Des municipalités espagnoles renoncent aux politiques de boycott d’Israël
Rechercher

Des municipalités espagnoles renoncent aux politiques de boycott d’Israël

Le groupe pro-israélien ACOM affirme que ses actions devant la justice ont amené les tribunaux à annuler une résolution de 2016 appelant Barcelone à souscrire au mouvement BDS

Un graffiti pro-BDS sur un barrage routier dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, où l'on peut lire « Boycott Israël ». (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Un graffiti pro-BDS sur un barrage routier dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, où l'on peut lire « Boycott Israël ». (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Quelques jours après qu’une municipalité du nord de l’Espagne a renoncé à son appel au boycott d’Israël, un juge a annulé une politique similaire qui avait été mise en oeuvre par une autre municipalité dans le sud du pays.

L’ACOM, le groupe pro-israélien qui avait porté plainte devant le tribunal contre une résolution adoptée en 2016 au sujet d’Israël par la municipalité de Cocentaina, a rapporté mardi que son action judiciaire avait résulté en un jugement de la 1ère cour d’Alicante rejetant le texte incriminé.

Cette annonce est survenue deux jours après que la municipalité de Montcada i Reixac, près de Barcelone, a renoncé à sa propre résolution prise au mois de décembre de souscrire au mouvement BDS (Boycott, Divestment, and Sanction) anti-israélien.

Au cours des deux dernières années, des militants pro-israéliens ont obtenu des douzaines de jugements en leur faveur – notamment de la part de la Cour suprême – ainsi que des avis légaux et des injonctions contre le BDS en Espagne, où les autorités judiciaires ont estimé que BDS était une forme de discrimination. La France a mis BDS hors-la-loi. Le Royaume-Uni, en 2017, a expliqué envisager une législation similaire.

Environ 50 municipalités espagnoles ont adopté des résolutions ces dernières années reconnaissant le BDS – plus que n’importe quel autre pays européen.

Mais l’ACOM et d’autres groupes ont obligé plusieurs municipalités à renoncer à leur soutien au BDS, les menaçant de les traduire en justice.

Au moins sept municipalités en Espagne ont renoncé à leur appui au BDS sous la menace d’une action judiciaire de la part de l’ACOM, a fait savoir le groupe. Quatorze autres ont dû abandonner leurs résolutions favorables à BDS suite à une décision prise par les tribunaux et deux autres ont suspendu ces mêmes résolutions suite à une injonction, en l’attente d’un jugement final.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...