Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Des médecins expliquent les dommages irréversibles de la fin de la « raisonnabilité »

Des milliers de médecins sont arrivés dans la capitale dimanche pour un grand rassemblement pour défendre l'égalité au sein du système de santé

  • Des professionnels de la santé rassemblés à la CPI de Jérusalem pour manifester contre le projet de refonte judiciaire de la coalition, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renee Ghert-Zand/The Times of Israel)
    Des professionnels de la santé rassemblés à la CPI de Jérusalem pour manifester contre le projet de refonte judiciaire de la coalition, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renee Ghert-Zand/The Times of Israel)
  • Des médecins tenant des drapeaux israéliens et des pancartes de l'Association médicale israélienne déclarant "Nous guérissons les failles de la nation" lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire organisée par l'IMA, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)
    Des médecins tenant des drapeaux israéliens et des pancartes de l'Association médicale israélienne déclarant "Nous guérissons les failles de la nation" lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire organisée par l'IMA, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)
  • Le professeur Hagaï Levine, au centre, un des leaders des Blouses Blanches - Professionnels de santé pour la démocratie et chef de l'Association israélienne des médecins de santé publique, dirigeant les chants lors du rassemblement de protestation des médecins, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)
    Le professeur Hagaï Levine, au centre, un des leaders des Blouses Blanches - Professionnels de santé pour la démocratie et chef de l'Association israélienne des médecins de santé publique, dirigeant les chants lors du rassemblement de protestation des médecins, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)
  • La Dr. Ain Hajj Yahia, médecin de famille et endocrinologue qui travaille à Jérusalem pour le centre de santé Clalit, protestant contre le plan de refonte judiciaire du gouvernement, à Jérusalem, 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)
    La Dr. Ain Hajj Yahia, médecin de famille et endocrinologue qui travaille à Jérusalem pour le centre de santé Clalit, protestant contre le plan de refonte judiciaire du gouvernement, à Jérusalem, 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)

Lors d’un rassemblement organisé par l’Association médicale israélienne (IMA), des milliers de médecins israéliens sont arrivés à Jérusalem dimanche en fin de matinée, en provenance de tout le pays, pour protester contre le vote prévu lundi à la Knesset sur les efforts du gouvernement visant à limiter les pouvoirs de contrôle du système judiciaire. Les médecins, ainsi que d’autres membres de la communauté professionnelle de la santé, ont défilé depuis le pont des Cordes, à l’entrée de la capitale, jusqu’à un rassemblement à l’International Convention Center (ICC).

Vêtus de gilets rouges portant la mention « Docteur » et brandissant des drapeaux israéliens et de l’IMA, ils se sont entassés dans le plus grand auditorium de l’ICC, criant haut et fort des slogans tels que « Il n’y a pas de soins de santé sans démocratie » et « Justice, égalité et responsabilité mutuelle ».

Par des chants et des discours, les médecins ont clairement exprimé leur désir de voir le gouvernement cesser immédiatement ses tentatives visant à adopter à la hâte son projet de loi sur la refonte du système judiciaire et d’entamer plutôt des discussions avec la coalition et ses partisans afin de parvenir à un large consensus.

La marche et le rassemblement de dimanche ont fait suite à une « grève d’avertissement » de deux heures dans le système de santé le 19 juillet, à l’appel de l’IMA. Zion Hagay, président de l’IMA, a annoncé que le secrétariat de l’IMA commencerait à délibérer dès dimanche soir sur l’opportunité d’une telle action.

Hagay a déclaré qu’en attendant, l’IMA a déclaré un conflit de travail qui lui permettra de se mettre en grève si elle le décide. Il a également déclaré que si le projet de loi sur le « caractère raisonnable » était adopté, l’IMA ferait immédiatement appel à la Cour suprême.

« L’IMA est la seule organisation syndicale à prendre des mesures contre les projets du gouvernement visant à supprimer le critère du ‘caractère raisonnable' », a déclaré Hagay.

