Des frappes israéliennes visent des cibles du Hamas
Rechercher

Des frappes israéliennes visent des cibles du Hamas

L'armée a riposté à des attaques aux ballons incendiaires en visant des infrastructures souterraines ; ces raids sont suivi le départ des médiateurs égyptiens de la bande

Photo d'illustration : Une boule de feu suite à une attaque israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, dans la matinée du 3 août 2020. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Photo d'illustration : Une boule de feu suite à une attaque israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, dans la matinée du 3 août 2020. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

L’armée de l’air israélienne a mené des attaques contre des cibles du groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza, mardi matin, en réponse à des attaques aux ballons incendiaires continues visant Israël, a annoncé l’armée.

Les militaires ont précisé avoir pris pour cible « des infrastructures souterraines du groupe terroriste du Hamas », sans donner davantage de détails.

Le média al-Resalah, lié au Hamas, a indiqué qu’Israël avait bombardé le nord de Gaza et que des raids avaient également eu lieu dans le sud de la bande, à proximité de Rafah City, aux alentours de l’aéroport international Yasser Arafat désaffecté.

Il n’y a pas eu d’informations portant sur d’éventuelles victimes.

Tsahal a expliqué que ces opérations étaient venues en riposte à une série d’attaques aux ballons incendiaires qui a eu lieu lundi, qui aurait notamment entraîné un départ de feu aux abords d’une crèche à Sdérot, dans le sud du pays.

Les pompiers ont été appelés sur les lieux et ils ont rapidement éteint le sinistre.

Il y a eu vingt incendies qui se sont déclarés dans des secteurs entourant la bande de Gaza, lundi, et qui auraient été initiés par des ballons incendiaires.

Les dégâts entraînés par un ballon incendiaire qui est retombé aux abords d’une crèche à Sdérot, le 17 août 2020 (Crédit : Sapeurs-pompiers israéliens)

Ces violences continues ont eu lieu malgré les efforts livrés par des médiateurs égyptiens qui tentent actuellement de réduire les tensions et d’empêcher un nouveau conflit transfrontalier entre l’Etat juif et le Hamas. Ils se trouvaient au sein de l’enclave côtière dans la journée de lundi.

Ils sont partis sans avoir semblé trouver une solution.

Les médiateurs annoncent généralement les accords qui ont été conclus avant de quitter le territoire. Mais à l’issue d’une journée de réunions avec des officiels du Hamas, les trois généraux du service des renseignements égyptiens sont partis pour Israël, a indiqué Adel Abdelrahman, conseiller auprès des intermédiaires égyptiens à Gaza.

Ils n’ont fait aucune déclaration avant leur départ.

Des hostilités récentes ont éclaté le long de la frontière entre Gaza et l’Etat juif après des mois de calme.

La semaine dernière, des groupes de jeunes Palestiniens affiliés au Hamas – le groupe terroriste qui a pris le contrôle de Gaza des mains des forces palestiniennes rivales en 2007 – n’ont cessé de lancer des ballons incendiaires en direction de l’Etat juif, entraînant des feux sur des terres agricoles. Israël, qui tient le Hamas pour responsable des violences émanant de l’enclave côtière, a riposté par des frappes aériennes sur des sites militaires du Hamas, fermé la zone de pêche ouverte au large de Gaza ainsi que le principal poste-frontière commercial que le pays partage avec la bande.

Mardi, la seule centrale électrique de Gaza devrait fermer en raison de la fermeture du poste-frontière de Kerem Shalom qui a entraîné une réduction des approvisionnements en carburant, exacerbant la crise énergétique et laissant deux millions de résidents de Gaza avec seulement environ quatre heures d’électricité par jour.

Le Hamas a dit qu’Israël n’avait pas honorer ses accords précédents conclus avec l’aide de l’Egypte et du Qatar, qui avaient prévu l’allègement du blocus imposé à Gaza depuis la prise de contrôle du Hamas et permis la mise en oeuvre de projets d’envergure pour aider à soutenir l’économie qui s’effondre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...