Des fonctionnaires et entrepreneurs arrêtés dans une affaire de corruption
Rechercher

Des fonctionnaires et entrepreneurs arrêtés dans une affaire de corruption

De hauts responsables du gouvernement et de la municipalité du nord sont soupçonnés d'avoir influencé des appels d'offres en échange d'avantages

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Vue de la gare Yitzhak Navon vide à Jérusalem, en raison des restrictions consécutives à la propagation du coronavirus, le 11 mai 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Vue de la gare Yitzhak Navon vide à Jérusalem, en raison des restrictions consécutives à la propagation du coronavirus, le 11 mai 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Des dizaines de personnes ont été arrêtées ou placées en garde à vue lundi matin, y compris des hauts-gradés du ministère du Logement et de la compagnie ferroviaire israélienne. Ils sont soupçonnés d’être impliqués dans une affaire de corruption d’envergure.

La police israélienne a signalé dans un communiqué l’arrestation de onze personnes et 18 gardes à vue pour suspicion de corruption, fraude, abus de confiance, blanchiment d’argent, fraude fiscale et autres délits.

La police a simplement indiqué que les individus étaient des fonctionnaires d’un ministère du gouvernement, d’une municipalité du nord et d’une société publique. Les médias israéliens ont rapporté qu’ils comprenaient des personnalités du ministère du Logement et de la compagnie ferroviaire nationale du pays. D’autres suspects seraient des entrepreneurs.

Avec les arrestations, une enquête secrète d’un mois menée par l’unité Lahav 433 chargée des crimes graves est devenue publique, a déclaré la police. L’enquête a été menée en collaboration avec les autorités fiscales, selon le communiqué.

L’une des personnes interrogées a déjà été impliquée dans une autre grosse affaire de corruption il y a plus de 20 ans et purgé une peine de prison, selon la Treizième chaîne.

Les enquêteurs soupçonnent que les fonctionnaires ont influencé les offres de contrats gouvernementaux en échange d’avantages « au mépris de la loi et en nuisant à l’intérêt public », a déclaré la police, sans donner plus de détails.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...