Le projet de loi qui devrait être adopté lundi ou mardi supprimerait la possibilité pour les tribunaux d’annuler les décisions des hommes politiques au motif qu’elles sont « déraisonnables ».

Des médecins rassemblés sous le pont Chord, alors qu’ils se préparent à marcher vers un rassemblement contre la refonte judiciaire au Centre international des congrès, à l’entrée de Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)

Hagay a insisté sur le fait que les patients n’étaient pas lésés par la présence à Jérusalem d’au moins 3 000 fonctionnaires de la santé, et il a remercié les collègues qui veillaient au bon fonctionnement des hôpitaux et des dispensaires du pays.

Un gynécologue en blouse a déclaré au Times of Israel qu’il n’avait pas pris de congé pour venir à la manifestation.

« J’ai travaillé plus tôt que d’habitude ce matin et je reprendrai mon travail dès que je serai de retour dans le centre du pays », a-t-il déclaré.

Le président de l’Association médicale israélienne, le professeur Zion Hagay, à droite), lors d’un rassemblement de plusieurs milliers de médecins protestant contre les projets de refonte judiciaire du gouvernement, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)

La Dr. Yona Kitay, spécialiste du foie et cheffe de l’un des services de médecine interne de l’hôpital Meïr à Kfar Saba, a brandi son téléphone lorsqu’on lui a demandé comment elle répondait aux accusations selon lesquelles elle ignorait les besoins de ses patients lorsqu’elle protestait.

« Je dirige mon service depuis mon téléphone. J’ai laissé de bonnes personnes aux commandes et tout se passe bien », a-t-elle insisté.

Un gynécologue, qui a refusé de donner son nom, a déclaré qu’il avait « vécu au rythme des manifestations » au cours des derniers mois et qu’il n’était pas d’accord avec ceux qui disent que les médecins et les autres professionnels de la santé ne devraient pas prendre le temps de s’éloigner de leurs patients pour faire entendre leur point de vue.

« Dans une démocratie, j’ai le droit de protester et d’exprimer mon opinion. Mon travail consiste à soigner les gens. C’est aux dirigeants politiques de diriger. J’aimerais que nos dirigeants fassent passer le pays avant eux-mêmes », a-t-il déclaré.

En tant que médecin, il s’est dit préoccupé par les droits de ses patients et par la manière dont la législation les affecterait.

« Mes patientes risquent de ne pas avoir accès à l’avortement si le ministre de la Santé décide de s’y opposer, et les femmes et nous-mêmes n’aurons aucun recours devant les tribunaux pour renverser cette décision », a-t-il déclaré.

Les professionnels de la santé mentale se joignant aux médecins pour protester contre la refonte judiciaire du gouvernement – devant la banderole, Hila Peled, à gauche, et Naama Livne de l’hôpital Ziv, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)

Trois étudiantes de l’hôpital Sheba en troisième année de médecine – toutes immigrées de pays anglophones – ont exprimé leur inquiétude quant à l’impact que la suppression de l’examen du critère juridique du « caractère raisonnable » aurait non seulement sur leurs patients, mais aussi sur elles en tant que futurs médecins.

Toutes trois, qui ont demandé à conserver l’anonymat, ont fait remarquer qu’en tant que femmes, elles étaient particulièrement sensibles à la manière dont l’insuffisance de la séparation des pouvoirs et l’absence de contrôle judiciaire peuvent nuire aux femmes et aux minorités.

« Si la religion entre en jeu, des restrictions pourraient être imposées à la formation des femmes médecins. Il pourrait y avoir des quotas ou des limitations sur le type de médecine qu’une femme peut pratiquer », a déclaré une étudiante.

« C’est vraiment effrayant de ne pas savoir ce qui va se passer, mais je suis venue aujourd’hui parce que je veux être du bon côté de l’histoire. Et en tant que femme religieuse, je pense que ma présence est importante pour montrer que nous sommes unis », a déclaré une autre étudiante.

