Des employés palestiniens autorisés à entrer en Israël durant les fêtes
Rechercher

Des employés palestiniens autorisés à entrer en Israël durant les fêtes

Le ministre de la Défense et le chef d'Etat-major ont décidé de faire des exceptions à la fermeture des points de passage frontaliers pour les travailleurs de Cisjordanie

Le checkpoint Teenim, entre Israël et la Cisjordanie. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Le checkpoint Teenim, entre Israël et la Cisjordanie. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Les responsables israéliens de la Défense ont décidé jeudi d’autoriser certains employés palestiniens à entrer en Israël durant la période de fermeture des points de passage aux frontières avec la Cisjordanie et Gaza en raison des fêtes de Souccot, une fermeture qui, cette année, durera 11 jours.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman et le chef d’Etat-major Gadi Eisenkot ont décidé jeudi soir de faire des exceptions à l’interdiction de pénétrer sur le territoire israélien suite aux requêtes qui ont émané de ministères du gouvernement. Les employés qui travaillent dans des secteurs vitaux pour l’économie sont donc autorisés à entrer en Israël durant cette période de fermeture exceptionnellement longue, ont-ils décidé.

Initiative rare, Israël a annoncé mardi fermer la frontière avec la Cisjordanie et la bande de Gaza pendant 11 jours à l’occasion des fêtes de Souccot et le week-end suivant, et ce à partir de mercredi minuit.

Ces fermetures décidées pendant les fêtes juives et israéliennes sont une procédure habituelle. Malgré tout, dans le passé, Israël avait fermé les carrefours d’entrée en Cisjordanie et à Gaza seulement au début et à la fin des fêtes qui durent une semaine comme Souccot – plutôt que pendant la fête entière.

Alors que les célébrations s’achèveront dans la soirée du 12 octobre – un jeudi – la fermeture devrait être prolongée tout au long du week-end, jusqu’au 14 octobre à minuit, soit un total de 11 jours.

Cette décision avait été approuvée en début de semaine par Liberman mais sa mise en oeuvre dépendait encore d’une évaluation finale de la situation.

Durant cette fermeture, l’armée n’autorisera le passage de Palestiniens « que dans des cas humanitaires, médicaux et exceptionnels, avec l’approbation du coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires [du ministère de la Défense] », selon un communiqué des militaires.

Il n’a pas encore été déterminé si les travailleurs palestiniens auront l’autorisation pendant ces 11 jours d’entrer dans les implantations israéliennes de Cisjordanie.

« La réouverture des points de passage frontaliers avec la Cisjordanie et Gaza dépendra d’une évaluation de la situation », avait indiqué l’armée au début de la semaine.

Cette décision exceptionnelle de conserver fermés les carrefours frontaliers a été prise suite à un attentat terroriste qui a été commis la semaine dernière aux abords de l’implantation de Har Adar, à proximité de Jérusalem, ainsi qu’en raison d’inquiétudes plus générales portant sur des tensions accrues en Cisjordanie et à Gaza dans un contexte de négociations de réconciliation entre l’Autorité palestinienne et le groupe terroriste du Hamas.

Avant l’attentat, l’armée avait conseillé au ministre de la Défense de ne fermer les points de passage frontaliers avec la Cisjordanie et Gaza que durant les premiers et les derniers jours de la fête – comme c’est habituellement le cas – mais les militaires ont modifié leurs recommandations suite à l’attentat meurtrier qui a été perpétré.

Selon les porte-paroles du ministre et de l’armée, depuis l’attaque commise à Har Adar, l’armée israélienne a préféré favoriser une fermeture durant toute la fête.

Dimanche, le porte-parole de Liberman a expliqué que cette nouvelle « recommandation a été acceptée par le ministre de la Défense ».

En général, la saison des grandes fêtes juives – qui a débuté la semaine dernière avec Rosh HaShana – est considérée par les responsables de la Défense comme une période de tensions accrues dans la région durant laquelle le risque terroriste est plus élevé.

Habituellement, ce sont des dizaines de milliers de Palestiniens de Cisjordanie qui entrent en Israël et dans les implantations israéliennes pour y travailler quotidiennement. Un nombre bien moins important de résidents de Gaza viennent également au sein de l’Etat juif, majoritairement pour y être soignés.

Les fermetures des points de passage frontaliers pendant les fêtes ont pour objectif d’empêcher que des attentats terroristes ne soient commis en Israël pendant cette période exceptionnelle et pour également permettre aux responsables de la sécurité israéliens qui travaillent sur ces carrefours de profiter des célébrations.

Une fermeture similaire avait été imposée vendredi et samedi dernier pour Yom Kippour ainsi que la semaine précédente à l’occasion de Rosh HaShana.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...