Des députés suédois défient Wallström à débattre sur ses commentaires sur Israël
Rechercher

Des députés suédois défient Wallström à débattre sur ses commentaires sur Israël

Après l’appel de la ministre des Affaires étrangères Margot Wallström à une enquête sur les « exécutions extrajudiciaires » d’Israël, des députés suédois vont présenter au Parlement des preuves « choquantes » des incitations palestiniennes

Des députés suédois avec des représentants d'une association de défense d'Israël, le 19 janvier 2016 à Stockholm, avec l vice-président de la WZO David Breakstone (2ème depuis la gauche), le député Hanif Bali (3ème depuis la gauche), le député Mikael Oscarsson (6ème depuis la gauche), et l'ancien député israélien Dov Lipman (7ème depuis la gauche). (Crédit : autorisation)
Des députés suédois avec des représentants d'une association de défense d'Israël, le 19 janvier 2016 à Stockholm, avec l vice-président de la WZO David Breakstone (2ème depuis la gauche), le député Hanif Bali (3ème depuis la gauche), le député Mikael Oscarsson (6ème depuis la gauche), et l'ancien député israélien Dov Lipman (7ème depuis la gauche). (Crédit : autorisation)

Alors que les relations entre la Suède et Israël sont de plus en plus tendues, un petit groupe de députés suédois a promis mardi de défier publiquement l’appel controversé de leur ministre des Affaires étrangères la semaine dernière à une investigation sur les « exécutions extrajudiciaires » de Palestiniens par Israël.

Même s’il y avait peu de monde quand les députés se sont rencontrés à Stockholm mardi soir – seulement huit députés ont assisté au rassemblement ad hoc organisé par le député suédois Mikael Oscarsson et un groupe de défense d’Israël – il est remarquable dans un pays dans lequel la rhétorique politique est largement hostile à Israël.

Dans un signe révélateur des menaces sécuritaires et de l’isolation politique des politiciens suédois quand il s’agit de soutenir publiquement Israël, les organisateurs ont assuré ceux qui n’étaient pas à l’aise avec l’idée d’être photographies qu’ils pouvaient se dispenser des photos de groupe.

A la réunion, organisée en partie par l’organisation sioniste mondiale (WZO), Oscarsson, du parti chrétien démocrate, a déclaré qu’il mènerait un groupe de députés pour appeler Wallström à un débat parlementaire obligatoire en réponse à son affirmation.

La semaine dernière, Wallström a demandé une enquête sur les assassinats israéliens d’assaillants palestiniens avec des couteaux qui avaient attaqué ou tenté d’attaquer des citoyens israéliens de manière quasi-quotidienne depuis le début du mois d’octobre.

En réponse, Jérusalem a réprimandé l’ambassadeur de Suède en Israël, et a qualifié les remarques de Wallström d’ « irresponsables et délirantes », affirmant que la ministre suédoise des Affaires étrangères encourageait de futures attaques terroristes contre des Israéliens.

Itamar Marcus, fondateur de Palestinian Media Watch, pendant une réunion à Stockholm de députés suédois et de représentants de groupe de défense d'Israël, le 19 janvier 2016. (Crédit : autorisation)
Itamar Marcus, fondateur de Palestinian Media Watch, pendant une réunion à Stockholm de députés suédois et de représentants de groupe de défense d’Israël, le 19 janvier 2016. (Crédit : autorisation)

Pendant la réunion de mardi à Stockholm, les députés ont été informés par Itamar Marcus, fondateur de Palestinian media watch (PMW), un groupe de veille qui vérifie le biais anti-Israël de l’Autorité palestinienne (AP).

Marcus a présenté des exemples de messages médiatiques officiels de l’AP qui glorifient le meurtre de juifs, comme des fonctionnaires appelant publiquement à tuer des juifs, et le baptême d’écoles et de centres de loisirs d’après les noms des terroristes.

Oscarsson, l’un des rares partisans déclarés de l’Etat juif au Parlement suédois, a déclaré que les preuves présentées par Marcus l’ont davantage encouragé à débattre des remarques de Wallström et de la position du gouvernement sur Israël.

