Rechercher

Des écoles du Michigan pourraient perdre des fonds pour des élèves absents à Kippour

Certaines écoles à forte population juive fermeront leurs portes pour la journée afin d'éviter d'être pénalisées, d'autres tentent d'obtenir des dérogations

Illustration : une salle de classe vide est à l'Académie David Ellis à Détroit, le 8 février. (Crédit : AP Photo/Mike Householder)
Illustration : une salle de classe vide est à l'Académie David Ellis à Détroit, le 8 février. (Crédit : AP Photo/Mike Householder)

Le jour le plus solennel du calendrier juif ne pouvait pas tomber plus mal pour les écoles publiques du Michigan cette année.

Yom Kippour tombe le 5 octobre, qui sera aussi le jour du « recensement des élèves » de l’État, le seul jour de l’année où le nombre d’élèves qui fréquentent l’école détermine le montant des fonds que le secteur recevra de l’État l’année suivante.

Selon la loi du Michigan, le jour du recensement a lieu le premier mercredi d’octobre, et les directeurs d’établissement font généralement tout leur possible pour inciter les élèves à y assister. Les écoles ont amadoué les élèves pour qu’ils participent à ces journées en proposant des tombolas, des billets de basket-ball et des excursions au zoo. Cela leur permet de s’assurer un financement de l’État d’au moins 9 150 dollars par élève, selon Chalkbeat Detroit.

Certaines écoles scolaires publiques qui accueillent de nombreux élèves juifs ferment leurs portes pour Yom Kippour, ce qui leur permet de demander des dérogations pour décaler le jour de recensement et cinq établissements l’ont fait cette année. Mais d’autres établissements comptant un nombre important d’élèves juifs restent ouverts, ce qui signifie que le nombre d’élèves présents pourrait être réduit le jour du recensement, et ainsi porter préjudice au moment du calcul des subventions publiques.

La directrice d’un établissement qui maintient les cours le 5 octobre, Jeanice Swift de l’Ann Arbor Public Schools, a déclaré à Chalkbeat qu’elle souhaitait reporter le jour de recensement de son école au jour suivant. Elle a déclaré que l’école ne prévoyait pas d’examens, de tests, de sports ou d’autres événements importants lors de Yom Kippour, sur les conseils d’un groupe de leaders religieux de la communauté.

Mais le recteur adjoint du Michigan, Kyle Guerrant, a déclaré que la loi du Michigan ne permet pas aux écoles en activité le jour du recensement de demander des dérogations.

« Il s’agit d’un jour très important pour la communauté juive et le fait que cette journée coïncide avec le jour du recensement est un manque de respect », a déclaré Guerrant à Chalkbeat. « Nous comprenons et apprécions ces préoccupations, mais nous sommes dans une impasse dans le sens où nous n’avons pas la capacité de fournir une dérogation en raison de la façon dont la loi est structurée actuellement. »

Il pourrait y avoir une solution : le Detroit Jewish News précise que le département de l’éducation de l’État du Michigan autorise les élèves ayant des absences « excusées » le jour du décompte à « revenir et assister à tous les cours prévus » dans les 30 jours calendaires afin d’être comptabilisés parmi les effectifs de l’école.

Le Michigan accueille environ 87 900 Juifs, selon les études des démographes Ira Sheskin et Arnold Dashefsky. La majorité de ces Juifs, environ 70 000, vivent dans la banlieue de Détroit, selon une étude démographique menée par la fédération juive locale en 2018. Bien qu’il existe quelques écoles juives privées dans l’État, de nombreux élèves juifs fréquentent l’école publique.

Les écoles publiques à l’échelle nationale ont longtemps lutté pour gérer les fêtes du Nouvel An juif tout en accueillant les élèves à la rentrée. L’année dernière, Rosh Hashana tombait le soir de Labor Day, ce qui a amené certains établissements du pays à décaler la rentrée des classes. D’autres établissements ont ajouté les fêtes juives à leur calendrier de façon permanente pour satisfaire les familles juives et éviter les complications qui surviennent lorsque de nombreux élèves et enseignants sont absents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...