La Dr. Ain Hajj Yahia, médecin de famille et endocrinologue qui travaille à Jérusalem pour le centre de santé Clalit, protestant contre le plan de refonte judiciaire du gouvernement, à Jérusalem, 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)

La Dr. Arin Hajj Yahia, médecin de famille et endocrinologue, a déclaré qu’elle protestait contre ce qu’elle considère comme une dictature imminente.

« Les changements que le gouvernement veut faire passer me feront doublement souffrir en tant que médecin arabe », a-t-elle déclaré.

Hila Peled et Naama Livne ont rejoint la capitale depuis la Galilée dimanche matin. Peled est assistante sociale en chef au service de santé mentale et de psychiatrie de l’hôpital Ziv à Safed, et Livne y est art-thérapeute. Les deux femmes ont déclaré qu’elles avaient très peur pour leurs patients.

L’ancienne présidente de l’université Ben Gurion, la professeure Rivka Carmi, s’adressant à un rassemblement organisé par l’Association médicale israélienne pour protester contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)

« Avec cette réforme judiciaire, il n’y aura aucun frein à ce qu’un ministre de la Santé ordonnera de faire », a déclaré Peled.

« Les malades mentaux, qui font partie des populations les plus faibles, en pâtiront. Ils ne peuvent pas se défendre, et personne ne pourra les défendre s’il n’y a aucun moyen de faire appel légalement des décisions concernant leur traitement », a ajouté Livne.

« Nous sommes tout aussi anxieux et traumatisés que nos patients à l’heure actuelle », a-t-elle ajouté.

Dans un discours prononcé devant les milliers de personnes présentes, la professeure Rivka Carmi, pédiatre et généticienne, ancienne présidente de l’université Ben Gurion du Néguev, a donné de nombreux exemples de la manière dont la suppression du « caractère raisonnable » affecterait négativement les patients et le système de soins de santé.

« Quelle est la distance entre [la ministre des Implantations et des Missions nationales] Orit Strouk, qui déclare qu’un médecin a le droit de choisir le type de patient qu’il est prêt à traiter, et l’adoption d’un projet de loi à cet effet par les membres d’une coalition qui est d’accord avec cela ? »

« Et quelle est la différence entre [le ministre des Finances Bezalel] Smotrich qui dit que les femmes [juives et arabes] ne devraient pas accoucher côte à côte et l’adoption d’une loi en ce sens ? Et pourquoi pas d’autres services d’un hôpital ? », a déclaré Carmi.

La Dr. Yona Kitay, de l’hôpital Meïr à Kfar Saba, se préparant à manifester contre la refonte judiciaire, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renée Ghert-Zand/Times of Israel)

Alors que le public ponctuait le discours de Carmi de cris de « Honte ! » adressés au gouvernement, elle a également parlé de l’impact négatif sur les secteurs de la technologie médicale et de la biotechnologie en Israël en raison de la récente agitation politique du pays. Elle a parlé du tarissement des investissements internationaux dans la recherche israélienne et des médecins et chercheurs israéliens qu’elle connaît personnellement et qui ont décidé de quitter Israël ou de rester en Europe ou aux États-Unis, où ils effectuaient des études post-doctorales.

L’IMA insiste sur le fait qu’elle est une organisation pluraliste et apolitique. Mais des milliers de professionnels de la santé israéliens semblent avoir décidé qu’il n’était plus temps de garder ses opinions pour soi.

« Nous ne laisserons pas le racisme et la haine de ce gouvernement ruiner l’excellent système médical que nous avons construit. Il y aura des soins de santé égaux pour tous. Nous n’irons nulle part », a déclaré Inbal Mendler, étudiante en cinquième année de médecine à l’université Ben Gurion.

Alors que Kitay se joignait aux autres médecins au début de la marche, elle a déclaré qu’il n’y avait pas d’autre choix que de s’exprimer.

« Nous sommes au bord d’un désastre et nous essayons d’y remédier », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.