Mikael Oscarsson, député suédois du parti chrétien démocrate.  (Crédit : autorisation)
Mikael Oscarsson, député du parti chrétien démocrate. (Crédit : autorisation)

« Les preuves sont choquantes. Nous allons appeler la ministre des Affaires étrangères Wallström à débattre en plénière et à répondre aux questions sur ce que nous avons vu », a-t-il déclaré.

Oscarsson a déclaré au Times of Israel que l’appel de Wallström à une enquête seulement sur les actions d’Israël, et pas sur celles de l’AP, jette des doutes sur la légitimité de sa demande.

« Si elle avait demandé une enquête parallèle [sur l’AP], alors bien sûr nous pourrions enquêter sur ce qu’a fait Israël. Mais ce qui doit vraiment être fait est une enquête sur l’AP, où va l’aide suédoise, particulièrement en relation avec la défense par l’AP de la violence dans les livres scolaires, et le baptême d’évènements sportifs d’après le nom de terroristes kamikazes », a-t-il déclaré.

Oscarsson a ajouté que bien que Wallström ait été soutenue pour ses remarques, il y a aussi beaucoup de personnes qui ne sont pas d’accord avec elle.

« Ce que dit Margot Wallström n’est absolument pas ce que pense l’ensemble du peuple suédois. Il y a un groupe important de personnes qui veut ces informations sur les incitations à la violence de l’AP, qu’il y ait une enquête », a-t-il déclaré.

Hanif Bali, député suédois du parti modéré. (Crédit : Fredrik Wennerlund)
Hanif Bali, député suédois du parti modéré. (Crédit : Fredrik Wennerlund)

Le député Hanif Bali, du parti modéré, qui a également assisté à la réunion, a vu l’hypocrisie de l’enquête de Wallström sur les assassinats de terroristes par Israël. En octobre, la police suédoise a abattu un assaillant de 21 ans qui poignardait des étudiants dans un établissement scolaire du sud-ouest de la Suède, et a en tué deux.

« Pendant cette attaque, la police est allée directement éliminer la menace afin de protéger le peuple. Mais quand un pays que Margot Wallström n’apprécie pas fait la même chose, elle appelle ça des ‘exécutions extrajudiciaires’, et, ça, c’est un double standard », a déclaré Bali.

Bali, né en Iran, a reçu des lettres antisémites et des menaces de mort pour son soutien déclaré à Israël, et a déclaré que Wallström n’était qu’une petite partie d’une tendance générale dans le discours politique suédois entourant Israël.

Stockholm donne des aides à l’AP sans étudier comment l’argent est utilisé, a-t-il accusé, alors que dans le même temps la Suède affiche une critique à charge de l’Etat juif.

« Ce n’est pas seulement à propos de ce que Margot Wallström a dit. C’est à propos du problème ancien que nous avons en Suède, qui est que nous avons aidé l’AP, qui a continué à propager ses messages de haine. C’est un problème qui est plus large que Margot Wallström », a-t-il déclaré.

La WZO, dont le vice-président David Breakstone est le fer de lance de l’initiative, travaille à combattre le biais anti-Israël international. A la lumière des récents commentaires de Wallström, l’organisation s’est récemment concentrée sur la Suède.

« Il ne fait aucun doute que dans toute l’Europe nous avons un problème général à défendre Israël. Nous voyons un biais anti-Israël venir encore et encore en Europe, mais quand quelqu’un déclare qu’il y a des ‘exécutions extrajudiciaires’, c’est quelque chose qui va même au-delà de mon idée de ce que la majorité des suédois penserait de la situation », a déclaré Dov Lipman, directeur de la diplomatie publique de la WZO, basé en Israël, et ancien député Yesh Atid.

« Je ne suggère pas qu’il y ait un changement écrasant au Parlement [suédois]. Mais même si les députés pro-Israël étaient plus enhardis, peut-être pourraient-ils convaincre certains de leurs collègues. Nous présenterons ces informations encore et encore jusqu’à ce qu’ils comprennent ce qu’il se passe sur le terrain ici », a déclaré Lipman.

Margot Wallström, la ministre suédoise des Affaires étrangères à Riga le 23 janvier 2015 (Crédit : AFP PHOTO / ILMARS ZNOTINS)
Margot Wallström, la ministre suédoise des Affaires étrangères à Riga le 23 janvier 2015 (Crédit : AFP PHOTO / ILMARS ZNOTINS)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...