Samir Mahameed, au radiodiffuseur public Kan, dimanche matin.

Au 1er septembre – avant le nouveau bond dans le nombre de cas la semaine dernière – les Israéliens arabes représentaient environ 28,8 % des cas actifs dans le pays, bien qu’ils ne constituent qu’un cinquième environ de la population israélienne.

Pour de nombreux Israéliens, la réponse jusqu’ici inefficace à la deuxième vague de coronavirus est due à ce qu’ils considèrent comme une prise de décision incohérente et de dernière minute de la part du gouvernement.

L’augmentation disproportionnée des infections dans les communautés arabes israéliennes a été attribuée aux mariages en nombre. Les mariages arabes peuvent être des événements grandioses et complexes, avec des centaines, voire des milliers de participants entassés dans des salles.

Des habitants de Jérusalem portant des masques par crainte du coronavirus se promènent dans la vieille ville le 2 septembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Pour stopper la propagation du virus, les autorités locales ont fermé les salles de mariage. Mais les habitants ont commencé à organiser des mariages chez eux.

« Il y a assez de reproches à faire – le gouvernement national, les autorités locales, le responsable Gamzu, le coronavirus. Mais la situation dans les villes et villages arabes nous revient en fin de compte : nous ne respectons pas les règles, surtout en ce qui concerne les mariages », a déclaré Ahmad al-Sheikh, directeur de la Société de Galilée, la plus grande association israélienne arabe à but non lucratif qui fournit des services de santé dans le pays.

Dans le même temps, beaucoup considèrent le confinement comme une voie vers le désastre économique. Les Israéliens arabes – déjà moins riches en moyenne que leurs concitoyens juifs – ont été touchés de manière disproportionnée par la pandémie de coronavirus. Beaucoup travaillent dans le tourisme et les industries de services, deux secteurs qui ont subi de lourdes pertes.

« Un confinement va avoir d’énormes conséquences négatives. Il va causer des dommages supplémentaires aux familles qui souffrent du chômage et nuire aux petites entreprises. Nous parlons d’une communauté déjà économiquement sous-développée, avec des infrastructures fragiles », a déclaré Al-Sheikh.

Bien qu’il dirige l’une des villes arabes les plus durement touchées par Israël, le maire d’Al-Tira, Mamoun Abd al-Hayy, a soumis son objection à un verrouillage complet samedi après-midi, déclarant qu’il préférait un couvre-feu nocturne à la place. Al-Tira compte 204 infections pour 10 000 habitants, le nombre le plus élevé du pays.

Le maire d’Arara, Mudar Younes, qui préside l’Union nationale des municipalités arabes, a fait valoir qu' »une grande partie des avantages d’un confinement total peut être obtenue avec un confinement partiel, sans les dommages qui en résultent ».

« Que nous finissions par un confinement total ou partiel, c’est en fin de compte nécessaire. En tant que municipalités arabes, nous comprenons parfaitement les conséquences du coronavirus », a déclaré Younes au Times of Israel.

Mudar Younes, président de l’Union nationale des municipalités arabes (Autorisation)

Le maire de Kafr Qasim, Adel Badir, a déclaré qu’il était favorable à un confinement limité dans sa propre ville. Étant donné que la grande majorité des cas de coronavirus se sont propagés lors de mariages, un couvre-feu nocturne serait nécessaire pour briser la chaîne d’infection, a-t-il dit.

« Tout le monde connaît la vérité : ce sont les mariages qui posent problème… environ 80 % de ce que nous voyons peut être retracé dans les mariages. Si nous fermons nos villes pendant la nuit, et que nous appliquons un couvre-feu, nous éviterons la majorité des cas », a déclaré Badir au Times of Israel.

Alors que Kafr Qasim est encore techniquement une ville « rouge » selon les critères des « feux de circulation » fixés par Gamzu, le nombre d’infections quotidiennes a diminué ces quatre derniers jours, a déclaré Badir.

« Si nous avons eu 70 infections quotidiennes la semaine dernière, nous avons vu les infections descendre jusqu’à 10-11 au cours des derniers jours », a déclaré Badir. « Nous devons revenir à zéro nouveau cas, afin de pouvoir prendre un nouveau départ. »

Au moins un maire d’une grande ville arabe s’est opposé aux nouvelles restrictions : le maire de Nazareth, Ali Salem, a déclaré qu’il s’opposerait à toute fermeture imposée à sa ville.

Nazareth a vu une augmentation des cas de coronavirus parmi les étudiants et les enseignants ces derniers jours, pouvant déclencher une chaîne de transmission mortelle.

Malgré un nombre relativement faible de cas, Gamzu a placé la ville – connue comme « la capitale arabe d’Israël » – sur une liste de villes rouges enregistrant un nombre élevé d’infections. La ville dépend fortement de ses attractions touristiques normalement très prisées.

Nous ne laisserons pas Nazareth être qualifiée de « ville rouge ». Nous ouvrirons comme d’habitude, travaillerons comme d’habitude… toute mesure inopportune du ministère de la Santé et il y aura une grève générale et des manifestations et des choses dont ils n’ont même pas rêvé », a déclaré Salem à la Radio al-Shams vendredi.

Salem semblait sceptique sur le fait que le coronavirus ait pris racine à Nazareth, disant qu’il ne croira pas à la présence de nombreux cas dans la ville tant qu’il n’en aurait pas la preuve.

« J’ai dit à Gamzu et à Ayman Seif [responsable adjoint du coronavirus] : apportez les noms et les cartes d’identité des personnes malades », a déclaré Salem. « Je veux tous leurs noms. »

Certains responsables arabes se sont demandé si un couvre-feu nocturne ne risquait pas simplement d’entraîner la fermeture de bonne heure de nombreux commerces, alors que les mariages et autres rassemblements sociaux se poursuivraient. Les municipalités arabes ont longtemps vu une faible présence policière et ne semblent pas pouvoir imposer les règlements de santé et de sécurité.

Al-Sheikh a déclaré qu’il recevait souvent des rapports de mariages se déroulant devant des policiers sans qu’ils n’interviennent pour les disperser.

Un travailleur vérifie la température d’un client dans un magasin de la ville de Deir al-Asad, dans le nord d’Israël, le 18 avril 2020. (Basel Awidat/Flash90)

« Nous voyons de nombreux rassemblements dans nos communautés, et la police hésite à entrer et à les disperser. Même si elle arrive, rien ne garantit que cela dissuadera les gens, car l’amende la plus élevée – 5 000 NIS – est inférieure à ce qu’on peut gagner en louant une salle de mariage », a déclaré Younes.

Afin de dissuader les gens de se rassembler, la police doit être prête à entrer dans les communautés arabes et devrait avoir le pouvoir de distribuer de sérieuses amendes, a dit Younes.

En réponse à ces critiques, la police israélienne s’est engagée à commencer à appliquer les restrictions dans les communautés arabes.

« Celui qui a donné un avertissement juste n’est pas à blâmer », a déclaré le porte-parole de la police, Waseem Badr, en invoquant un proverbe arabe bien connu. « La police israélienne a mis fin à la période d’avertissement, d’orientation et de sensibilisation et est passée au stade de l’application résolue de la loi. »

Quelles que soient les décisions politiques qui seront prises à l’avenir, les municipalités et les organisations de santé arabes seront confrontées à d’énormes défis, a déclaré Younes.

« La négligence du gouvernement, une planification incohérente, absolument aucune politique claire, tout cela est vrai. Mais cela ne nous absout pas en tant que communauté. Nous sommes au bout du compte responsables de la situation », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...