Rechercher

Des livres sur la Shoah, dont « Maus » retirés de certaines écoles du Missouri

Un amendement à une loi sanctionne le "contenu à caractère sexuel explicite" ; les livres sur la Shoah sont souvent inclus dans les interdictions initiées par des groupes de droite

Les membres du conseil d'administration d'une école du comté McMinn, dans le Tennessee, se sont opposés à 'Maus' d'Art Spiegelman à cause de son langage et de ses images. (Crédit : Philissa Cramer/JTA)
Les membres du conseil d'administration d'une école du comté McMinn, dans le Tennessee, se sont opposés à 'Maus' d'Art Spiegelman à cause de son langage et de ses images. (Crédit : Philissa Cramer/JTA)

JTA – L’ouvrage Maus d’Art Spiegelman, ainsi que six livres sur la Shoah destinés à la jeunesse, font partie des centaines de livres que quelques districts scolaires du Missouri auraient retirés de leurs rayons depuis le début de l’année scolaire.

La liste des livres retirés des rayons a été publiée mercredi par le groupe de défense de la liberté d’expression littéraire PEN America, accompagnée d’une lettre de protestation signée par Spiegelman et d’autres auteurs.

« C’est ce qui se passe lorsque nous évoluons dans un climat de peur », a déclaré Jonathan Friedman, directeur des programmes de liberté d’expression et d’éducation de PEN America, lors d’une conférence de presse virtuelle organisée mercredi pour faire part de ces résultats.

Les livres ont été retirés en raison d’un amendement à une nouvelle loi de l’État du Missouri, portant essentiellement sur la traite des enfants et les abus sexuels, qui prévoit également une sanction pénale pour la fourniture de « contenu à caractère sexuel explicite » aux élèves. La loi prévoit une peine d’emprisonnement possible pour tout éducateur en infraction.

Les interdictions de livres scolaires pour des raisons politiques sont en augmentation à l’échelle nationale, souvent à l’initiative de groupes de parents et de membres de comités d’établissements scolaires de droite, la majorité de ces interdictions visant des livres ayant des thèmes raciaux et LGBTQ. Ces interdictions ont attiré l’attention des groupes juifs, car des livres sur le judaïsme et la Shoah ont été concernés par ces mesures. Le retrait de Maus du programme d’enseignement sur la Shoah par un district scolaire du Tennessee et le retrait momentané par un district scolaire du Texas d’une adaptation sous forme de roman graphique du journal d’Anne Frank ont tous deux fait l’objet d’une forte opposition de la part des groupes juifs plus tôt cette année.

Cette fois, Maus de Spiegelman a été interdit dans deux districts scolaires différents : le district scolaire de Wentzville et le district scolaire de Ritenour, tous deux situés dans la région de Saint-Louis. L’interdiction de Wentzville est catégorisée par PEN America comme « interdite en attendant l’enquête », tandis que celle de Ritenour est catégorisée comme « interdite dans les bibliothèques ».

Art Spiegelman pendant une visioconférence sur le retrait du programme d’une école du Tennessee de son livre ‘Maus,’ le 7 février 2022. (Capture d’écran)

La grande majorité des livres concernés proviennent d’un seul district scolaire : Louis, qui, selon le St. Louis Post-Dispatch, a ordonné à ses bibliothécaires de retirer plus de 200 livres de ses étagères au début du semestre et de les placer sous surveillance.

La purge littéraire à Wentzville comprenait Maus et plusieurs livres sur l’histoire de la Shoah publiés pour les jeunes lecteurs par la maison d’éditions ReferencePoint Press : Holocaust Camps and Killing Centers, Holocaust Rescue and Liberation et Holocaust Resistance de Craig Blohm ; Hitler’s Final Solution de John Allen ; et Life in a Nazi Concentration Camp de Don Nardo. Un livre d’histoire de la société de production Time-Life sur la Shoah, Apparatus of Death – The Third Reich de Thomas Flaherty, a également été interdit.

Parmi les autres livres interdits à Wentzville, citons Good Talk : A Memoir in Conversations de Mira Jacob, qui relate des discussions entre l’auteur, son mari juif et son fils métis sur les Juifs et la politique, ainsi que plusieurs livres sur des photographes et des artistes d’origine juive, dont André Kertész, Alfred Stieglitz, Man Ray, Irving Penn, Marc Chagall et Amedeo Modigliani.

En outre, les écoles Lindbergh à St. Louis ont interdit A Dangerous Woman, une biographie graphique de la radicale socialiste juive Emma Goldman par l’écrivain et artiste juive Sharon Rudahl. Et le district scolaire de Kirkwood, dans la banlieue de St. Louis, a interdit Women, un livre de photos de la photographe juive Annie Leibovitz avec un texte de la célèbre écrivaine juive Susan Sontag, ainsi qu’un autre livre de Leibovitz, et Gender Outlaws : The Next Generation, un recueil d’essais édité par les écrivains juifs LGBTQ Kate Bornstein et S. Bear Bergman.

