Des diplomates israéliens menacent d’une grève la réunion entre Netanyahu et Obama
Rechercher

Des diplomates israéliens menacent d’une grève la réunion entre Netanyahu et Obama

Le syndicat des employés du ministère des Affaires étrangères indique qu'il peut appeler à la grève à tout moment

Le président américain Barack Obama (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu au musée Yad Vashem, le 22 mars 2013, à Jérusalem. (Crédit : Uriel Sinai/Getty Images/JTA)
Le président américain Barack Obama (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu au musée Yad Vashem, le 22 mars 2013, à Jérusalem. (Crédit : Uriel Sinai/Getty Images/JTA)

Les diplomates israéliens menacent de perturber l’organisation entourant la rencontre entre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et le président américain, Barack Obama, qui aura lieu la semaine prochaine à Washington, en raison d’un conflit sur le travail entre les employés du ministère des Affaires étrangères et le ministère des Finances.

Lundi, la rencontre qui aura lieu à la Maison Blanche sera la première rencontre entre les deux chefs d’Etat en un an – et plus précisément, depuis la signature de l’accord nucléaire iranien en juillet, négocié par les États-Unis et les cinq autres puissances internationales et auquel Israël est farouchement opposé.

Le syndicat des employés du ministère des Affaires étrangères a averti jeudi qu’il pourrait appeler les diplomates en Israël à faire la grève sans préavis, ce qui perturberait la réunion prévue la semaine prochaine.

Le syndicat a déclaré qu’il attend une réponse rapide à leurs demandes du Premier ministre, qui détient également le poste de ministre des Affaires étrangères.

Le différend sur les bas salaires entre le service diplomatique et le ministère des Finances dure depuis un certain temps. Les diplomates affirment que les accords passés ne sont pas respectés et que les budgets ne sont pas approuvés.

Le chef du syndicat des travailleurs, Hanan Goder, a déclaré jeudi que les diplomates ont une vision « très grave » de la situation concernant les conditions de travail au ministère.

« Il est inacceptable que des émissaires envoyés à l’étranger ne puissent pas joindre les deux bouts et que les employés en Israël doit chaque semaine faire face à une nouvelle violation de leurs conditions de travail. Nous protestons énergiquement les coupes budgétaires prévues pour 2015 à 2016. Cela réduit cruellement le budget ministère des Affaires étrangères », a-t-il dit, selon un communiqué publié par la presse.

« Nous n’hésiterons pas à utiliser tous les moyens légaux disponibles jusqu’à ce que les accords salariaux signés avec nous soient honorés par des fonctionnaires du Trésor », a-t-il averti.

Les relations d’Israël avec les pays à travers le monde sont sensibles et cruciales et il est temps que le gouvernement israélien fournisse la compensation adéquate à ses diplomates, a fait valoir le dirigeant du syndicat des travailleurs.

« Nous exigeons du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est également le ministre des Affaires étrangères : honorez les accords que vous avez signés », a déclaré Goder.

Le syndicat avait déclaré en août qu’il s’abstiendrait de traiter les dernières nominations d’ambassadeurs.

Si les nominations ne sont pas traitées, les nouveaux envoyés seront incapables d’obtenir des passeports diplomatiques pour se rendre à leurs nouvelles affectations.

En juillet 2013, les employés du ministère des Affaires étrangères ont appelé à une grève qui a perturbé les nominations des diplomates à l’étranger. À l’époque, l’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis nouvellement nommé, Ron Dermer, avait été retardé et n’avait pas pu recevoir son passeport diplomatique et d’autres documents.

En novembre 2014, le syndicat a mis fin à cette grève après avoir signé un accord global avec les fonctionnaires du ministère des Finances.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...