Des ordures et des fragments d’os dans des charniers juifs en Ukraine
Rechercher

Des ordures et des fragments d’os dans des charniers juifs en Ukraine

Le rabbin Shmuel Herzfeld veut sensibiliser le public aux pilleurs de tombes et à la négligence des fosses juives et communes

Un mur dans le site du camp de Janowska, Lviv, Ukraine (Wikimedia Commons, CC-BY-SA Adam Jones)
Un mur dans le site du camp de Janowska, Lviv, Ukraine (Wikimedia Commons, CC-BY-SA Adam Jones)

Un rabbin de Washington, DC, a déclaré que lui et ses enfants étaient tombés sur des ordures et des fragments d’os éparpillés sur le terrain de deux anciennes fosses communes de Juifs en Ukraine.

Shmuel Herzfeld d’Ohev Sholom – La synagogue nationale, a raconté sur Facebook sa visite le mois dernier sur le terrain de l’ancien camp de Janowska à Lviv.

Les visiteurs ont trouvé d’innombrables seringues à aiguille sur les terrains négligés, où les toxicomanes et les sans-abri entrent par la clôture défaillante.

En à peine deux minutes, nous avons trouvé des déchets, et des os, et nous allons y retourner et ré-enterrer les os puis réciter un Kaddish », a-t-il dit.

Le Rabbin Shmuel Herzfeld (Harris Cohen / Wikipedia)

Herzfeld a déclaré que le voyage consistait à découvrir les origines juives de la région, mais que les messages sur les fosses communes étaient destinés à sensibiliser à la négligence des tombes juives et des charniers en Ukraine.

« Habituellement, quand on se rend dans un cimetière, nous plaçons une pierre sur la tombe, signe que nous en prenons soin. Cette fois, nous avons ramassé des déchets et les avons jetés dans un sac poubelle avant de partir. Janowska est devenu un lieu de toxicomanie et de détritus », a-t-il écrit.

Au mémorial de Sosenki, près de Rivne, où des milliers de Juifs ont été tués en 1941, M. Herzfeld a déclaré que sa famille avait remarqué de la terre fraîchement creusée dans la fosse commune où les auteurs avaient jeté les victimes.

Il a suggéré que c’était l’œuvre de pilleurs de tombes cherchant des objets de valeur.

Des prisonniers juifs forcés de travailler pour une unité Sonderkommando 1005 posant à côté d’un concasseur d’os dans le camp de concentration de Janowska (ushmm.org via wikipedia)

« Le trou était supposé avoir été couvert, mais des pilleurs de tombes sont venus la veille de notre arrivée et ont pillé la tombe et ont laissé un trou béant et des os exposés tout autour », a-t-il écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...