Le texte de l’amendement stipule qu’une « personne commet le délit de fournir du contenu à caractère sexuel explicite à un élève si elle est affiliée à une école primaire ou secondaire publique ou privée à titre officiel et que, connaissant son contenu et son caractère, elle fournit, cède, distribue, prête ou contraint à accepter ou à approuver la fourniture de contenu à caractère sexuel explicite à un élève ou possède dans le but de fournir, céder, fournir, distribuer, prêter ou contraindre à accepter ou à approuver la fourniture de contenu à caractère sexuel explicite à un élève. »

Art Spiegelman, MAUS (photo credit: Book cover, Wikimedia commons)
Art Spiegelman, « MAUS ». (Crédit : Book cover, Wikimedia commons)

Selon Friedman, en raison de la formulation de la loi, les districts scolaires du Missouri, et en particulier celui de Wentzville, étaient à l’affût des romans graphiques et des livres illustrés susceptibles de contenir des images choquantes. Selon l’analyse de PEN America, les livres sur la Shoah ont été qualifiés de « sexuellement explicites » par les parents ou les éducateurs car ils contenaient des images historiques dérangeantes.

« Ce sont ces images, essentiellement, qui, nous dit-on, sont les raisons pour lesquelles ces livres ne sont pas sur les étagères », a déclaré Friedman.

Les districts scolaires de Wentzville, Ritenour et Kirkwood n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de la Jewish Telegraphic Agency. Un représentant de Kirkwood a précédemment déclaré au Post-Dispatch que « la malheureuse réalité du projet de loi 775 du Sénat est que, dorénavant en vigueur, il inclut des sanctions pénales pour les éducateurs individuels. Nous ne sommes pas prêts à risquer ces conséquences potentielles et nous allons pécher par excès de prudence au nom des personnes qui sont au service de nos étudiants. »

Un porte-parole des écoles Lindbergh a déclaré à la JTA dans un communiqué que « Lindbergh a pris les mesures nécessaires pour assurer la conformité avec la loi de l’État en examinant soigneusement les ressources de la bibliothèque et de la classe, et en retirant les articles de l’accès des élèves s’ils contiennent des images visuelles qui répondent aux exigences énoncées dans le SB 775. »

Au printemps dernier, un groupe d’élèves et l’American Civil Liberties Union (ACLU) ont intenté un procès au district de Wentzville pour un autre groupe d’interdictions de livres, dont The Bluest Eye de Toni Morrison ; certains de ces livres ont été remis sur les étagères après le dépôt de la plainte.

Si les livres ont effectivement été retirés en raison d’images classées comme sexuellement explicites, les interdictions du Missouri suivraient un modèle similaire à celui des districts scolaires du Tennessee et du Texas qui ont retiré Maus et l’adaptation d’Anne Frank plus tôt cette année. Dans ces deux districts, les parties s’étaient également opposées aux images illustrées des livres qu’elles jugeaient sexuellement explicites.

L’interdiction des livres sur le thème des Juifs et de la Shoah s’est produite parallèlement à celle de nombreux autres livres qui n’avaient pas de thème juif, notamment une adaptation en roman graphique de 1984, « Watchmen » d’Alan Moore, la Bible des enfants, des adaptations en roman graphique de Macbeth de Shakespeare, The Handmaid’s Tale de Margaret Atwood et The Giver de Lois Lowry, ainsi que des livres pratiques sur la peinture à l’huile et l’aquarelle.

Au début de cette année, le gouverneur du Missouri a signé une loi sur l’enseignement de la Shoah à l’échelle de l’État.

« Nous sommes reconnaissants que le Missouri, en tant qu’Etat, ait clairement indiqué qu’il accordait la priorité à l’enseignement de la Shoah », a déclaré à la JTA Rori Picker Neiss, directrice exécutive du Conseil des relations de la communauté juive de Saint-Louis. Mais, a-t-elle ajouté, « j’ai l’impression que l’interdiction de ces livres va à l’encontre, non pas de la loi à proprement parler, mais de l’esprit de la loi ».

« Un tel excès de zèle dans l’interdiction des livres va faire plus de mal que de bien. Les interdictions de livres limitent les possibilités pour les élèves de se voir dans la littérature et de développer de l’empathie pour des expériences différentes des leurs », peut-on lire dans une lettre ouverte s’opposant aux interdictions, signée par Spiegelman et d’autres auteurs dont Lowry et Laurie Halse Anderson.

« Les élèves du Missouri se voient refuser ces opportunités éducatives ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...