Rechercher

Des élus US lancent un groupe de travail pour promouvoir les Accords d’Abraham

Les membres de la Chambre et du Sénat déclarent qu'ils s'efforceront de faire en sorte que les accords de normalisation israélo-arabes soient mis en œuvre au-delà de l'exécutif

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, accompagné par le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, et le ministre des Affaires étrangères des EAU, Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyanin, à droite, lors d'une conférence de presse au département d'État de Washington, le 13 octobre 2021. (Crédit : Andrew Harnik/AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, accompagné par le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, et le ministre des Affaires étrangères des EAU, Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyanin, à droite, lors d'une conférence de presse au département d'État de Washington, le 13 octobre 2021. (Crédit : Andrew Harnik/AP)

Un groupe bipartisan de législateurs américains de la Chambre et du Sénat a lancé lundi le Caucus du Congrès sur les Accords d’Abraham, cherchant à étendre le rôle du pouvoir législatif américain dans la promotion des accords de normalisation qu’Israël a signés avec ses voisins arabes.

Le caucus sera co-présidé par les sénateurs Jacky Rosen (démocrate du Nevada), Cory Booker (démocrate du New Jersey), Joni Ernst (républicain de l’Idaho) et James Lankford (républicain d’Oklahoma) et les représentants Brad Schneider (démocrate de l’Illinois), David Trone (démocrate du Maryland), Ann Wagner (républicaine du Missouri) et Cathy McMorris Rodgers (républicaine de l’état de Washington) à la Chambre.

Dans les différentes déclarations annonçant la création du caucus, aucun des membres n’a précisé comment ils comptaient promouvoir les Accords d’Abraham. Mme Rosen a déclaré que le groupe fournirait « un leadership bipartisan pour renforcer les partenariats existants et élargir le cercle de la paix à de nouveaux pays ».

Certains des coprésidents du groupe ont déjà parrainé la loi sur la normalisation des relations avec Israël, qui a été présentée l’année dernière avant d’être bloquée en raison des querelles au sein du Congrès. Cette loi demande au département d’État de faire un rapport au Congrès sur les mesures prises pour promouvoir les Accords d’Abraham, qui ont été signés par Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc l’année dernière.

Schneider a déclaré au Times of Israël que le caucus « fera avancer le travail du Congrès en vue de garantir un Etat d’Israël sûr, juif et démocratique vivant aux côtés d’un État palestinien ».

M. Lankford a déclaré à Jewish Insider, qui a été le premier à rapporter le lancement du caucus, que la délégation chercherait à maintenir l’attention de l’exécutif sur l’ajout de nouveaux pays aux accords négociés sous l’administration Trump.

Jacky Rosen, alors candidate au Sénat, présente l’ancien vice-président Joe Biden alors qu’il fait campagne pour les candidats démocrates du Nevada lors d’un rassemblement à Las Vegas, le 20 octobre 2018. (Crédit : Ethan Miller/Getty Images)

« Je ne veux pas que cela se perde dans le département d’État », a déclaré Lankford à Jewish Insider. « C’est donc un moyen pour nous de solliciter réellement le département d’État et de continuer à favoriser cela, et de continuer à être en mesure d’encourager ces pays… et nous avons des relations avec eux aussi. »

Le président américain Joe Biden soutient les accords et a pris des mesures pour développer les nouveaux liens qu’Israël a tissés avec certains de ses voisins arabes, mais l’élargissement des Accords d’Abraham sera une tâche plus difficile, car la Maison Blanche actuelle n’apprécie pas certaines des mesures prises par l’ancien président américain Donald Trump pour amadouer les pays vers une signature des accords de paix avec Israël.

Alors que les responsables de Biden avaient un jour parlé de faire en sorte que les pourparlers de normalisation entre Israël et le Soudan « franchissent la ligne d’arrivée », cet accord a été suspendu à la suite d’un coup d’État organisé par les militaires en octobre dernier.

Entre-temps, l’administration Biden semble se concentrer davantage sur le renforcement des accords existants, en organisant des réunions conjointes avec des responsables israéliens et émiratis. Toutefois, il a été signalé que des membres de l’administration ont évoqué la normalisation d’Israël avec leurs homologues saoudiens et indonésiens, et les ministres des Affaires étrangères israélien et saoudien faisaient partie d’une poignée de diplomates de haut rang qui ont participé à une visioconférence sur le variant Omicron COVID-19 organisée par le secrétaire d’État américain Antony Blinken le mois dernier.

La députée Ruth Wasserman Lande (Crédit : autorisation)

L’annonce de lundi a été saluée par les députés Ruth Wasserman Lande (Kakhol lavan) et Ofir Akunis (Likud), qui président un caucus équivalent à la Knesset, lancé en octobre dernier.

« J’apprécie profondément le soutien des États-Unis et je vous félicite pour l’établissement d’un caucus jumeau en Amérique, avec lequel nous pouvons faire progresser les cadres de coopération régionale », a déclaré Mme Wasserman Lande dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...