Des Palestiniens envoient un obus sur les soldats de Tsahal à la frontière de Gaza
Rechercher

Des Palestiniens envoient un obus sur les soldats de Tsahal à la frontière de Gaza

Aucun blessé dans l'attaque ; l’armée a riposté par des tirs de char contre le Hamas, à proximité d’un poste d'observation

Vue depuis le côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, avec un avant-poste militaire du Hamas sur une colline (à droite) le long de la frontière, le 25 février 2016. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Vue depuis le côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, avec un avant-poste militaire du Hamas sur une colline (à droite) le long de la frontière, le 25 février 2016. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Des soldats de Tsahal opérant le long de la frontière avec la bande sud de Gaza ont subi mercredi matin des tirs de mortier, a déclaré l’armée.

Personne n’a été blessé lorsque l’obus de mortier a atterri près des troupes.

Un char de Tsahal a riposté vers une position « suspecte » à proximité, d’après l’Unité du Porte-parole de Tsahal.

Selon le site d’informations Ynet, le tir de Tsahal a frappé un poste d’observation géré par l’aile militaire du Hamas. Personne n’a été blessé dans la frappe de représailles de Tsahal, mais le poste a été endommagé.

Cette attaque marque le deuxième incident impliquant des tirs depuis Gaza vers Israël en 24 heures, après que les soldats ont essuyé des tirs à la frontière nord de la bande, mardi.

La première attaque impliquait des tirs depuis l’autre côté de la frontière qui ont frappé un véhicule de Tsahal opérant à proximité.

Aucun blessé n’a été signalé, mais un lourd engin d’ingénierie de l’armée a été endommagé par la salve, a déclaré l’armée.

L’attaque de mardi s’est produite quelques heures après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a visité une section du sud de la frontière de Gaza.

Les médias palestiniens à Gaza ont signalé des tirs intenses des forces israéliennes près de Nahal Oz, immédiatement après l’attaque de Gaza.

Il n’y avait aucune revendication immédiate ni de l’attaque de mardi ni de celle de mercredi. Les tensions le long de la frontière ont augmenté au cours des dernières semaines, des responsables israéliens avertissant d’une légère hausse possible de la violence.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a visité mardi la frontière sud d’Israël avec Gaza, où il a dit aux troupes que les deux dernières années, depuis la guerre de l’été 2014 avec le Hamas dans la bande de Gaza, avaient été les plus calmes depuis de nombreuses années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...