Des faux billets américains à l’effigie du chef de l’EI retrouvés en Galilée
Rechercher

Des faux billets américains à l’effigie du chef de l’EI retrouvés en Galilée

Les billets seraient apparemment identiques à ceux qui ont été dispersés par le régime syrien ; la police a ouvert une enquête

Un côté d'un faux billet américain avec l'image du chef de l'EI retrouvé en Galilée, le 29 décembre 2015 (Crédit : Autorisation de la police israélienne)
Un côté d'un faux billet américain avec l'image du chef de l'EI retrouvé en Galilée, le 29 décembre 2015 (Crédit : Autorisation de la police israélienne)

De faux billets de 100 dollars américains à l’effigie du leader de l’Etat islamique Abu Bakr al-Baghdadi ont été retrouvés à différents endroits en Galilée, a annoncé la porte-parole de la police, Louba Samri lundi.

Le visage d’al Baghdadi remplace l’image du père fondateur Benjamin Franklin sur les faux billets.

De l’autre côté du billet, il y a une image d’un djihadiste mort qui a été empalé dans le Hall de l’Indépendance à Philadelphie avec le message arabe : « c’est la fin de l’argent sale. Retourner auprès de votre Dieu, les meilleurs pécheurs sont ceux qui se repentent ».

Tous les billets ont été retrouvés dans des lieux à prédominance juive, comme Sde Eliezer, Yesod HaMaala, Kibbutz Hulata, et autour du lac Hula.

« Une enquête a été ouverte et les billets seront envoyés au laboratoire pour être analysé », a déclaré Samri.

Le côté d'un faux billet de 100 dollars américain a été retrouvé en Galilée le 29 décembre 2015 (Crédit : Autorisation de la police israélienne)
Le côté d’un faux billet de 100 dollars américain a été retrouvé en Galilée le 29 décembre 2015 (Crédit : Autorisation de la police israélienne)

Il semblerait que des billets identiques auraient été lancés par le régime syrien ces derniers jours dans la ville de Douma, un bastion des rebelles syriens. On ne sait pas encore si les billets ont été imprimés en Israël et à qui les billets étaient destinés.

Au mois de mai, la douane israélienne avait saisi des bagues estampillées du logo de l’EI et de l’iconographie liées à l’EI dans ce qui était censée être une cargaison turque destinée à être livrée à Ramallah, une ville contrôlée par l’Autorité palestinienne.

Le matériel estampillé à l’image de l’EI est considéré comme du matériel de « propagande interdite » par le gouvernement israélien et l’importation et la distribution sont interdites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...