Des manifestants arabes dénoncent Netanyahu lors de sa visite à Umm al-Fahm
Rechercher

Des manifestants arabes dénoncent Netanyahu lors de sa visite à Umm al-Fahm

"Nous n’avons pas oublié" : les manifestants accusent le Premier ministre de négligence et de racisme, alors qu’il essaie de convoiter des votes arabes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein au dispensaire qui a vacciné le millionième Israélien contre la COVID-19, à Umm al-Fahm, le 1er janvier 2021. (Crédit : Haim Zach / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein au dispensaire qui a vacciné le millionième Israélien contre la COVID-19, à Umm al-Fahm, le 1er janvier 2021. (Crédit : Haim Zach / GPO)

Des dizaines d’habitants de la ville arabe d’Umm al-Fahm ont manifesté vendredi contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant un dispensaire médical, alors qu’il visitait l’établissement dans le but de renforcer la campagne de vaccination en Israël.

Netanyahu s’était rendu sur place pour féliciter celui qu’il a présenté comme le millionième Israélien à recevoir le vaccin et dans le cadre d’un effort de communication visant à renforcer la vaccination dans la communauté arabe. Il s’était rendu dans une autre ville arabe jeudi et a déclaré qu’il prévoyait d’en visiter d’autres dans les prochains jours.

Dimanche, Kan a rapporté que le millionième vacciné, Muhammad Abd al-Wahhab Jabarin, avait effectué 20 ans de prison pour un double meurtre, une information suscitant la polémique sur les réseaux sociaux.

Les Arabes constituent environ 20 % de la population israélienne et ont mis relativement plus de temps à aller se faire vacciner, ce qui a incité Netanyahu à se lancer dans cette série de visites dans les localités arabes, une première depuis des années, dans ce qui est également considéré par beaucoup comme une tentative de marquer des points politiques avant les élections de mars prochain.

Netanyahu a indiqué vendredi qu’il prévoyait de mener une grande campagne en faveur du vote arabe lors des prochaines élections, malgré les tensions passées avec la communauté durant les scrutins précédents.

Certains des manifestants à Umm al-Fahm ont déclaré que Netanyahu se servait de sa visite dans la ville pour entreprendre un coup de communication, qu’il ne l’avait pas annoncée pour éviter de croiser des manifestants sur son chemin, et ont accusé son gouvernement de négliger les communautés arabes, en particulier en ce qui concerne la criminalité et le manque d’infrastructures.

« Les habitants d’Umm al-Fahm ne sont pas fans de Netanyahu ou de la droite en général, en raison de la politique d’incitation et raciste menée [par Netanyahu] envers le public arabe », a déclaré Mahmoud Adib Aghbaria, un dirigeant local, à Walla News. « Le sentiment est très négatif. »

« Nous n’avons pas oublié ses déclarations et ses politiques », a-t-il déclaré. « Nous pensons toujours qu’il nous considère, nous citoyens arabes israéliens, comme des ennemis. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le millionième Israélien qui s’est fait vacciner contre la COVID-19 et le personnel médical, à Umm al-Fahm, le 1er janvier 2021. (Crédit : Haim Zach / GPO)

Yousef Aghbaria, un autre habitant, a déclaré que Netanyahu ferait mieux de s’occuper du problème des infrastructures défaillantes et de la criminalité galopante dans la ville.

« Je vais me faire vacciner et je n’ai pas besoin que Netanyahu vienne me dire de me faire vacciner », a-t-il déclaré. « Qu’a-t-il fait pour nous pendant 20 ans ? Il n’y a pas de financement, la criminalité fait rage et le racisme est à un niveau record. »

Ahmad Khalifa, un avocat de la ville, a déclaré : « Cela m’attriste de voir un homme comme lui se faufiler dans notre ville sans nous en informer à l’avance, sans que le public puisse l’accueillir, car Umm al-Fahm sait accueillir les racistes. »

Le maire d’Umm al-Fahm, Samir Mahamid, s’est félicité de cette millionième vaccination et a exhorté Netanyahu à s’attaquer au problème des infrastructures et de la criminalité dans les communautés arabes.

