Rechercher

Des milliers de personnes assistent aux funérailles des trois victimes d’Elad

Après un cortège funèbre commun, Yonatan Havakuk a été enterré à Petah Tikva, Boaz Gol à Jérusalem et Oren Ben Yiftah dans sa ville natale de Lod

Des personnes réconfortent un homme accablé de chagrin lors des funérailles de Yonatan Havakuk et Boaz Gol, un jour après une attaque au couteau dans la ville d'Elad, dans le centre d'Israël, le 6 mai 2022. (Crédit: AP Photo/Ariel Schalit)
Des personnes réconfortent un homme accablé de chagrin lors des funérailles de Yonatan Havakuk et Boaz Gol, un jour après une attaque au couteau dans la ville d'Elad, dans le centre d'Israël, le 6 mai 2022. (Crédit: AP Photo/Ariel Schalit)

Yonatan Havakuk, Oren Ben Yiftah et Boaz Gol, les trois victimes de l’attaque terroriste d’Elad, ont été enterrés vendredi après-midi.

Un cortège funèbre commun a débuté à 12h30 sur le site de l’attaque meurtrière de la nuit précédente, sur la place Ibn Gabirol, dans le centre de la ville.

Ben Yiftah, 35 ans, un chauffeur qui travaillait à Elad au moment de l’attaque, a été enterré à Lod. Havakuk, 44 ans, résident d’Elad, a été enterré à Petah Tikva tandis que Gol, 49 ans, également d’Elad, a été enterré à Jérusalem.

Les trois hommes ont été assassinés jeudi soir par deux terroristes palestiniens qui ont attaqué une foule de personnes avec une hache et un couteau près d’un parc de la ville d’Elad, à la fin de la fête de Yom HaAtsmaout. Au moins sept autres personnes ont été blessées dans l’attaque, dont trois grièvement.

Les deux terroristes – identifiés par la police comme Asad Alrafaani, âgé de 19 ans, et Sabhi abu Shakir, âgé de 20 ans – étaient toujours en fuite vendredi après-midi.

Des milliers de personnes sont venues rendre un dernier hommage aux trois hommes, qui laissent derrière eux 16 orphelins – six pour Ben Yiftah et cinq pour Gol et Havakuk.

Les victimes de l’attaque terroriste d’Elad le 5 mai 2022, de gauche à droite : Boaz Gol, Yonatan Havakuk et Oren Ben Yiftah. (Autorisation)

Le maire de Lod, Yair Revivo, a déclaré que Ben Yiftah travaillait dur pour soutenir sa famille « malgré toutes les difficultés, malgré tous les défis, tel était son destin… c’est à n’y rien comprendre ».

Le rabbin Chaim Ov, le chef de la synagogue que Gol fréquentait, a déclaré qu’il « laisse un grand vide ».

« Tu étais toujours le premier au cours de Torah, tu nous manqueras à tous », a déclaré Ov. « Tu étais un homme droit, qui aidait sans cesse les autres… tu manqueras à tant de gens. »

Plus tôt vendredi, la veuve d’Havakuk a déclaré que son mari avait combattu l’un des agresseurs, permettant aux autres de fuir en sécurité.

« Mon cœur refuse de croire que je me retrouve seule avec cinq orphelins. Mon cœur brûle sachant que mon tendre enfant a vu son père dans ses derniers instants », a écrit Linor Havakuk dans un message publié dans un groupe Facebook destiné aux habitants d’Elad.

« Mon mari s’est battu contre eux avec un grand héroïsme et a sauvé de nombreuses vies. Il s’est battu pendant de longues minutes, ce qui a permis à beaucoup de fuir la scène », a-t-elle écrit. « Que Dieu te bénisse, mon cher mari bien-aimé. Tu nous manqueras beaucoup. »

Galit Gol, la veuve de Boaz Gol, a décrié la perte de sa famille.

« Comment ai-je pu le perdre ? Mon Dieu, pourquoi cela nous est-il arrivé ? Qu’avons-nous fait pour mériter cela ? », a-t-elle crié devant la maison familiale à Elad, a rapporté le site d’information Ynet.

« En un jour, ma vie s’est arrêtée. En un jour, tout a basculé. »

La belle-sœur de Boaz Gol a déclaré qu’il se rendait à une leçon de Torah lorsqu’il a été tué.

Des personnes en deuil se rassemblent lors des funérailles de Yonatan Havakuk et Boaz Gol, un jour après l’attaque à l’arme blanche dans la ville d’Elad, dans le centre d’Israël, le 6 mai 2022. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Le frère jumeau d’Oren, Lior Ben Yiftah, a déclaré qu’il avait été anéanti par cette nouvelle dévastatrice.

« Il avait un cœur en or, il ne faisait que le bien autour de lui et voulait aider tout le monde », a déclaré Lior à Ynet, précisant qu’il avait vu son frère quelques heures seulement avant l’attaque alors qu’ils célébraient ensemble Yom HaAtsmaout autour d’un barbecue.

Lior a déclaré : « Je ne fais que souffrir. Ma fleur est partie, mon cœur est parti avec lui… Je ne peux pas croire que mon frère ne soit plus là. »

Outre les personnes tuées, au moins trois autres ont été grièvement blessées dans l’attaque, dont l’une, selon les médecins, luttait encore pour sa vie plus tôt vendredi.

Les forces de sécurité israéliennes ont lancé une vaste chasse à l’homme pour retrouver les auteurs de l’attaque, qui sont toujours en fuite.

Selon la police, les services de sécurité pensent que les deux terroristes, tous deux originaires de Rumana, ont perpétré l’attaque à Elad.

Ils ont appelé le public à fournir toute information sur l’endroit où se trouvent les deux hommes.

Sabhi abu Shakir, à gauche, et As’ad Alrafa’ani, les principaux suspects de l’attentat terroriste d’Elad du 5 mai 2022. (Credit : Police israélienne)

Selon les médias israéliens, les deux hommes sont entrés illégalement en Israël par une brèche dans la barrière de sécurité de Cisjordanie. On pense qu’ils connaissaient bien la ville du centre d’Israël et qu’ils y ont peut-être travaillé.

Elad, une ville de 50 000 habitants, est située non loin de la barrière de sécurité de Cisjordanie, qui a été fréquemment franchie par des terroristes en vue de commettre des attentats.

Outre les suspects de l’attaque d’Elad, les auteurs des récents attentats meurtriers de Bnei Brak et de Tel Aviv étaient également originaires de Jénine et de ses environs.

L’attentat de jeudi fait suite à une vague d’attaques terroristes en Israël et en Cisjordanie ces dernières semaines, et aux menaces répétées des groupes terroristes palestiniens sur le Mont du Temple à Jérusalem.

Il s’agit de la sixième attaque anti-israélienne depuis le 22 mars dernier. Ces attaques, dont certaines ont été perpétrées par des Arabes israéliens et d’autres par des Palestiniens, ont fait 19 morts au total en incluant ceux de jeudi soir à Elad.

Emanuel Fabian et Aaron Boxerman ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...