Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Des militants d’extrême droite font irruption à Gaza pour rétablir des implantations

Certains ont fait 500 mètres dans la bande de Gaza avant d'être refoulés ; selon l'armée, des structures de fortune ont été érigées en territoire israélien près du point de passage d'Erez

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Des militants des implantations érigent des structures de fortune dans le complexe frontalier d'Erez menant d'Israël au nord de Gaza, en territoire israélien, le 29 février 2024. (Avec l'aimable autorisation de Nachala Settlement Movement)
Des militants des implantations érigent des structures de fortune dans le complexe frontalier d'Erez menant d'Israël au nord de Gaza, en territoire israélien, le 29 février 2024. (Avec l'aimable autorisation de Nachala Settlement Movement)

Des dizaines de militants d’extrême droite ont franchi un poste de contrôle militaire israélien et pénétré en territoire gazaoui, jeudi après-midi ; certains ont parcouru plusieurs centaines de mètres à l’intérieur de la bande de Gaza avant d’être encerclés par les soldats, a indiqué l’armée.

Les militants s’étaient rassemblés au point de passage d’Erez, entre le nord de Gaza et Israël, pour manifester en faveur de la reconstruction des implantations israéliennes à Gaza, lorsqu’ils ont « violemment forcé un poste de contrôle de Tsahal », a déclaré un porte-parole de l’armée israélienne.

Certains ont réussi à parcourir près de 500 mètres à l’intérieur de la bande de Gaza, d’autres à installer deux bâtiments près de la barrière frontalière, déclarant qu’il s’agissait de la renaissance du mouvement d’implantations auquel Israël a mis fin en 2005.

L’armée israélienne a fait savoir que ceux qui avaient réussi à pénétrer dans Gaza ont finalement été refoulés par des soldats et ramenés en Israël.

Des vidéo publiées par la radio de l’armée donnent à voir des militants, manifestement dans Gaza, en train d’être regroupés par des soldats israéliens.

D’autres militants pro-implantations ont érigé des bâtiments de fortune, en bois et en plastique, au-delà des murs du point de passage d’Erez lui-même, mais toujours en territoire israélien, a précisé l’armée.

Des photos et vidéos montrent des activistes en train d’installer leurs structures dans le complexe du passage d’Erez, de consulter leur portable ou de se tenir debout, avec des soldats de Tsahal en arrière-plan, qui ne sont pas immédiatement intervenus.

L’organisation pro-implantation Nachala, organisatrice d’une grande conférence, fin janvier, destinée à rallier des soutiens à ses projets de réinstallation de Gaza, a publié des images de militants en train d’ériger deux bâtiments et d’apposer une mezouza sur l’un d’eux lors d’une courte cérémonie religieuse.

Sur place, les militants ont déclaré que « l’implantation » s’appelait Nisanit HaHadasha, en hommage à l’ancienne implantation de Nisanit dans l’extrême nord de la bande de Gaza, l’une des 22 implantations israéliennes de Gaza évacuées en 2005 dans le cadre du retrait unilatéral d’Israël.

Des résidents d’implantations israéliens tentent de se rendre sur les lieux de l’ancienne implantation de Nisanit, dans le nord de la bande de Gaza, le 26 juillet 2007. (Crédit : Edi Israël/Flash90)

L’armée israélienne a déclaré que les soldats étaient restés « avec les manifestants à tout moment pour les remettre aux forces de police israéliennes appelées pour les interpeler ».

La police israélienne a fait savoir que des agents du district sud et de la police des frontières « ont dû intervenir dans le territoire de la bande de Gaza » en raison d’un « danger réel » pour la vie des militants. Neuf d’entre eux ont été arrêtés pour avoir enfreint un ordre militaire et empêché un policier d’exercer ses fonctions.

On ignore encore si les personnes interpellées vont être inculpées.

En parallèle, Washington a été pressé d’intervenir pour qu’Israël rouvre le point de passage d’Erez afin de faciliter l’accès aux convois d’aide humanitaire destinés au nord de Gaza, après un mouvement de foule autour d’un convoi d’aide, dans la ville de Gaza, plus tôt dans la journée, qui aurait fait plus de 100 morts côté palestinien selon les autorités sanitaires du Hamas à Gaza.

Selon Israël, la plupart des victimes ont été piétinées lorsque des milliers de personnes se sont ruées sur les camions pour les piller, même si les autorités précisent avoir ouvert le feu sur un groupe qui se précipitait vers des soldats. L’armée n’a pas confirmé le retrait des structures mises en place par les militants des implantations.

Des Israéliens de droite manifestent en marchant vers Gaza en soutien à la réinstallation de la bande de Gaza, le 29 février 2024. (Crédit : Liron Moldovan/Flash90)

La mise en place de ces structures pourrait être une tentative de Nachala d’établir l’avant-poste de nouvelles implantations à Gaza.

L’organisation a envoyé mercredi un avis à ses militants les invitant à se joindre à une marche vers la frontière nord de Gaza pour appeler à de « nouvelles implantations » et leur demandant d’emporter « l’équipement approprié », notamment des « sacs de couchage pour ceux qui le voulaient ».

Des militants israéliens de droite prient près du point de passage d’Erez, lors d’un rassemblement appelant à la reconstruction des implantations israéliennes à Gaza, le 29 février 2024. (Crédit : Oren ZIV / AFP)

Nachala avait organisé un rassemblement à Jérusalem, en janvier, pour présenter son projet de construction de six nouvelles implantations dans la bande de Gaza, porté par des groupes de militants pour chacun des sites envisagés.

Onze ministres et 15 députés de la coalition avaient participé à cette conférence et s’étaient engagés à reconstruire les implantations, le ministre ultranationaliste de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, appelant à l’émigration « volontaire » des Gazaouis, et le ministre des Communications Shlomo Karhi du Likud approuvant le transfert forcé de Palestiniens de Gaza.

Des militants des implantations lors d’une conférence à Jérusalem pour promouvoir la construction d’implantations juives à Gaza montent sur scène pour rejoindre les groupes désireux d’établir six nouvelles implantations dans l’enclave côtière, le 28 janvier 2024. (Avec l’aimable autorisation du mouvement d’implantation de Nachala)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres membres du cabinet de guerre ont déclaré à plusieurs reprises qu’Israël n’avait aucune intention de transférer de force les Palestiniens et ne soutenait pas le principe de nouvelle implantations israéliennes de la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.