Les Arabes israéliens se plaignent depuis longtemps de crimes violents dans leurs communautés – 96 homicides ont eu lieu parmi la population arabe en 2020, ce qui représente une augmentation de 50 % du taux de meurtres parmi les Arabes israéliens en seulement quatre ans.

Des Arabes israéliens protestent contre la violence, le crime organisé et les meurtres récents dans leurs communautés dans la ville de Majd al-Krum, dans le nord d’Israël, le 3 octobre 2019. (Crédit : David Cohen / FLASH90)

Les députés arabes et des organisations civiles ont à plusieurs reprises dénoncé le fléau de la violence dans leurs communautés et accusé les autorités israéliennes de ne pas avoir réussi à endiguer le phénomène.

Plusieurs législateurs arabes ont critiqué Netanyahu à propos de sa visite à Umm al-Fahm.

Le député Ahmad Tibi de la Liste arabe unie a affirmé que l’équipe de Netanyahu avait demandé au personnel du dispensaire de quitter les lieux avant sa visite.

Il a publié une photo sur Twitter d’un groupe de gens debout dans une rue, dont certains semblaient être des travailleurs médicaux, et a écrit : « Le personnel médical, principalement des infirmières, a été expulsé de la clinique d’Umm al-Fahm deux heures avant l’arrivée du Premier ministre Netanyahu et a attendu à l’extérieur. »

Sami Abu Shehadeh, député de la Liste arabe unie, a déclaré : « Umm al-Fahm est comme toute la société arabe : Netanyahu n’est pas le bienvenu et on ne veut pas de lui. Son besoin de se faufiler comme un voleur dans la ville et de partir de la même façon résume tout. »

Yousef Jabareen, député de la Liste arabe unie originaire d’Umm al-Fahm, a lui déclaré : « Il avait [lors d’un précédent scrutin] effrayé l’opinion en disant que nous nous ‘précipitions aux urnes en masse’. La nouvelle propagande électorale de Netanyahu consiste désormais à appeler à se ‘précipiter sur la vaccination’. » Netanyahu avait provoqué un tollé un jour de scrutin en 2015 après avoir averti ses partisans que « les électeurs arabes affluaient en masse vers les bureaux de vote ».

Le Likud de Netanyahu a fait campagne par le passé en émettant des allégations non fondées de fraude électorale dans les communautés arabes, et il a diabolisé à plusieurs reprises les députés arabes à la Knesset.

Mansour Abbas, du parti Ra’am, lors d’une conférence de presse après une rencontre avec le président Reuven Rivlin à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 16 avril 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton / Flash90)

Ces derniers mois, il semble avoir cependant formé une alliance discrète avec le député de la Liste arabe unie Mansour Abbas, au grand dam des collègues d’Abbas.

Jeudi, lors d’une visite sans précédent dans la ville arabe de Tirah pour encourager la vaccination, Netanyahu avait déclaré qu’il n’excluait pas de placer un député arabe sur sa liste lors des élections.

Netanyahu a déclaré vendredi à la Treizième chaîne que le vote arabe représentait « un énorme potentiel ».

« Pendant de très nombreuses années, le public arabe est resté en dehors du leadership. Pourquoi ? », a-t-il dit. « Il n’y a pas de raison. Les gens contribuent [à la société], les gens travaillent. Allons jusqu’au bout. Faites partie du succès complet d’Israël. C’est ce que j’aimerais voir illustrer lors de l’élection. »

De récents sondages d’opinion ont montré que le Likud de Netanyahu devançait ses rivaux alors qu’Israël se dirige vers une nouvelle élection en mars, mais qu’il ne pourrait pas former une coalition, soulignant à nouveau le risque d’impasse politique alors que le pays organisera son quatrième scrutin en deux ans.

Des élections ont été déclenchées la semaine dernière après que le gouvernement d’union du Likud et de Kakhol lavan n’a pas réussi à s’entendre sur un budget avant la date limite du 23 décembre. Le scrutin devrait avoir lieu le 23 mars 2021.

La campagne de vaccination d’Israël bat son plein et dépasse largement celle des autres pays, avec 11,55 % de la population vaccinée, selon les statistiques du site Our World in Data exploité par l’Université d’Oxford.

Un troisième confinement national visant à contenir l’épidémie a démarré en Israël. Près de 436 000 cas et au moins 3 392 décès ont été rapportés depuis le début de la pandémie dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...