Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

Des habitants de Sderot, dont la maison a été touchée, songent à quitter la ville

Les dirigeants locaux s'en prennent au gouvernement et demandent que des mesures plus sévères soient prises contre les terroristes

Une maison endommagée par une roquette dans la ville israélienne de Sderot, le 7 avril 2023. (Crédit : Flash90)
Une maison endommagée par une roquette dans la ville israélienne de Sderot, le 7 avril 2023. (Crédit : Flash90)

Sherry Vazana a vécu toute sa vie à Sderot et, jusqu’à jeudi, elle espérait y rester encore longtemps.

Mais depuis que sa maison a été touchée de plein fouet par une roquette tirée depuis Gaza, Vazana a déclaré qu’elle, son mari et leur fille de 9 mois se préparent à quitter la ville, qui est la cible de roquettes depuis près de 20 ans.

« Au bout d’un moment, on s’y attend, mais on espère se tromper », a déclaré Vazana à la Douzième chaîne à propos de sa maison touchée par un missile tiré par des terroristes de Gaza. « Cela vous fait réfléchir. Nous allons quitter Sderot. Ma fille aurait pu être blessée. Nous allons probablement quitter la ville très bientôt ».

La maison des Vazana a été touchée par une roquette tirée dans la nuit de jeudi à vendredi dans le cadre d’une salve de 44 projectiles au total visant le sud d’Israël, selon Tsahal. L’attaque, qui s’est accompagnée de tirs de roquettes en provenance du Liban, a mis la pression sur le gouvernement pour qu’il agisse, les responsables politiques locaux des régions limitrophes de Gaza réclamant une action plus énergique.

Lors d’une conférence de presse, le porte-parole militaire Daniel Hagari a déclaré que neuf des roquettes n’avaient pas franchi la frontière et se sont écrasées dans l’enclave palestinienne. Douze ont été tirées vers la mer, 14 ont atterri dans des zones ouvertes en Israël, huit ont été interceptées par le système de défense antiaérienne du Dôme de Fer, une a atterri dans une zone peuplée de Sderot [frappant la maison des Vazana].

« Bien qu’aucun des membres de la famille n’ait été blessé, la roquette a endommagé le salon et coupé l’électricité », a déclaré Vazana au site d’information Ynet.

Son mari Yanir a déclaré à la Douzième chaîne qu’il se trouvait dans le salon lorsque la roquette a percuté la maison, tandis que sa fille et sa femme se trouvaient dans le mamad – pièce blindée.

« Avant d’être père, je disais que je resterai ici par tous les moyens, mais maintenant je reconsidère la question », a-t-il déclaré.

Israël a lancé des frappes aériennes dans la Bande de Gaza dans la nuit de jeudi à vendredi, frappant une série de sites appartenant au groupe terroriste palestinien du Hamas, en représailles au barrage de roquettes provenant de l’enclave palestinienne et du Liban, attaques qu’Israël impute au Hamas.

Les violences actuelles ont débuté mardi à la suite d’affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et des émeutiers palestiniens à la mosquée Al-Aqsa, sur le mont du Temple, site névralgique de la Vieille Ville de Jérusalem. Ils ont débouché jeudi sur des tirs de roquettes en provenance de Gaza et, dans le cadre d’une escalade significative, sur une salve inhabituelle de 34 roquettes en provenance du Liban et dirigées vers le nord d’Israël. Ces affrontements surviennent à un moment délicat, alors que les Juifs célèbrent Pessah et les musulmans, le ramadan.

Des affrontements similaires, il y a deux ans, avaient en effet dégénéré en une guerre sanglante de 11 jours entre Israël et le Hamas.

Certains dirigeants locaux du sud ont critiqué le gouvernement pour ce qu’ils décrivent comme une action insuffisante contre les terroristes de Gaza.

« Il faut dire les choses comme elles sont – il n’y a pas de terroristes morts à Gaza », a déclaré le maire de Sderot, Alon Davidi. « Cela signifie que cette politique d’immunité des terroristes, qui nous rend la vie impossible, continue. Pour changer la donne, il faut changer de tactique. Il est temps que le gouvernement et le Premier ministre adoptent une politique d’assassinats ciblés », a-t-il demandé, rappelant par ailleurs la vaste campagne anti-terroriste menée depuis plusieurs mois en Cisjordanie.

Selon les médias israéliens, d’autres élus locaux du sud du pays auraient dit que seuls les assassinats ciblés de terroristes de Gaza « ramèneront le calme.

De la fumée et du feu s’élèvant d’une explosion causée par une frappe aérienne israélienne sur la ville de Gaza, le 7 avril 2023. (Crédit : Adel Hana/AP)

Tamir Idan, chef du Conseil régional de Sdot Negev, a déclaré que la « réponse mesurée » de cette nuit « ne rétablit en rien l’effet de dissuasion et fait passer un mauvais message aux terroristes, que ce soit à Gaza ou au Liban ».

Lui aussi réclame des assassinats ciblés et une action « décisive et douloureuse » dans les jours à venir.

« J’espère et je veux croire que cette réponse est le résultat de l’ensemble des circonstances actuelles et j’attends de l’échelon politique qu’il choisisse le moment – le plus tôt possible – et qu’il lance une action décisive et douloureuse contre les dirigeants des organisations terroristes », a-t-il déclaré, dans une référence apparente à la période sensible du ramadan.

Hagari a déclaré que l’armée de l’Air israélienne avait frappé plus de dix positions du Hamas à Gaza en utilisant environ 50 tonnes de munitions.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.